Eye of the Beholder (jeu vidéo)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Eye of the Beholder.
Eye of the Beholder
Éditeur Strategic Simulations, Inc.
Développeur Westwood Studios

Date de sortie 1990
Genre RPG
Mode de jeu Un joueur
Plate-forme DOS, Amiga, Mega-CD, Super Nintendo, Lynx
Média 3 disquettes, CD, Cartouche
Contrôle Souris, clavier, manette

Eye of the Beholder est un jeu vidéo de rôle développé par Westwood Studios et publié par Strategic Simulations, Inc. en 1990. Initialement sorti sur PC, le jeu a été adapté sur Amiga, Mega-CD, Super Nintendo et la console portable Lynx.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Le jeu est très similaire à Dungeon Master, à savoir un jeu de rôle dont la progression est fondée sur l'exploration de souterrains de plus en plus profonds, mais il utilise les règles de Donjons et Dragons. Le jeu se caractérise par des combats en temps réel et une vue subjective[1].

Labyrinthes[modifier | modifier le code]

Le lieu où évoluent les personnages est un grand labyrinthe dont il est parfois nécessaire de dresser soi-même une carte pour se repérer (car le jeu n'inclut pas cette possibilité).

Énigmes[modifier | modifier le code]

L'attrait du jeu vient probablement de la profusion d'énigmes. Ainsi, le jeu a une très longue durée de vie et l'on peut le terminer en n'ayant exploré qu'une partie des labyrinthes.

Scénario[modifier | modifier le code]

La ville d'Eauprofonde connaît des problèmes d'égouts infestés de créatures maléfiques. Le prince de la ville fait appel à quatre valeureux héros pour enquêter sur ce mystère. À peine entrée, l'équipe est prise au piège.

Ce scénario n'a que très peu d'importance, le jeu étant plutôt de type porte-monstre-trésor.

Publication[modifier | modifier le code]

Développé par Westwood Studios, le jeu est publié par Strategic Simulations en 1990 sur PC. Il est ensuite porté sur Amiga, Mega-CD et Super Nintendo[2].

Accueil[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes obtenues
Eye of the Beholder
Sur PC (1991)
Computer and Video Games US 96 %[3]
Dragon US 5/5[4]
Gen4 FR 94 %[5]
Joystick FR 90 %[6]
Tilt FR 18/20[7]
Sur Amiga (1991)
Amiga Computing US 90 %[8]
Amiga Format US 92 %[9]
Amiga Power US 88 %[10]
The One US 92 %[11]

Au total, 129 234 copies du jeu sont vendues par Strategic Simulations[12].

Rétrospectivement, la journaliste Scorpia du magazine Computer Gaming World met d’abord l’accent sur le moteur de jeu « totalement nouveau » de Eye of the Beholder, qui s’inspire d’après elle de Dungeon Master. Elle juge en effet son utilisation des graphismes et des effets sonores « excellente » en expliquant qu’ils « donnent au joueur le sentiment d’être dans un donjon ». Elle fait également l’éloge de son système de jeu, qui se différencie de celui de la série Gold Box, en se focalisant sur la résolution d’énigmes plutôt que sur les combats. Son seul regret concerne son système de combat qui, d’après elle, pourrait être amélioré car contrôler jusqu’à six personnage en temps réel se révèle parfois « compliqué ». Malgré cela, elle le considère comme un premier jeu « impressionnant » et prometteur[13]. Dans The Video Games Guide, Matt Fox note qu’avec Eye of the Beholder, Strategic Simulations continue de profiter du succès de la série Gold Box en transposant, pour la première fois, sa licence officielle de Donjons et Dragons dans un jeu en trois dimensions. Il met également en avant l’influence de Dungeon Master, avec qui il partage sa vue à la première personne, et estime que, comme ce dernier, il constitue un jeu d’une qualité exceptionnelle qui se révèle d’une addictivité inquiétante[2].

Postérité[modifier | modifier le code]

Eye of the Beholder bénéficie de deux suites : Eye of the Beholder II: The Legend of Darkmoon (1992) et Eye of the Beholder III: Assault on Myth Drannor (1993)[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Tony Mott, Les 1001 jeux vidéo auxquels il faut avoir joué dans sa vie, Flammarion, , 960 p. (ISBN 9782081262171), p. 189
  2. a, b et c (en) Matt Fox, The Video Games Guide, McFarland, , 416 p. (ISBN 9781476600673), p. 100
  3. (en) Paul et Rob Sez, « Eye of the Beholder », Computer and Video Games, no 114,‎ , p. 86-89.
  4. (en) Hartley, Patricia et Kirk Lesser, « The Role of Computers », Dragon, no 171,‎ , p. 57-64.
  5. « Eye of the Beholder », Gen4, no 32,‎ , p. 42-44.
  6. Moulinex, « Eye of the Beholder », Joystick, no 15,‎ , p. 166-167.
  7. Jean Loup Jovanovic, « Eye of the Beholder », Tilt, no 90,‎ , p. 104-106.
  8. (en) Jason Holborn, « Dungeon Master meets Dynorod: Eye of the Beholder », Amiga Computing, no 37,‎ , p. 52.
  9. (en) Neil Jackson, « Eye of the Beholder », Amiga Power, no 24,‎ , p. 82-84.
  10. (en) Mark Ramshaw, « Eye of the Beholder », Amiga Power, no 1,‎ , p. 44-46.
  11. (en) Paul Presley, « Eye of the Beholder », The One, no 33,‎ , p. 80-81.
  12. (en) Jimmy Maher, « Opening the Gold Box, Part 5: All That Glitters is Not Gold », sur Filfre.net, .
  13. (en) Scorpia, « Computer Role-Playing Game Survey », Computer Gaming World, no 87,‎ , p. 18.