Fédération nationale André Maginot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Fédération nationale André Maginot
Logo de l’association
Logo de la fédération
Cadre
Forme juridique Association à but non lucratif
Fondation
Fondation 1888
Identité
Président Henri Lacaille
Secrétaire général Daniel Standaert
Trésorier Michel Gibot
Site web federation-maginot.com

La Fédération nationale André-Maginot est une association à but non lucratif française et reconnue d'utilité publique par décret du . Elle œuvre dans l'entraide au profit des membres des familles des anciens combattants et au souvenir de ces derniers.

Historique[modifier | modifier le code]

Créée en 1888 à Marseille par des anciens combattants, à l'issue de la guerre 1870-1871 et des expéditions coloniales, elle se constitue tout d'abord en Union fraternelle. Elle devient la Fédération nationale des anciens militaires blessés, gratifiés de réformés n° 1, le 6 novembre 1894. Son siège social est transféré à Paris, où elle tient son premier congrès national à la mairie du 10e arrondissement, en 1911. Le premier Bulletin de la Fédération paraît la même année.
C'est en octobre 1918, qu'André Maginot, ministre des Colonies et de l'Afrique du Nord, ancien combattant et blessé de guerre, en devient le président et le restera jusqu'à son décès en janvier 1932. En 1933, l’association change d’appellation et devient la Fédération nationale des mutilés, victimes de guerre et anciens combattants. Puis elle sera reconnue d’utilité publique le 23 mai 1933. En 1926, le bulletin change également de nom et devient La Charte. Puis, en 1953, elle ajoute à son appellation la mention André Maginot et devient en 1961 la Fédération nationale André Maginot dite « FNAM ». Elle compte 330 000 adhérents. Son siège social se situe dans le 5e arrondissement de Paris. La FNAM possède également un domaine en Sologne, appelé La Grande Garenne[1], qui comprend un centre de vacances de 90 chambres, un centre de jeunes de 87 lits pour accueillir les scolaires, un amphithéâtre et une maison de retraite EHPAD. Les adhérents de la Fédération nationale André Maginot bénéficient de tarifs préférentiels pour leur séjour à la Grande Garenne. Elle est actionnaire de la Française des jeux (FDJ)[2].

Siège social de la FNAM, à l'angle du boulevard Saint-Germain (n° 24 bis) et de la rue de Poissy à Paris

Ses buts[modifier | modifier le code]

La FNAM poursuit trois buts principaux:

  • la solidarité envers les anciens combattants de toutes les générations, en les aidant à faire respecter leurs droits,
  • le social et l'humanitaire, en aidant ses adhérents en difficulté et en participant aux grandes causes médicales nationales (Alzheimer, etc.),
  • la préservation de la mémoire en aidant les établissements scolaires à se rendre sur de hauts lieux historiques.

Dans le cadre de la préservation de la mémoire, la FNAM participe aux grandes cérémonies commémoratives : 8 mai, 8 juin, 14 juillet, 11 novembre, 5 décembre, etc. Elle a aussi créé un Prix de la Mémoire et du Civisme André Maginot, par lequel elle récompense des établissements scolaires ou des élèves, à la suite de leurs déplacements sur les lieux historiques qu'elle a financés et à leurs comptes rendus de voyage. Cette remise a lieu à l'Hôtel de Ville de Paris.

Frontispice de la Fédération André Maginot, 24bis boulevard Saint-Germain, Paris 5e

Revue[modifier | modifier le code]

La Fédération édite une revue appelée La Charte depuis 1929.

La Charte paraît tous les trois mois (parution trimestrielle : 4 numéros par an) et est distribuée gratuitement aux adhérents de la FNAM, ainsi qu'aux organismes de tutelle (ministère de la Défense, ONAC, préfectures, etc.).

Elle a vocation à servir de lien entre ses adhérents par la publication d'articles historiques et de témoignages sur les conflits dans lesquels la France a été engagée. Ces articles sont rédigés par des historiens, des étudiants spécialisés en histoire, des passionnés ou par les adhérents.

Les différents groupements d'anciens combattants, affiliés à la FNAM, y publient une fois par an le compte rendu de leur assemblée générale.

Des annonces de recherche d'anciens camarades, des photos d'époque, des expositions et des ouvrages spécifiques au monde combattant font également partie du contenu de la revue.

La parution d'articles et d'ouvrages dans La Charte est soumise à l'approbation d'une commission, appelée Commission de La Charte. Cette dernière comprend les membres du comité de direction de la FNAM, le rédacteur en chef et cinq administrateurs de la FNAM. Elle se réunit tous les deux mois, afin d'étudier les articles, les témoignages et les ouvrages proposés et de décider de leur parution.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.grande-garenne.com
  2. Denis Cosnard, « Les surprenants vrais gagnants du Loto », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Sources[modifier | modifier le code]