Fédération française de tir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Fédération française de tir
Logo de la Fédération française de tir
Logo de la Fédération française de tir

Sigle FFTir
Sport(s) représenté(s) Tir sportif
Création 1965
Président Philippe Crochard
Siège 38, rue Brunel, 75017 Paris
Clubs 1 600 (2012)
Licenciés 199 300 (2016)[1]
Site internet Site officiel de la FFTir

La Fédération française de tir, créée en 1965 par Claude Foussier son premier Président, est une organisation officielle visant à réunir toutes les informations relatives à la pratique du Tir sportif, que ce soit le tir à la carabine, au pistolet, à l'arbalète; sur cible fixe, cible mobile, silhouette métallique, armes anciennes ou plateaux. En ball-trap, seules les disciplines olympiques comme la fosse olympique, le double trap et le skeet olympique sont gérées par la FFTir. Les autres catégories sont gérées par la FFBT (Fédération française de ball-trap).

Elle a obtenu une médaille d'or aux Jeux olympiques avec Franck Dumoulin au pistolet 10 mètres en 2000 à Sydney et de nombreuses médailles aux championnats du monde et d'Europe.

Son président est Philippe Crochard depuis avril 2011, précédé par Jean-Richard Germont. Cette fédération est la source directe du magazine officiel Tir info. La fédération comptait 182 004 licenciés au 31 août 2015, 201 450 au 31 août 2016 et 205 000 pour la saison 2016-2017 (d'après le site FFTir)[2].

Histoire[3][modifier | modifier le code]

C'est au XIXe siècle que le tir sportif français se structure véritablement.

La Ligue des Patriotes formée après la guerre de 1870, deviendra le 3 juin 1886 l'Union des Sociétés de Tir de France (USTF) dont l'objet est d'organiser des Championnats nationaux et scolaires, d'établir des records et de préparer la jeunesse à l'obtention du certificat d'aptitude militaire. Très populaire, quelque 30 000 compétiteurs participèrent à ses premiers championnats organisés sur son stand national alors situé au Bois de Vincennes.

En 1896, à l'initiative de Pierre de Coubertin, le tir devient une discipline olympique.

Encouragé par les autorités politiques et en vue de préparer "la revanche", la pratique du tir continue de se développer jusqu'en 1914. L'on compte alors quelque 400 000 tireurs licenciés répartis dans 3 500 Sociétés de Tir.

Après la première guerre mondiale, l'enthousiasme du public pour le tir faibli quelque peu, puis c'est la promulgation du décret-loi du 18 avril 1939 réglementant l'acquisition et la détention des armes qui éloignera durablement des pas de tir nombre de personnes découragées par cette nouvelle législation.

Ainsi, après la fin de la guerre de 1939/1945 et jusqu'aux années 1960, les stands de tir seront fréquentés majoritairement par des gendarmes, des réservistes et des policiers.

Le 18 février 1953, l'Union des Sociétés de Tir de France change de nom pour devenir la Fédération Française des Sociétés de Tir.

Le 15 mars 1967, l'Union des Sociétés de Tir fusionne avec la Fédération Française de Tir aux Armes de Chasse pour devenir la Fédération Française de Tir (FFTir).

Juridiquement, la fédération est une association régie par la Loi de juillet 1901 qui regroupe l'ensemble des clubs de tir en France. Elle est reconnue d'utilité publique depuis le 1er octobre 1971.

Après la création dissidente le 15 juillet 1985 de la Fédération Française de Ball Trap, elle perdra une partie des disciplines tirées aux armes de chasse, mais conservera la gestion des trois disciplines olympiques de tir au plateau (Fosse, Skeet et Double Trap).

La FFTir Aujourd'hui[3][modifier | modifier le code]

Depuis la fin des années 1970, la FFTir a mis en place une politique sportive volontariste. Actuellement, près de 200 000 licenciés pratiquent le tir sportif dans 1 600 clubs. Parmi eux, on trouve dans toutes les disciplines gérées par la FFTir, plusieurs centaines de compétiteurs de niveau international au palmarès éloquent. Selon les statistiques publiées par le CNOSF, la FFTir se classe ainsi dans les premiers rangs des Fédérations Olympiques Nationales, tous sports confondus, en nombre des médailles remportées, que ce soit au niveau européen ou mondial. Aux Jeux Olympiques de Sydney en 2000, les tireurs français ont remporté deux médailles (or et argent), à ceux de Pékin en 2008, une médaille de bronze, en 2012 à Londres, la délégation française comportait quatorze tireurs de haut niveau et a obtenu deux médailles (argent et bronze). En 2016 à Rio, Jean Quiquampoix remporte la médaille d'argent à la vitesse olympique et Alexis Raynaud le bronze à la carabine 3x40[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]