Fédération anarchiste uruguayenne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Fédération anarchiste uruguayenne
Image dans Infobox.
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Pays
Organisation
Affiliation
Idéologie
Site web

La Fédération anarchiste uruguayenne (Federación Anarquista Uruguaya, FAU) a été fondée en 1956. Dissoute en 1967 par le gouvernement de Pacheco Areco, elle dut entrer dans la clandestinité jusqu'à 1971. La FAU fut l'une des premières organisation à promouvoir l'especifismo, qui promouvait l'organisation des anarchistes en une fédération, et prétend se distinguer du plateformisme. Depuis 2010, elle est membre du réseau Anarkismo.net.

Trouvant son origine en partie dans l'immigration italienne et espagnole en Uruguay, qui avait participé, dès 1905, à la création de la Fédération ouvrière régionale uruguayenne (FORU), la FAU comprenait de nombreux militants républicains de la guerre d'Espagne. Elle participa dès sa création aux luttes sociales, appuyant le renforcement des syndicats.

Années 1960-1970[modifier | modifier le code]

Au début des années 1960, la FAU participa à la structure du « Coordinateur » (El Coordinator), ancêtre des Tupamaros. La fédération ne rejoint pas le MLN-T qui en est issu en 1966. Jorge Zabalza, membre de la FAU, intégra cependant les Tupamaros [1].

Après le décret de dissolution de 1967, la FAU entra dans la clandestinité. En 1968, dans une tentative d'adaptation à la situation d'illégalité et de répression, la FAU décide de faire apparaître un front de masse baptisé Résistance ouvrière étudiante (Resistencia Obrero Estudiantil, ROE). La ROE organise ainsi dans un front large militants de quartier, syndicalistes ouvriers et étudiants combatifs[2]. L'état d'urgence et la militarisation de la vie politique conduisent aussi la FAU à développer en 1971 une structure armée : l'OPR-33 (Organización Popular Revolucionaria-33 Orientales), publiant un hebdomadaire clandestin, et créant un réseau d'infrastructures pour préparer ses actions et protéger ses militants. L'OPR-33 effectua plusieurs actions directes, telles que des sabotages, des « expropriations », des enlèvements de dirigeants politiques ou patronaux, l'appui armé à des grèves, des occupations d'usines, etc. Le , ils volent le drapeau des Trente-trois Orientaux au Musée historique national. Opposés à la participation électorale, ils prônent l'abstention lors des élections générales de 1971, refusant de soutenir le Front large.

En 1975, des militants de la FAU,de la ROE et de l'OPR-33 en exil à Buenos Aires (dont Hugo Cores, Gerardo Gatti et Léon Duarte) fondent le Partido por la Victoria del Pueblo (PVP), qui a subi des influences marxistes. De tendance « marxiste libertaire », le PVP a aujourd'hui abandonné l'anarchisme pour une politique électoraliste et fait partie du Frente amplio[3],[4].

Sous la dictature, une cinquantaine de membres de la FAU furent victimes de disparitions forcées, de torture et d'assassinats aux mains des services de sécurité uruguayens et argentins, d'autres condamnés à de lourdes peines de prisons.

De la transition démocratique à aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Avec la transition démocratique à partir de 1985, la FAU se réorganisa au début de 1986. Elle est active aujourd'hui dans les écoles, chez les parents d'élèves, dans les associations de quartiers, dans les syndicats, et dans l'édition, disposant d'une maison d'édition à part entière. Elle est aussi responsable de six radios communautaires et trois bibliothèques. Par ailleurs, elle a aidé d'autres militants à créer des organisations similaires au Brésil (la Federação Anarquista Gaúcha (es) (FAG), la Federação Anarquista Cabocla (FACA) et la plus récente Federação Anarquista do Rio de Janeiro (FARJ), ainsi qu'en Argentine (l'AUCA, aujourd'hui disparue).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Labrousse, « Les Tupamaros : de la lutte armée à la voie électorale (1964-2009) », Problèmes d'Amérique latine,‎ , p. 17-36 (ISBN 9782916722702, lire en ligne)
  2. (es) Julián López, « La Federación Anarquista Uruguaya (FAU) y la producción intertextual del anarquismo latinoamericano », Ciencia Política, 14,‎ , p. 129-157 (DOI https://doi.org/10.15446/cp.v14n28.79137, lire en ligne)
  3. (es) Eduardo Rey Tristán, « Propuestas revolucionarias en la izquierda uruguaya de los años 60 », Revista de Historia de América,‎ n° 132, 2003, p. 75–100 (lire en ligne)
  4. (es) Jaime Yaffé, « Consolidación y transformación partidaria. Institucionalización, liderazgo y capacidad de adaptación en el Frente Amplio de Uruguay », Iberoamericana,‎ n° 50, 2013, p. 7–26 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]