Fédération sportive gaie et lesbienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fédération sportive gaie et lesbienne
Image illustrative de l'article Fédération sportive gaie et lesbienne

Sigle FSGL
Création 1986
Site internet http://www.fsgl.org/

La fédération sportive gaie et lesbienne (FSGL), est une fédération mixte et omnisports qui regroupe 36 associations sportives dans toute la France et ayant pour objectif de lutter contre les discriminations subies par les gays et les lesbiennes et cela à travers l’organisation de manifestations sportives. Elle propose près de 40 sports différents et compte environ 3 000 athlètes.

La FSGL est à la fois membre de l'Inter-LGBT, du Centre LGBT Paris-Île-de-France (CGL Paris) et du SNEG et elle est soutenue par la Direction générale de la Santé pour son combat contre le VIH et les infections sexuellement transmissibles. Elle est aussi administratrice de la Fédération des Gay Games (FGG). La FSGL organise chaque année depuis 2004 le Tournoi international de Paris (TIP).

La FSGL a succédé au Comité gay Paris Île-de-France (CGPIF), créé en 1986, par des sportifs gays et lesbiennes revenant des deuxièmes Gay Games de San Francisco.

Lutte contre l'homophobie[modifier | modifier le code]

Le 18 juin 2011, elle dénonce les propos, rapportés par Le Canard enchaîné [1], du président de la république. Selon le journal, Nicolas Sarkozy aurait estimé « Je ne [...] crois pas [qu’il y ait des problèmes d’homophobie]. Il y a dans ce domaine l'exemple du Stade français et de mon ami Max Guazzini, qui a choisi des maillots roses pour ses joueurs. Je ne voudrais pas qu'on laisse croire qu'il y a des discriminations ou de l'homophobie dans le sport ».

Pour l'association, ces propos, « au-delà même de l’anecdote concernant la couleur rose pour illustrer la tolérance de monsieur Guazzini, ces commentaires sont lourds de conséquences puisqu'il laisse croire que tous les témoignages d’homophobie dans le sport qui nous parviennent régulièrement n’ont aucune valeur ; Que les rumeurs sur Yoann Gourcuff ; que l’éviction de Yoann Lemaire, joueur de foot amateur victime de son coming out ; que des banderoles homophobes lors de matchs de foot ; que les déclarations homophobes de certains dirigeants de clubs sportifs ; ou encore que le récit du joueur de foot de haut niveau parlant de « son calvaire au quotidien » dans le livre Sexe Footbal Club n’ont pas valeurs de preuve ! »

Dans son communiqué daté du 18 juin 2011, l'association rajoute « Or le déni de tous ces actes homophobes engendre toujours plus le sentiment d’impunité et favorise les actes de discriminations sous toutes ses formes, pas seulement celles liées à l’homophobie et va à l’encontre du travail de toutes les associations qui comme la FSGL luttent contre les discriminations aussi bien sur les terrains de sport que dans les vestiaires. Dernièrement, la création d'un comité de lutte contre les discriminations par madame Chantal Jouanno, dans lequel la FSGL a été partie prenante illustre bien les efforts déjà entrepris dans ce domaine. Ensuite, il va à l’encontre du travail de toutes les associations qui comme la FSGL luttent contre les discriminations aussi bien sur les terrains de sport que dans les vestiaires. Dernièrement, la création d'un comité de lutte contre les discriminations par madame Chantal Jouanno, dans lequel la FSGL a été partie prenante illustre bien les efforts déjà entrepris dans ce domaine. » LA FSGL conclue « Une telle déclaration de monsieur Sarkozy, met donc en péril le principe même de ce comité et pourrait dans le pire des cas marquer un coup d'arrêt à la lutte contre l'homophobie dans ce domaine, et dans le meilleur des cas freiner les avancées engendrées. Cela va aussi à l’encontre des déclarations de madame Jouanno qui avait affirmé que la lutte contre l’homophobie était une des priorités du ministère. La ministre avait par ailleurs et récemment, laissé entendre que les fédérations qui ne signeraient pas la Charte de lutte contre l'homophobie ne recevraient pas de subventions. Le récent vote du parlement contre le mariage homosexuel, ainsi que les récentes déclarations homophobes non sanctionnées d’élus UMP laissent présager le pire pour la lutte contre l’homophobie en général. » L'association attend des clarifications du président de la République comme de la ministre des Sports, Chantal Jouanno concernant l'engagement réel du gouvernement actuel dans la lutte contre les discriminations dans le sport[2],[3].

Membres[modifier | modifier le code]

Les associations adhérentes au 25 juin 2013
Association Secteur sportif Date d'adhésion
Aquahomo Natation
Athletic Cœur de Fond Course à pied
Les FrontRunners de Paris, depuis 1992[4],[5] Course à pied
Les FrontRunners de Marseille
"Contre les discriminations, faisons du sport ensemble"[5], [6]
Course à pied
Les FrontRunners de Nice[5], [7] Course à pied
Les FrontRunners de Lyon[5], [8] Course à pied
BK Paris[9] Softball
Chemin des Cimes (multi-sports)
Contrepied Volley-ball
Décalage Handball
Double Jeu Tennis Paris Tennis
Entre 2 Basket Basket-ball
FC Paris Arc en Ciel Football
GLS Rennes (multi-sports)
Golf Friendly Golf
Groupe Grimpe et Glisse ski, randonnée, escalade, canyonisme
Judo Jujitsu MAKOTO Judo
Laissez Moi Danser Danse
Le Cercle du Marais Natation
Le Coq Musclé Musculation
Les Dérailleurs Cyclisme
Les Enrolleres Roller
Les Gaillards Parisiens Rugby
Les Gais Musette (Rainbow Evidanse) Danse
Les Petites Frappes Squash
Les Tours’Angels (multi-sports)
Marseille United Sport pour Tous (MUST) (multi-sports)
Niji-Kan Karaté do Karaté
Paname Boxing Club Boxe
Panamboyz United Football
Paris Aquatique Natation
Paris Gay Madison Danse
Paris Lutte Lutte
Plongée Arc-En-Ciel Plongée
Rando’s Île-de-France Randonnée
Voile et Croisière en Liberté Nautisme (voile)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]