Fédération des conseils de parents d'élèves

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Fédération des conseils de parents d'élèves
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Association loi de 1901, reconnue d'utilité publique, mouvement d'éducation populaire
Zone d’influence Drapeau de la France France
Europe
Fondation
Fondation 23 avril 1947
Fondateur Henri Aigueperse ; Albert Bayet
Identité
Siège 108 - 110, avenue Ledru-Rollin
75011 Paris
Président Carla Dugault ; Rodrigo Arenas (co-présidence)
Financement Cotisations des membres, vente de la Revue des Parents, subventions publiques
Membres 280 000 revendiqués
Slogan Les enfants d'abord !
Site web fcpe.asso.fr

La Fédération des conseils de parents d'élèves (FCPE) est, avec la Fédération des parents d'élèves de l'enseignement public (PEEP) et l'Union nationale des associations autonomes de parents d'élèves (UNAAPE) ou (APE), l'une des trois principales fédérations de parents d'élèves des écoles publiques de France quant au nombre d'adhérents et la première quant au nombre de voix obtenues aux élections des représentants des parents d'élèves.

Lors des élections scolaires, auxquelles six millions de parents participent chaque année, elle a obtenu en début d'année scolaire 2019-2020 un total de 40,08 % des sièges dans les lycées et collèges, contre 10,6 % à la PEEP [1] et 11% dans l'enseignement primaire, contre 2,01 % à la PEEP.

Au Conseil supérieur de l'éducation, elle détient 8 sièges sur les 9 réservés aux représentants des parents d'élèves de l'enseignement public[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Fondation en 1947[modifier | modifier le code]

Peu après la Libération, sont apparus des « conseils de parents d'élèves » auprès des écoles primaires. Ces associations réunissaient en fait enseignants et parents adhérents en partant du principe que le but poursuivi par les uns et les autres était le même : l'épanouissement des élèves et la défense de l'école laïque, malmenée par le régime de Vichy.

Sous l'influence d'Henri Aigueperse, secrétaire général du Syndicat national des instituteurs et d'Albert Bayet, président de la Ligue française de l'enseignement a ensuite été créée la « Fédération des conseils départementaux de parents d'élèves »[3], datée officiellement du 23 avril 1947 puis reconnue d'utilité publique en 1951[4]et mouvement d'éducation populaire en 1982.

Implantation dans le second degré après 1959[modifier | modifier le code]

Après le vote de la loi Debré en 1959, qui accordait d'importants moyens financiers publics aux écoles privées, la fédération décide de s'implanter aussi dans le second degré où existaient déjà quatre ou cinq fédérations dont la Fédération des lycées et collèges qui deviendra par la suite la PEEP. La FCPE y devient rapidement majoritaire[réf. souhaitée]. Mais jusqu’à la fin des années 1960, les parents étaient peu associés aux activités scolaires[5].

Représentation des parents après 1968[modifier | modifier le code]

Dès 1968, les fédérations de parents d’élèves sont admises pour les représenter aux conseils d’administration des lycées et collèges[6] et à partir de 1975, elles sont également représentées dans des conseils d’école[6], à l'assise et la représentation élargie. Après l'instauration de ces nouveaux conseils d'école, une génération d'adhérents de la FCPE a très vite prôné le participationnisme et la pédagogie différenciée[7] mais ses représentants issus des classes populaires n'ont pas suivi cette évolution et se sont fait plus rares[7]. De 204 532 adhérents en 1951, la FCPE passe en 1960 à 752 132 adhérents[6] avant d’atteindre un million d'adhérents à la fin des années 1960[8], puis son apogée en 1971 avec 1,2 million d’adhérents[6], chiffre qui reste à peu près stable sur les années 1970 mais avec un début de tassement sur leur fin[9]. Parallèlement, la FCPE, bien qu'issue d'un syndicat d'enseignants et liée à la galaxie d'organisations apparentées, tente de s'en détacher, au moins sur le plan formel. À partir de 1971, la Fédération de l'Éducation nationale et ses syndicats ainsi que les organisations comme le Comité national d'action laïque, dont elle est membre, n'ont plus voix délibérative au conseil d'administration: la FCPE décide de supprimer leur statut de "membres de droit", mais reste proche de ces deux syndicats étudiants au cours des années 1970, attitude qui lui sera reprochée en interne en 1980, au point d'être l'une des raisons d'une succession anticipée à la présidence de la FCPE[9]. Et 1980, ces syndicats n'en sont plus membres[10].

Au cours des années 1970, une partie des représentants de parents d’élèves a en effet jugé problématiques les liens entre la FCPE et les syndicats enseignants comme le Syndicat national des instituteurs (SNI), qui est particulièrement visé[6], mais c'est seulement à partir de 1980[6] que les syndicalistes ne sont plus systématiquement invités aux conseils d’administration de la FCPE en tant qu'invités sans voix[6]. Cette évolution va de pair avec celle des positions sur la laïcité.

En septembre 1978, la FCPE signe encore un texte commun avec le Syndicat national des instituteurs (SNI), déclarant que les associations représentant les parents s'interdisent « d'intervenir dans tout ce qui relève de la fonction spécifique des membres de l'équipe pédagogique »[9] mais dès 1977 son dirigeant Jean Cornec est critiqué au sein des modérés du Parti socialiste lorsqu'il lance des diatribes contre l'école privée catholique à Albi[9].

Jean Andrieu succède à Jean Cornec en 1980[modifier | modifier le code]

Alors que la loi a voulu favoriser la participation des parents d'élèves au milieu des années 1980[11], la FCPE l'a précédée en prenant son autonomie dès le début de la décennie. En 1980, la FCPE est confrontée à une baisse de la participation électorale dans le secondaire, et effectue sa première déclaration commune avec la CFDT[9]. C'est dans ce contexte qu'au printemps 1980, Jean Andrieu succède à Jean Cornec à la tête de la FCPE, en tant que vice-président et dauphin indiscuté[9] tandis qu'à la fédération concurrente, Jean-Marie Schleret succède exactement au même moment à Antoine Lagarde. Responsable du Lot-et-Garonne, arrivé à la direction nationale en 1972, Jean Andrieu était vice-président depuis 1977[9]

Plusieurs membres de la direction nationale ont insisté pour convaincre Jean Cornec, le "président historique", de partir un an avant la fin de son mandat, sur fond de critiques reprochant à la FCPE une complicité excessive envers la Fédération de l'Éducation nationale syndicat proche du Parti socialiste[9], mais aussi son aussi anticléricalisme virulent[9], et un recrutement social peu important en milieu ouvrier car trop centré sur les classes moyennes[9]. On observe ainsi seulement 5 % d'ouvriers parmi les délégués, beaucoup moins que les cadres moyens (13,05 %), ou encore les enseignants et autres fonctionnaires (20 %)[9]. Lors du congrès, les relations se tendent entre socialistes et communistes. Une trentaine de départements se prononcent pour l'abrogation des stages en entreprise, prônée par la minorité communiste, et obtiennent 42,45 % des mandats[9]

Quelques mois après, Jean Andrieu se définit comme « un parent de 68 » et affirme avoir trouvé auprès du Parti socialiste « des racines communes sur la conception de l'humanisme laïc » et une laïcité « décrispée par rapport au problème de l'école publique opposée à l'école privée » [12]. Evoquant la « liaison entre l'école et l'entreprise » selon lui nécessaire[12], et malgré l'importante opposition qui s'est manifestée sur ce point au congrès, il souligne avoir fait valoir aux dirigeants communistes qu'il « n'y a pas que des patrons dans les entreprises »[12].

Malgré la présence d'encore 850 000 adhérents en 1982[6] leur nombre s'effondre lors de la décennie des années 1980. Il revient à environ 330 000 adhérents en 1991 et 290 000 seulement en 1994 [8]. Ce déclin du « modèle militant » s'effectue, au plan qualitatif, avec une évolution vers le modèle des parents « consommateurs d’école »[6] et plus interventionnistes sur le contenu enseigné. Il s'accélère en particulier avec le « tournant idéologique » de 1984[6]. Le retrait du projet de loi Savary consécutif aux grandes manifestations en faveur de l’enseignement privé, qui culminent avec le rassemblement du 24 juin 1984 à Paris[6] sont perçues comme « une défaite des organisations laïques »[6] . Un sondage réalisé au même moment montre que 55 % des français voient dans la loi Savary  une atteinte aux libertés individuelles[6] et que 85 % d’entre eux se disent favorables à la possibilité de choisir l’école de leurs enfants, privée ou publique[6]. En 1985, Jean Andrieu prend acte de l'échec des organisations laïques[6]: il exhorte ses adhérents à faire preuve d’ouverture et de dialogue après « l’électrochoc de 1984 »[6]. Quatre ans après, la loi de 1989, précise pour les parents élus que « la participation à la vie scolaire et le dialogue avec les enseignants et les autres personnels sont assurés dans chaque école et dans chaque établissement »[5].

Crise du début des années 1990[modifier | modifier le code]

Moins de dix ans après, alors que la chute des effectifs pèse sur les finances de la FCPE, la question laïque revient avec la loi Bourg-Broc autorisant le financement des investissements de l'enseignement privé, une proposition de loi, effectuée fin 1993 pour réformer la loi Falloux, qui sera ensuite en partie annulée par le Conseil constitutionnel. La FCPE est ainsi aux premières loges dans la mobilisation laïque quand un "collectif du 16 janvier" 1994 émerge après une grande manifestation parisienne pour la laïcité[13]. Ses dirigeants prennent la tête du Comité national d'action laïque (CNAL)[13]. Un peu plus tard en 1994, à la rentrée, pour la première fois de son histoire[13], la FCPE change de "patron" entre deux congrès[13], après que son président Jacques Dufresne ait été contraint de mener une « sérieuse remise en ordre à l'intérieur de la fédération en proie à de très graves difficultés financières ». Jacques Dufresne avait succédé à Jean-Pierre Mailles en juin 1991[8]. Après sa démission " pour raisons familiales " en 1994, il est remplacé par Bernard Borecki[13]. Les problèmes financiers viennent du lancement par la FCPE de sa propre assurance-élèves qui concurrence directement l'acteur existant sur ce marché, la MAE. Dans un mouvement qui avait commencé deux décennies plus tôt[7], le changement de direction à la tête de la FCPE la rapproche encore plus du syndicat enseignant SGEN-CFDT[7], qui a alors encore le vent en poupe, sur fond de difficultés de la FEN, confrontée à la création de la FSU. L'équipe dirigeante de la FCPE va ensuite rester rocardienne et proche de la CFDT[7] 

L'assurance scolaire autonome avait été lancée par la FCPE en 1989[8], avec un accord préalable donné par la Ligue de l'enseignement[7], mais pose problème après seulement deux ans. Dès le congrès de Bourges, en 1991, la direction de la FCPE, menée par Jean-Pierre Mailles, avait reconnu un gouffre financier, causé aussi par la baisse du nombre d'adhérents, nécessitant d'emprunter 16 millions de francs[8], ce qui avait obligé à nommer un contrôleur de gestion[8]. Le prêt représentait près des trois quarts de son budget, afin de combler les 10 millions de déficit cumulés en deux ans par l'association FCPE-solidarité, chargée de gérer l'assurance élève lancée en 1989[8]. La concurrente de cette dernière, la Mutuelle accidents élèves (MAE), accepte de donner sa garantie pour le prêt renflouant la FCPE. Une souscription auprès des adhérents pour éponger partiellement les dettes, lancée en 1990, recueille moins de 60 000 francs. La FCPE n'a plus que 290 000 adhérents, une fonte de plus des deux-tiers en une décennie, alors que la PEEP, sa grande rivale, affiche au contraire 430 000 adhérents. La FCPE doit aussi faire face, à la fin des années 1980 au rôle grandissant des associations de parents d'élèves indépendantes[8]. C'est l'époque où un courant, « encore minoritaire mais structuré » tente peu à peu de bouleverser, au sein de la FCPE le traditionnel équilibre interne entre la tendance socialiste (majoritaire) et la tendance communiste. Il dénonce la trop grande soumission au gouvernement Rocard[8] . Résultat, les parents d'une quinzaine de départements mettent en avant leur droit à la différence au sein de la FCPE[8]. Parallèlement, dans les écoles, la loi Jospin fait des déçus car la représentation inégale des différentes catégories d'acteurs élus limite les possibilités d'action des parents[11]. La légitimité des enseignants, de plus en plus remise en cause par les parents[14], souffre au cours des années suivantes de nostalgie du « maître d’école » de jadis[14], et de l'aspiration parfois jugée contradictoire entre « une grande et belle École pour la France » et « une petite école sur mesure » pour ses propres enfants[14].

Crise de 2015[modifier | modifier le code]

En mai 2015, fait exceptionnel depuis vingt ans, le rapport d'activité de la FCPE n'est pas adopté. Paul Raoult, le président sortant n'est pas réélu. Cette situation est analysée par la presse comme le résultat du soutien affiché de l'équipe dirigeante « à la controversée réforme du collège » portée par la ministre de l'Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem[15].

À la fin novembre 2018, le bureau national, autour de Raymond Artis, n'est plus majoritaire. Une nouvelle élection du bureau a lieu et sont élus pour la première fois deux coprésidents, Carla Dugault et Rodrigo Arenas. Sous leur impulsion, la Fédération s'engage davantage dans les combats sociétaux et porte des campagnes fortes sur l'égalité femme-homme, le bio dans les cantines, l'usage du numérique... Elle est aussi aux côtés des parents, des lycéens et des lycéennes dans leurs combats contre la mise en place des réformes de J.-M. Blanquer, par exemple les E3C[16]. En plein mouvement des "Gilets jaunes", des lycéens manifestent dans plusieurs villes de France et certains subissent des tirs de flashball, en particulier dans le Val de Marne. La FCPE révèle qu'une vingtaine de mineurs interpellés « rien qu'à Créteil sont allés faire constater aux urgences les coups » reçus après avoir été interrogés par le juge des enfants [17]. La fédération réclame dans la foulée une enquête de la Justice[17].

En septembre 2019, la campagne pour les élections des conseils de parents d’élèves d'octobre est marquée par une photo montrant une femme voilée participant à une sortie scolaire[18], accompagnée d'un slogan "Oui, je vais en sortie scolaire, et alors ?"[18]. Dès son lancement, « le standard de la FCPE a explosé », selon Le Monde[18]. La campagne est vertement critiquée par le ministre Jean-Michel Blanquer, et contestée par de rares CDPE[18]. En effet, la FCPE a toujours revendiqué son soutien à la loi : le Conseil d’Etat confirme que les parents accompagnateurs ne sont pas soumis au principe de neutralité. Ils n’exercent pas la mission de service public de l’éducation comme le font les enseignants. Cette polémique n'a pas modifié le score de la FCPE à ces élections, selon les résultats publiés le 5 novembre[18] et l'opposition de certaines fédérations ne s'est pas étendue.

Santé, guide de la laïcité et tenues scolaires, au congrès 2020[modifier | modifier le code]

Pour venir en aide à ses adhérents lors du confinement, la FCPE ouvre son site aux parents afin qu'ils puissent échanger sur leurs problématiques et leurs solutions. La FCPE réclame dès le mois de février que les élèves puissent être testés. Elle critique, par la voix de son coprésident Rodrigo Arenas[19],le gouvernement qui n'a pas mis les moyens suffisants pour permettre l'application des gestes barrières à l'école. Après le confinement décidé au début du printemps 2020 pour freiner l'épidémie de coronavirus puis le déconfinement de l'été, la FCPE alerte sur les risques de mauvaise préparation, à l’approche de la rentrée scolaire[20], appelant le gouvernement français à « appliquer les consignes du conseil scientifique »[21]. Son président Rodrigo Arenas dénonce des investissements qui ont été insuffisants, alors que selon lui environ « 30% des écoles n’ont pas de sanitaires adaptés en temps normal ». Fin septembre 2020, au cours du congrès national de la FCPE, dont le thème principal est la santé en milieu scolaire, il dénonce une gestion « très chaotique »[22] de la crise sanitaire dans les établissements scolaires, en particulier la disparité des moyens mis à disposition de leurs directeurs[22]. Interrogé lors de ce congrès par Ouest-France[22], sur la petite phrase du ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer souhaitant le respect d'une « tenue républicaine » au collège, certains établissements ayant pris des initiatives en la matière, Rodrigo Arenas se déclare contre les règlements intérieurs « qui contreviennent à la règle, qui contreviennent au droit, qui contreviennent à la loi »[22]. La FCPE publie au cours de cette même rentrée 2020 un "Guide de la laïcité"[23], rédigé dans un langage qu'elle juge plus accessible, avec l'Observatoire de la laïcité et la Ligue de l'enseignement.

Réseaux sociaux et islamisme, l'attentat de 2020[modifier | modifier le code]

L'Attentat de Conflans-Sainte-Honorine, commis le 16 octobre 2020, a révélé la fragilité de la communauté scolaire face à l'islamisme et aux réseaux sociaux. Le coprésident national de la FCPE, Rodrigo Arenas, et une parente du collège, Corinne Grootaert, présidente départementale de la FCPE[24], avaient alerté une semaine avant. La direction de la FCPE a « reçu par différents parents en régions » la vidéo d'un père d'élève appelant à la haine contre le professeur Samuel Paty, assassiné ensuite[25],[26]. Selon l'Agence Reuters, Rodrigo Arenas, inquiet de ce père extrêmement énervé[27], avait alerté le 9 octobre la mairie de Conflans Sainte-Honorine[28], qui lui a répondu qu'elle a prévenu l'Éducation nationale[28].

Le parent d'élève qui a diffusé cette vidéo sur les réseaux sociaux appelant au renvoi de Samuel Paty, avait directement contacté la FCPE du collège au moment de ses premières vidéos, une semaine avant l'attentat. Corinne Grootaert, président de la FCPE des Yvelines, et elle-même parente d'élève dans ce collège, affirme qu'après avoir comparé la version du parents et celle de l'établissement et du professeur et estimé que les propos tenus étaient des propos graves, avoir indiqué « que la meilleure chose était de pouvoir en référer à la justice et de porter plainte parce que ce n'était plus de notre ressort »[24].

Au même moment, Cécile Ribet-Retel, présidente locale de la PEEP, a dénoncé le rôle des réseaux sociaux[28] et souligné que les enseignants de ce collège « étaient soudés autour de Samuel Paty, qu'ils appréciaient beaucoup » et que « tous l'ont soutenu en disant que son cours était parfait »[29]. Selon un reportage de Marie-Estelle Pech, journaliste éducation du Figaro, de nombreuses personnes du collège, enseignants et collégiens, a massivement signalée cette vidéo aux réseaux sociaux mais sans obtenir son retrait: elle sera vue 27 000 fois[30], l'impact sur les réseaux sociaux s'accélérant avant l'assassinat[31].

Le lendemain de l'attentat, Alixe Rivière, vice-présidente de la FCPE de la Seine-Saint-Denis, déclare à France Télévisions, qu'elle « reste très perplexe sur le fait que Facebook ne soit pas plus vigilant sur sa modération, qu’il n’y ait pas plus de pression des pouvoirs publics »[32]. Rodrigo Arenas estime que les plateformes hébergeant les contenus internet « devraient être contraintes d'intervenir, de fermer le compte, signaler l'infraction afin que l'auteur du contenu délictueux soit identifié et condamné »[25] et appelle à « se dresser face à l’obscurantisme »[33]. Dans une interview au magazine Le pèlerin, il déplore l'impact des polémiques sur la laïcité et la religion qui sont amplifiées par les réseaux sociaux[34] et rappelle que la FCPE participe régulièrement à des médiations dans les écoles, quand des familles s’opposent à la « manière d’enseigner la liberté d’expression, la laïcité et le blasphème »[34]. Lui-même prône le recours à l'enseignement du droit très tôt, pour expliquer par exemple qu'un parent d’élève « ne peut pas fournir un certificat médical pour interdire à sa fille d’aller à la piscine pour des raisons religieuses »[34].

En juillet 2021, au congrès de la FCPE, en reliant l'assassinat de Samuel Paty avec la dénonciation d'un enseignement « agressif » de la laïcité à l'école, la co-présidente de la Fédération des conseils de parents d'élèves, Carla Dugault, alimente de nouveau les tensions qui, selon Le Figaro, traversent la FCPE sur les questions religieuses[35].

Organisation[modifier | modifier le code]

Elle regroupe des associations départementales, les conseils départementaux de parents d'élèves ainsi que des sections implantées dans les établissements scolaires français à l'étranger. La structure de base est le conseil local de parents d'élèves qui réunit les adhérents d'un établissement ou d'un groupe d'établissements proches.

En 2020, peu avant son congrès, la FCPE revendiquait environ 300 000 adhérents[36].

La FCPE revendiquait en 2005 :

  • 50 448 parents d'élèves élus aux conseils d'école et aux conseils d'administration ;
  • 6 000 conseils locaux ;
  • 102 associations départementales et extra-métropolitaines et des représentants dans les établissements français à l'étranger.

La FCPE est dotée d'un conseil d'administration de 24 membres et d'un bureau de 8 membres[37].

Dans le système représentatif français, elle envoie ses représentants et est régulièrement consultée dans toutes les instances où les parents ont voix au chapitre (conseil d'école, d'administration, conseil de classe, conseil départemental de l'Éducation nationale, Conseil supérieur de l'éducation, commissions spécialisées et groupes de travail, etc.) et ses mandataires dialoguent avec les chefs d'établissement, les recteurs d'académie, le ministère de l'éducation nationale, les élus, les syndicats, etc.

Représentativité[modifier | modifier le code]

Commes les autres associations de parents, la FCPE présente des candidats aux élections scolaires qui ont lieu en octobre, au début de chaque année scolaire, celle des représentants des parents aux conseils d'administration des lycées et collèges, aux conseils d'écoles de l'enseignement primaire, et pour lesquelles le ministère de l'Education nationale centralise les résultats. Environ six millions de parents y participent chaque année. Dans le primaire, la participation est plus forte, avec un scrutin dominé par la présence de très nombreuses listes de parents non constituées en association.

Lors de l'année scolaire 2012-2013, la FCPE avait obtenu 48,08 % des sièges dans les lycées et collèges contre 10,46 % à la PEEP[38] et 17,12 % dans l'enseignement primaire contre 2,43 % à la PEEP.

Lors de l'année scolaire 2018-2019, elle avait obtenu 38,14 % des sièges dans les lycées et collèges, contre 8,69 % à la PEEP[38] et 11,32 % dans l'enseignement primaire, contre 1,87 % à la PEEP. Le taux de participation s’est élevé à 47,36 % dans le premier degré et à 21,97 % dans le second degré.

Lors de l'année scolaire 2019-2020, elle a obtenu 40,08 % des sièges dans les lycées et collèges, contre 10,6 % à la PEEP [1] et 11% dans l'enseignement primaire, contre 2,01 % à la PEEP. Le taux de participation s’est élevé à 48,15 % dans le premier degré (plus de 4,4 millions de votants) et à 21,30 % dans le second degré (plus de 1,7 million), en légère hausse pour le premier et légère baisse pour le second.

Valeurs[modifier | modifier le code]

Bien que non engagée politiquement et revendiquant son indépendance partisane, la FCPE est fréquemment catégorisée comme proche des idées de gauche[39] ou encore proche du Parti socialiste et du Parti communiste français contrairement à la PEEP, plutôt proche des idées de droite et des Républicains[40]. Les valeurs de la FCPE sont précisées dans son projet éducatif adopté en 2011[41].

En particulier, ce projet contient ces trois engagements collectifs :

  • Agir en faveur d’un service public d’éducation fondé sur les valeurs de liberté, égalité, fraternité et laïcité ; pour une école qui respecte l’enfant dans sa globalité et forme des citoyens libres et éclairés pour une société toujours plus juste et solidaire.
  • Exercer vigilance, droit d’alerte, et être toujours plus une force de proposition et de rassemblement au service de la réussite de tous.
  • Respecter et promouvoir ces valeurs et principes[42].

Polémiques[modifier | modifier le code]

Crise interne de l'association en 2013-2015[modifier | modifier le code]

La FCPE, où se côtoient divers courants de gauche, n’a jamais connu de scission depuis sa création en 1947[43], mais partir de 2013-2015, l'association traverse une crise interne qualifiée de « crise d'organisation et de manque de démocratie »[44],[45].

Dès 2013, Jean-Jacques Hazan, président depuis cinq ans, se voit reprocher son « suivisme » envers le gouvernement et son soutien affiché à la réforme des rythmes scolaires[43]. La critique concerne en particulier les votes de la FCPE au Conseil supérieur de l’éducation, consulté lors des projets de loi. Les syndicats enseignants peuvent bien, dans leur écrasante majorité, y refuser les réformes Vallaud-Belkacem, ils ne pèsent pas lourd dans cette "techno-structure", où la FCPE a tendance à voter systématiquement avec le gouvernement, résumera deux ans plus tard, dans Le Point, l'enseignant et essayiste français Jean-Paul Brighelli, connu pour ses critiques du système éducatif français[46].

À la présidence de la FCPE, Jean-Jacques Hazan cède sa place en 2015 à Paul Raoult, qui a manifesté lui aussi un « soutien très appuyé à la réforme du collège » menée par Najat Vallaud-Belkacem, est désavoué[45],[47]. Lors du 69e congrès le 24 mai à Reims, le rapport d’activité présenté par la direction nationale est rejeté : il recueille seulement 41 % de votes positifs, avec 48 % de votes contre et 11 % d’abstentions[43], tandis que Paul Raoult, pourtant rééligible, n’est réélu comme administrateur, une première depuis 1947[43]. Paul Raoult « dément formellement » que ce soit lié à la réforme du collège et évoque « un problème de gouvernance interne »[43]. Selon lui, Najat Vallaud-Belkacem, a au contraire été ovationnée au congrès[43]. Cependant, entre 30 et 50 conseils départementaux de la FCPE se seraient déclarés hostiles à cette réforme, selon Sébastien Léger, président de la FCPE de Seine-Maritime[43]. Selon la presse, les militants ont aussi mal reçu l'engagement politico-électoral de leur association, avec un communiqué de la FCPE entre les deux tours des élections départementales appelant voter contre le Front national[43].

Rodrigo Arenas, secrétaire général adjoint de la FCPE, constate alors que ce vote du congrès "manifeste un mécontentement sur la façon dont notre fédération est gérée actuellement", tandis que Paul Raoult reconnait que "Les adhérents demandent visiblement plus de démocratie participative"[48]. Le 21 novembre 2018, le successeur de Paul Raoult démissionne, avec l'ensemble du bureau, pour être remplacé par deux co-présidents.

En 2016, cinq administrateurs de la FCPE du Pas-de-Calais sont suspendus par l'association[49]. Une polémique s'engage entre une partie des adhérents et la présidente de cette fédération départementale[50].. En 2018, la plainte déposée pour abus de confiance contre la présidente de la FCPE de l'Essonne, co-présidente de l'association[51], est classée sans suite[52]..

Accusations de Bouvet et Blanquer en 2019 et Obin en 2020[modifier | modifier le code]

À partir du 22 septembre 2019, la FCPE est confrontée à une autre polémique, lancée par Laurent Bouvet, fondateur du Printemps républicain et membre du Conseil des sages de la laïcité, institué par le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer, puis le ministre lui-même. La polémique démarre l'avant-veille du séminaire sur la laïcité consacrée à la coordination des équipes académiques "Valeurs de la République", organisé par le ministère au lycée Louis-le-Grand, à Paris et vise un tract et une affiche montrant une femme voilée participant à une sortie scolaire[53]. C'est l'une des 5 déclinaisons, intitulée #SeRespecter , de la campagne pour les élections aux conseils de parents d'élèves des 10 et 11 octobre[53], envoyées en interne par la FCPE à toutes ses sections départementales à la fin août[53], en laissant chacune choisir laquelle des 5 est la plus adaptée à son département[53].

Les 4 autres portent sur la cantine scolaire, la gratuité de l’école, le harcèlement scolaire, et le nombre d’élèves par classe[53]. « Oui, je vais en sortie scolaire, et alors ? », est-il écrit sous la photo, à côté de la mention « la laïcité, c’est accueillir tous les parents sans exception »[53]. La loi du 17 mars 2004 avait interdit les signes religieux ostensibles (foulard, kippa etc.) à l’école publique. Puis , en 2012, une circulaire du ministre de l’Éducation Luc Chatel a demandé d'éviter le port de signe religieux ostentatoire pour les mères accompagnatrices des sorties scolaires, mais en 2013, le Conseil d’État a ensuite estimé que ces accompagnatrices ne sont pas soumises aux « exigences de neutralité religieuse ».

Dans l'après-midi du dimanche 22 septembre 2019, Laurent Bouvet publie sur les réseaux sociaux des images parodiant l'affiche de la FCPE, sur laquelle la femme voilée est remplacée par deux djihadistes[54], puis d'autres photomontages ironiques dans la soirée[54] . Quelques centaines d’internautes demandent le lendemain sa démission du "Conseil des sages de la laïcité" ou son désaveu par le ministre de tutelle. Parmi eux, un conseiller municipal de Saint-Denis, Madjid Messaoudene[54], lui-même controversé depuis plusieurs années pour ses messages sur les réseaux sociaux[55].

Joint par L’Obs dans la soirée, le président de la FCPE, Rodrigo Arenas, refuse de réagir à la polémique[54] et intervient auprès du cabinet de Jean-Michel Blanquer [56] en estimant que seul la photo des deux terroristes barbus à la place de la maman voilée ne lui « paraît pas acceptable »[56], tandis que Laurent Bouvet supprime sa caricature[53], mais maintient sa position[53], en plaidant « l’esprit Charlie »[53].

Le lendemain matin, mardi 24 septembre, le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer critique l'affiche de la FCPE, au micro de RMC-BFM TV[57], puis dans la journée, en marge du séminaire sur la laïcité[58], consacré à la coordination des équipes académiques "Valeurs de la République"[59]. Selon lui, cette campagne commet une erreur, car elle flatterait le communautarisme [60],[61]. « J’espère qu’ils vont la corriger », ajoute-t-il, en soulignant que l'histoire de la FCPE a été « fondée sur la laïcité »[57].

La polémique continue sur les réseaux sociaux. Le sénateur communiste du Val-de-Marne Pascal Savoldelli interpelle par une question écrite le gouvernement[53]. La FCPE considère que la polémique est instrumentalisée par des réseaux d’extrême droite [62] pour influer sur les élections aux conseils de parents d'élèves[62]. Laurent Bouvet lui répond qu'elle «renie 50 ans de combats pour la laïcité pour des raisons électorales»[61].

« Comment peut-il s'amuser à ça alors qu'il est censé pacifier la société ? », s'indigne Rodrigo Arenas, le coprésident de la FCPE, en annonçant le 24 septembre que sa fédération porte plainte contre lui pour incitation à la haine[53],[58] ,[63] ,[64]. Finalement, la section Corse-du-Sud de la FCPE publie un communiqué se désolidarisant de l'affiche et la direction de la FCPE reconnaissait que d'autres départements font part en effet de leur gêne[56]. Lors des élections aux conseils des parents d'élèves des 10 et 11 octobre, le score de la FCPE reste globalement inchangé[62].

Camille Victor et Alice Pairo-Vasseur du Point considèrent qu'il « serait inexact de considérer que la FCPE serait unanimement complaisante avec les islamistes, même s'il faut tout de même relever que le nom de la FCPE s'est retrouvé à de multiples reprises associé à des personnalités ou événements qui mettent à mal son engagement laïque historique, et ce, depuis plusieurs années. »[65].

Procès contre Jean-Pierre Obin[modifier | modifier le code]

Des accusations semblables sont portées dans un livre publié en 2020 par l'ex-inspecteur général de l'Education nationale Jean-Pierre Obin qui accuse plusieurs organisations de gauche LDH , UNEF et la FCPE d'être entrées dans l'orbite « islamo-gauchiste » à la faveur de la prise de pouvoir de militants d'extrême gauches épaulés par « l'entrisme » d'activistes proches des Frères musulmans[66].

Rodrigo Arenas considère que Jean-Pierre Obin « ment » et décide de porter plainte pour diffamation[65]. Le 4 février 2021, la 17ieme chambre du tribunal de Paris déboute Arenas de toutes ses demandes, les juges ayant estimé que les écrits de Jean-Pierre OBIN relataient des faits réels.[67],[68] Il est vrai que Jean-Pierre Obin a reçu, lors de ce procès, le soutien de l'ancien premier ministre Manuel Valls et du journaliste spécialiste des questions sur les extrémismes religieux, Mohamed Sifaoui[69],[70].

Manuel Valls dira de la FCPE, qu'elle répond à la définition d'islamo-gauchisme par ses « accommodements avec les islamistes », les « compromis », voire les « compromissions ». « Les dirigeants de la FCPE, viennent de cette gauche-là. La FCPE était un bastion du combat laïque républicain dans ce pays. Elle ne l'est plus, à l'évidence. À la recherche de nouveaux militants, elle est allée pêcher très loin et a accepté de mieux représenter ce qui était en train de se passer dans ces quartiers. » . Quant à Mohamed Sifaoui, il a témoigné que Rodrigo Arenas faisait bien « preuve de clientélisme ». « L'entrisme, pour certains, c'est une vue de l'esprit, insiste le journaliste, mais la stratégie des islamistes et des Frères musulmans consiste à opérer une réislamisation par le bas à travers l'éducation. La présence même du voile incarne cette idéologie. »[70]

Mais le témoignage le plus déterminant viendra de Catherine Manciaux, ancienne proviseure du lycée Alfred-Nobel de Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) qui témoignera de la confrontation au quotidien des revendications identitaires et religieuses dans son lycée. Elle évoque, dès 2010, des difficultés grandissantes de son combat pour faire respecter les règles de la laïcité à l'école, comme l'interdiction du voile, contournée par certaines irréductibles ; ou par le port de longues abayas noires utiliser comme substitut de signe religieux. Ses positions laïques lui valent d'être accusée en permanence de discriminations par une mère d'élève soutenue par Rodrigo Arenas, alors président de la FCPE 93. Ce meme Rodrigo Arenas qui, dit-elle "durant les élections en Tunisie, j'ai lu qu'il soutenait Ennahdha "(parti politique islamiste de Tunisie)[69].

Quelques jours après ce procès, le ministre de l'éducation nationale, Jean-Michel Blanquer confiera à l’ex-inspecteur Jean-Pierre Obin une mission sur la formation des enseignants à la laïcité[71].

Liste des présidents[modifier | modifier le code]

Nom Mandat Commentaire
André Chauvet 1947-1949
Roger Labrusse 1949-1954
Maurice Malbos 1954-1956
Jean Cornec 1956-1980 L'exceptionnelle durée de cette présidence a longtemps fait nommer la FCPE Fédération Cornec[72].
Jean Andrieu 1980-1986 Instituteur, puis conseiller pédagogique, membre du CES de 1984 à 1994[73].
Jean-Pierre Mailles 1986-1992 Militant UNSA Éducation (ex-FEN), maître de conférence à Paris I[74].
Jacques Dufresne 1992-1994
Bernard Borecki 1994-1996 Magistrat.
Georges Dupon-Lahitte 1996-2006 Enseignant-chercheur, membre du CESR d'Aquitaine [75].
Faride Hamana 2006-2008 Professeur de sciences économiques et sociales dans l'enseignement agricole[76].
Jean-Jacques Hazan 2008-2013 Cadre dans une collectivité locale[77].
Paul Raoult 2013-2015 Cadre dans une collectivité territoriale.
Liliana Moyano 2015-2018 Artiste dramatique, metteur en scène pour le théâtre de marionnettes
Raymond Artis 2018-2018 Courtier en assurances
Carla Dugault ; Rodrigo Arenas 2018 Cadre dans la fonction publique territoriale, conseiller en communication[78]

Subventions[modifier | modifier le code]

En 2012, la FCPE reçoit une subvention de 333 000 euros du ministère de l'Éducation nationale. En 2013, cette subvention est portée à 480 000 euros. Selon le ministre Vincent Peillon, cette augmentation de subvention correspond à un « rattrapage » par rapport au précédent quinquennat[79].

Le magazine d'actualité d'opinion hebdomadaire Valeurs actuelles, classé à droite ou à l'extrême droite de l'échiquier politique, fait le lien entre le changement d'attitude de la FCPE vis-à-vis de la réforme des rythmes scolaires et la subvention supplémentaire accordée par Vincent Peillon[80].

Sources principales[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • "Pour un nouveau pacte éducatif" dans "L'École et les parents: la grande explication", en collaboration avec Daniel Hameline, par Philippe Meirieu, professeur des universités, 2000[14].
  • Dessine-moi un avenir: Plaidoyer pour faire entrer le 21ème siècle dans l'école par Rodrigo Arenas, Edouard Gaudot, et Nathalie Laville, aux Editions Actes Sud Nature 2020 
  • Projet éducatif de la FCPE adopté au 65e congrès national à Nancy-Vandœuvre, 11, 12 et 13 juin 2011. 
  • L’enfant, la vraie question de l’école, Georges Dupon-Lahitte (présentation), Hubert Montagner (dir.), Odile jacob, Paris, 2002. Ouvrage issu d’un colloque organisé par la FCPE en octobre 2001. 
  • La création de la Fédération des conseils de parents d’élèves, article de Clément Durand paru dans les cahiers du centre fédéral de la FEN, février 1995. Parents d'élèves en marche - 40 ans d'histoire de la FCPE (1947-1987), Michel Vernus - Éditions Martinsart.  1987. 
  • La fédération des conseils de « Parent d'élèves », Jean Cornec, éd. Épi, coll. « Carte blanche », Paris, 1972.

Articles scientifiques ou de synthèse[modifier | modifier le code]

  • "Une partie inégale. Les interventions publiques des parents d'élèves" par Yves Dutercq, dans Politix. Revue des sciences sociales du politique en 1995[11].
  • "Educateurs et parents, alliés intermittents", par Jacqueline Costa-Lascoux, dans la revue Après-demain 200[5].
  • "Les associations de parents d’élèves en France : approche socio-historique et mutations idéologiques" par Philippe Gombert dans la Revue française de pédagogie en  janvier-mars 2008[6]
  • "Le congrès de la Fédération des conseils de parents d'élèves La FCPE en mal d'adhérents" par Jean-Michel Dumay, le 10 juin 1992 dans Le Monde [8].
  • "Jean Andrieu succède à M. Cornec à la tête de la Fédération des conseils de parents d'élèves" par Edwy Plenel, le 28 mai 1980 dans Le Monde[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Chiffres du Ministère de l'Education nationale, qui centralise les résultats [1]
  2. http://cache.media.education.gouv.fr/file/03_Mars/44/3/Formation_pleniere_CSE_243443.pdf.
  3. historique de la FCPE par elle-même
  4. Décret du 5 août 1951
  5. a b et c "Educateurs et parents, alliés intermittents", par Jacqueline Costa-Lascoux, dans la revue Après-demain 2009 [2]
  6. a b c d e f g h i j k l m n o p et q "Les associations de parents d’élèves en France : approche socio-historique et mutations idéologiques" par Philippe Gombert dans la Revue française de pédagogie en  janvier-mars 2008 [3]
  7. a b c d e et f "Yves Careil, L'expérience des collégiens. Ségrégations, médiations, tensions, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2007  [4] 
  8. a b c d e f g h i j et k "Le congrès de la Fédération des conseils de parents d'élèves La FCPE en mal d'adhérents" par Jean-Michel Dumay, le 10 juin 1992 dans Le Monde [5] 
  9. a b c d e f g h i j k l et m "Jean Andrieu succède à M. Cornec à la tête de la Fédération des conseils de parents d'élèves" par Edwy Plenel, le 28 mai 1980 dans Le Monde [6] 
  10. Dépêche AFP du 15/09/2008 - Bac/médailles : "inutile" pour la Peep
    Nouvelobs.com - 23/06/2008 - Les écoliers du primaire n'iraientplus en classe le samedi
    Libération - 24/09/2008 - Darcos sonne la fin de l’école le samedi
  11. a b et c "Une partie inégale. Les interventions publiques des parents d'élèves" par Yves Dutercq, dans Politix. Revue des sciences sociales du politique en 1995 [7]
  12. a b et c Jean Andrieu : « Notre objectif, une école de qualité » interview dans L'Unité du 10 octobre 1980 [8]
  13. a b c d et e "Bernard Borecki, nouveau président de la FCPE" dans Le Monde du 22 septembre 1994 [9] 
  14. a b c et d "Pour un nouveau pacte éducatif" dans "L'École et les parents: la grande explication", en collaboration avec Daniel Hameline, par Philippe Meirieu, professeur des universités, 2000 [10]
  15. Le président de la FCPE victime de son soutien affiché à la réforme du collège, news.yahoo.com, 24 mai 2015
  16. « E3C : M. Blanquer a 72 heures pour se prononcer sur les propositions de la FCPE », sur FCPE (consulté le )
  17. a et b "Val-de-Marne : les parents d’élèves demandent une enquête sur les violences policières" par Marion Kremp, dans Le Parisien du 13 décembre 2018 [11]
  18. a b c d et e "Rodrigo Arenas, un militant derrière le voile", par Mattea Battaglia et Camille Stromboni, dans Le Monde du 12 novembre 2019 [12]
  19. « Covid-19 : "Les moyens n'ont pas été mis à disposition pour que le protocole sanitaire dans les écoles se réalise", tacle le co-président de la FCPE », sur Franceinfo, (consulté le )
  20. "Covid-19 : la communauté éducative s’inquiète à l’approche de la rentrée scolaire" par Violaine Morin, dans Le Monde du 19 août 2020, article reprenant ses déclarations au Huffigton Post [13]
  21. Interview par Anthony Berthelier dans le Huffigton Post du [14]
  22. a b c et d Interview de Rodrigo Arenas à Ouest-France, propos recueillis par Jean-Philippe Nicoleau, le 25/09/2020 [15]
  23. « livret LAICITE », sur FCPE (consulté le )
  24. a et b "Enseignant décapité : "On ne peut pas attendre des parents et des enseignants qu'ils puissent aider les élèves aujourd'hui", estime la FCPE des Yvelines. franceinfo – Radio France, le 21/10/2020 [16]
  25. a et b " Parents, réseaux et école, le nouveau trio infernal ?" par Stéphanie Combe le 22/10/2020 dans La Vie [17] 
  26. L'Obs, le 17 octobre 2020 [18]
  27. Professeur décapité. « Il faut résister » : l’hommage des collégiens à Samuel Paty, Dépêche AFP dans Ouest-France le 17/10/2020  [19]
  28. a b et c "Comment une campagne haineuse sur les réseaux sociaux a conduit au meurtre d'un enseignant" par Caroline Pailliez, Sybille de La Hamaide et Thierry Chiarello, pour l'Agence Reuters, le 17 octobre 2020 [20]
  29. Article de Violaine Des Courières dans Marianne le 21/10/2020 [21]
  30. Reportage de Marie-Estelle Pech, journaliste éducation du Figaro le 17 octobre 2020 [22]
  31. Article de Arret sur Image [23]
  32. "Enseignant décapité dans les Yvelines : la FCPE pointe du doigt la modération de Facebook" par Sorya Khaldoun France Télévisions, le 18 octobre 2020 VIDEO [24]
  33. "Rodrigo Arenas, coprésident de la FCPE : « L’obscurantisme n’aura jamais raison de la République » par Alexandra Chaignon, dans L'Humanité du 19 octobre 2020 [25]
  34. a b et c “Imposer sa vision personnelle à un enseignant, c’est être hors-la-loi”, interview par Estelle Couvercelle le 20 octobre 2020 sur Le pèlerin [26]
  35. Paul Sugy, Au congrès de la FCPE, des propos sur Samuel Paty font polémique et ravivent des fractures internes, lefigaro.fr, 4 juillet 2021
  36. "Covid-19 à l'école : "La continuité pédagogique n'est pas une réalité", regrette le président de la FCPE Rodrigo Arenas, Radio France, le 17 septembre 2020 [27]
  37. « L'organisation de la FCPE | FCPE », sur www.fcpe.asso.fr (consulté le )
  38. a et b Chiffres du Ministère de l'Education nationale, qui centralise les résultats [28]
  39. V.V., « La fin des grandes vacances ? », le Journal du dimanche,‎ (lire en ligne)
  40. Réforme du collège : qu’en pensent les parents d’élèves?, causeur.fr, 15 mai 2015
  41. « Notre projet pour l'école | FCPE », sur www.fcpe.asso.fr (consulté le )
  42. Projet éducatif sur le site de la FCPE
  43. a b c d e f g et h "Crise à la FCPE et cinglant désaveu de son président" par Luc Cédelle le 25 mai 2015 dans Le Monde [29]
  44. https://www.ouest-france.fr/education/ecole/parents-d-eleves-le-president-de-la-fcpe-demissionne-6082846
  45. a et b Marie-Estelle Pech, Pourquoi la base de la FCPE tempête contre sa direction, lefigaro.fr, 26 mai 2015
  46. "Crise à la FCPE : ce que veulent les parents", par Jean-Paul Brighelli, le 28/05/2015 dans Le Point [30]
  47. Liliana Moyano élue présidente d’une FCPE fragilisée, lemonde.fr, 6 juin 2015
  48. AFP repris par Le Point le 25/05/2015 [31]
  49. Arras: une crise interne «majeure» secoue la FCPE du Pas-de-Calais, lavoixdunord.fr, 1er février 2016
  50. FCPE du Pas-de-Calais: ça vire au règlement de compte!, lavoixdunord.fr, 6 février 2016
  51. « Argent évaporé : une enquête judiciaire affole la FCPE », sur Mediapart, (consulté le ).
  52. Essonne : la plainte contre l’ex-présidente de la FCPE 91 classée sans suite, leparisien.fr, 21 mai 2018
  53. a b c d e f g h i j et k " Une fédération de parents d’élèves va porter plainte contre Laurent Bouvet" par Mattea Battaglia et Samuel Laurent, le 25 septembre 2019 dans Le Monde [32]
  54. a b c et d "Laurent Bouvet vivement critiqué après le partage de photomontages jugés islamophobes", par Marie Fiachetti, le 23 septembre 2019 dans L'Obs [33]
  55. "A Saint-Denis, l'embarrassant Monsieur Messaoudene, à l'origine de la marche contre l'islamophobie" par Hadrien Mathoux le 08/11/2019 dans Marianne
  56. a b et c « Comment peut-on relayer de tels photomontages, quand on est en responsabilité ? » interview de Rodrigo Arenas par Gurvan Le Guellec dans L'Obs du 26 septembre 2019 [34]
  57. a et b Jean-Michel Blanquer sur RMC-BFM TV le 24/09/2019 à 9:22, interview par Jean-Jacques Bourdin [35]
  58. a et b " Affiche sur les mères voilées en sortie scolaire parodiée : la FCPE porte plainte " par Joffrey Vovos, LeParisien, site internet du quotidien, le 24 septembre 2019 à 19h26 [36]
  59. Site officiel du Ministère de l'Éducation [37]
  60. « Élections », sur Ministère de l'Education Nationale et de la Jeunesse (consulté le ).
  61. a et b Clémence Barral, Polémique après la diffusion d’une affiche de la FCPE avec une mère voilée, lefigaro.fr, 24 septembre 2019
  62. a b et c Une mère voilée sur une affiche, Jean-Michel Blanquer trouve cela "regrettable", huffingtonpost.fr, 24 septembre 2019
  63. " Une mère voilée en sortie scolaire: l'affiche sidère Blanquer, la FCPE désespère" le 25/09/19 dans Le Journal des femmes [38]
  64. " Affiche de la FCPE : Pourquoi le sujet des sorties scolaires avec des mères voilées refait-il surface ?" par Delphine Bancau le 24/09/19 dans VingtMinutes (France) [39]
  65. a et b Camille Victor et Alice Pairo-Vasseur, Le président de la FCPE ne veut pas être traité d'islamo-gauchiste, lepoint.fr, 12 décembre 2020
  66. « La FCPE et «l’islamogauchisme»: la justice doit trancher », sur LEFIGARO (consulté le )
  67. « Islamisme, la défaite des autruches », sur www.franceinter.fr (consulté le )
  68. « Jean-Pierre Obin : "La FCPE doit revenir à une position plus laïque" », sur LExpress.fr, (consulté le )
  69. a et b « « Islamo-gauchisme » : Jean-Pierre Obin soutenu au tribunal par Manuel Valls », sur fr.sports.yahoo.com (consulté le )
  70. a et b Nadjet Cherigui, « « Islamo-gauchisme » : Jean-Pierre Obin soutenu au tribunal par Manuel Valls », sur Le Point, (consulté le )
  71. « Laïcité à l’école: «Il faut réinitialiser le logiciel républicain, notamment pour les jeunes générations» », sur LEFIGARO (consulté le )
  72. Archives de l'INA sur la Fédération Cornec et
    Site d'un Conseil local - Biographie de Jean Cornec
  73. Histoire et archives orales de l'enseignement
  74. [40] et [41]
  75. [42]
  76. Faride Hamana réélu à la tête de la FCPE, site du Nouvel Obs, 11/6/2007
  77. AFP, « Jean-Jacques Hazan, nouveau président de la FCPE », sur Vousnousils.fr, (consulté le )
  78. Monsieur Rodrigo Arenas, conseil en relations publiques et communication (2012-2014) Greffes, cités par Societe.com
  79. Rythmes scolaires: une subvention qui tombe à pic, Marie Caroline Missir, lexpress.fr, publié le 13 novembre 2013
  80. Quand le gouvernement achète la paix sociale à coups d’enveloppes, valeursactuelles.com, 11 décembre 2013


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Cadre d'intervention de la FCPE[modifier | modifier le code]

Autres fédérations de parents[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]