Eygalayes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Eygalayes
Eygalayes
Vue de l'entrée du village
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Nyons
Canton Nyons et Baronnies

Séderon (avant mars 2015)

Intercommunalité Communauté de communes des Baronnies en Drôme Provençale
Maire
Mandat
Georges Roméo
2016-2020
Code postal 26560
Code commune 26126
Démographie
Gentilé Eygalayais, Eygalayaises
Population
municipale
76 hab. (2015 en augmentation de 10,14 % par rapport à 2010)
Densité 4,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 14′ 24″ nord, 5° 36′ 30″ est
Altitude Min. 722 m
Max. 1 484 m
Superficie 17,97 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de la Drôme
City locator 14.svg
Eygalayes

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Eygalayes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Eygalayes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Eygalayes
Liens
Site web http://www.eygalayes.fr/

Eygalayes est une commune française du département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Izon-la-Bruisse Ballons Rose des vents
Vers-sur-Méouge N Lachau
O    Eygalayes    E
S
Séderon Les Omergues
Alpes-de-Haute-Provence
Montfroc

Eygalayes est situé à l'extrême sud-est de la Drôme à 8 km de Séderon. Les communes les plus proches sont Izon-la-Bruisse, Lachau, Vers-sur-Méouge et Ballons. La commune est arrosée par la Méouge, ainsi que par l'un de ses affluents, le Riançon. La commune est desservie par la ligne d'autocars no 43 (Laragne - Mévouillon)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Après un différend avec les contrées voisines, le village de Gaudissard qui comportait un château sis sur une colline fut complètement rasé vers 1302. Un nouveau village fut construit non loin de là. Son nouveau nom apparaît dès 1346 comme étant celui d'Ayguelaye[2]. Une partie du village se trouve en Dauphiné (rive gauche du Riançon) et une autre en Provence (rive droite du Riançon, ru affluent de la Méouge).

Article détaillé : Maquis Ventoux.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie d'Eygalayes

Dans un petit village comme celui d'Eygalayes, les maires ne se proclament pas d'un parti ou d'un autre. La population vote pour un conseil municipal qui élit le maire en son sein. Les documents d'archives montrent que le maire n'est pas toujours le conseiller municipal qui a obtenu le plus de voix.

En 1841, la population d'Eygalayes atteignit 478 habitants (le nombre d'électeurs inscrits à cette époque n'est pas connu), une soixantaine aujourd'hui.

Les données de ce tableau ont été recueillies auprès des Archives départementales de la Drôme. Les cases vides indiquent que les données n'ont pas pu être trouvées ou étaient inexistantes.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1953 mars 2001 André Nicolas    
mars 2001 mars 2008 Jacques Laurent    
mars 2008 mars 2014 Josette Fournier    
mars 2014 en cours
(au 20 novembre 2014)
Marie-Claude Fontaine-Pascal[3] DVG Retraitée

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5].

En 2015, la commune comptait 76 habitants[Note 1], en augmentation de 10,14 % par rapport à 2010 (Drôme : +4,11 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
441454420442467469478460458
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
443439444402367365326303287
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
266233259251194181159162134
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
11410689807676716876
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

La paroisse catholique d'Eygalayes dépend du diocèse de Valence, doyenné de Buis-les-Baronnies[8].

Sports et équipements sportifs[modifier | modifier le code]

Eygalayes a été ville étape du rallye de Monte-Carlo 2012[9].

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Troupeau à Eygalayes

Industrie[modifier | modifier le code]

Commerce[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église paroissiale
  • La place du village comporte un monument aux morts de la Première Guerre mondiale dont la devise est : Le droit prime la force.

La nécropole nationale d'Eygalayes[modifier | modifier le code]

À l'une des entrées du village se trouve la nécropole nationale d'Eygalayes édifiée Aux morts du maquis comportant 35 tombes de maquisards fusillés par les Allemands le .

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le père Armand Passeron, prêtre de Marseille, qui possédait une maison de famille, sur la route d'Izon-la-Bruisse.
  • André Nicolas (1921- 2012) fut quant à lui un héros de la commune. Il participa pendant près de 50 ans à la gestion de la commune en remplissant successivement six mandats de maire puis de conseiller municipal. Il fut également l'un des résistants du Maquis Ventoux à Izon-la-Bruisse et fut l'un des derniers témoins de la tuerie des résistants du même Maquis, le , tuerie à laquelle il avait assisté, impuissant. Il fut engagé aussi très tôt pendant la guerre, auprès des Chasseurs Alpins.
  • Lucien Bertrand (1847-1929) ancien député de la Drôme, né à Eygalayes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. ligne de bus no 43
  2. Balades en Baronnies, de Freddy Todeur, Ed. A. Barthélémy (ISBN 2-87923-208-2)]
  3. Eygalayes sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 20 novembre 2014).
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  8. paroisse catholique d'Eygalayes
  9. Rallye de Monté Carlo 2012