Fécondation anémophile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les plantes anémophiles, comme ce pin, produisent de grandes quantités de pollen emportées par le vent.

La fécondation anémophile, appelée aussi anémophilie ou anémogamie, est un processus de pollinisation où les gamètes mâles et femelles des végétaux se rencontrent transportés par le vent. Les gymnospermes notamment ne disposent que de ce moyen pour disséminer leurs gamètes.

Il s'agit d'un mode de fécondation relativement incertain et aléatoire. Moins efficace que la fécondation entomophile, qui a grandement contribué au succès des angiospermes, il fut également inventé beaucoup plus tôt dans l'évolution.

La méthode la plus simple, mais la moins efficace, consiste à produire des quantités massives de pollen afin que le vent les transporte à bon port. La plante dépense ainsi beaucoup d’énergie à produire du pollen ; en revanche, elle n’a pas besoin de façonner des structures complexes pour attirer des pollinisateurs comme des fleurs colorées, du nectar ou des parfums odorants. Environ 10 % des espèces s’en remettent au vent pour assurer leur pollinisation, parmi lesquelles figurent les graminées (l’un des principaux responsables du rhume des foins) et la plupart des gymnospermes. Dans ce type de pollinisation, le pollen peut aussi être plus léger ou avoir des ballonnets d'air. Aussi les stigmates tels celui du chêne, du saule, du pin réceptionnent facilement le pollen par un stigmate long et plumeux. Une autre méthode consiste à modifier la texture pollinique lorsque le pollinisation entomophile a échoué. Cette anémogamie tardive « de secours » prend alors le relais[1].

Cette reproduction à l'inverse de l'entomophile (pollinisation par les insectes) peut avoir un effet allergisant. En effet, dans le cadre d'une pollinisation effectuée par le vent, le pollen transporté dans l'air peut irriter les yeux ou encore le nez des individus[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Encyclopædia universalis, Encyclopædia universalis France, , p. 757.
  2. http://www.allergens-controlled.com/blog/pollens-de-mediterranee-604

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :