Ezio Bosso

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ezio Bosso
Image dans Infobox.
Ezio Bosso en 2019.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 48 ans)
BologneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Instrument
Influencé par
Site web
(it + en) www.eziobosso.comVoir et modifier les données sur Wikidata
Prononciation

Ezio Bosso (né le à Turin et mort le à Bologne) est un chef d’orchestre et un compositeur italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Depuis l’apparition d’une néoplasie en 2011, Ezio Bosso est handicapé par une dégénérescence neuropathique, initialement diagnostiquée par erreur comme une maladie de Charcot (SLA), qui ne l’empêche cependant pas de diriger[1],[2] dont des orchestres de premier plan comme le London Symphony Orchestra.

Le 30 octobre 2015 sort son premier grand album studio The 12th Room qui atteint la troisième place du classement des albums du FIMI italien [3].

Il a remporté plusieurs prix pour ses compositions, notamment le « Green Room Award australien  », le « Syracuse NY Award » et deux nominations au David di Donatello pour la musique du film L'Été où j'ai grandi (2004) et Le Garçon invisible (2015). Ses compositions ont été jouées dans divers films, performances artistiques et productions théâtrales [4].

Ezio Bosso est mort le dans sa maison de Bologne à l'âge de 48 ans[5].

Hommage posthume[modifier | modifier le code]

Avec le documentaire de Giorgio Verdelli Ezio Bosso. Le cose che restano Ezio Bosso est protagoniste du festival du film de Venise 2O21. Le film sortira dans les cinémas italiens les 4, 5 et 6 octobre 2021[6].

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Gloria Ghiara et Rossana Campisi, « Che cos'è la Sla? Le cose da sapere sulla malattia che ha colpito Ezio Bosso », sur elle.com, .
  2. (it) Anna Montesano, « Malattia Ezio Bosso, qual è?/ Sindrome neurodegenerativa “disagio non mi fa annoiare” », sur ilsussidiario.net, .
  3. (it) Steffen Hung, « italiancharts », sur italiancharts.com (consulté le ).
  4. (it) Nicoletta Moncalero, « 10 cose che non sai su Ezio Bosso che con la forza di volontà ha vinto la sfida con la musica », sur L'HuffPost, (consulté le ).
  5. (it) Silvia Fumarola, « È morto Ezio Bosso, il pianista che non ha mai smesso di sorridere », sur la Repubblica, Repubblica, (consulté le ).
  6. (it) Chiara Ugolini, « Venezia 78. 'Ezio Bosso. Le cose che restano': nel doc sul musicista c'è anche un brano inedito », sur la Repubblica, Repubblica, (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]