Eyal Weizman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Eyal Weizman
Eyal Weizman.jpg

Eyal Weizman (2012)

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (47 ans)
HaïfaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Eyal Weizman est un architecte israélien né le à Haïfa. Il est basé à Tel-Aviv et à Londres.

Biographie[modifier | modifier le code]

Eyel Weizman a étudié l'architecture à l'Architectural Association School of Architecture de Londres. Il a fait son doctorat d'architecture au London Consortium du Birkbeck College.

D'abord professeur d'architecture à Académie des Beaux-Arts de Vienne, il dirige aujourd'hui le Centre pour la recherche en architecture[1] du Goldsmiths College (Université de Londres). En 2007, il fonde le Decolonizing Architecture Institute (DAi) avec deux autres architectes, Alessandro Petti, Sandi Hilal.

Il travaille également pour l’organisation (ONG) des droits humains B'tselem[2].

Weizman a enseigné et donné des conférences dans de nombreuses institutions dans le monde entier.

Écrits[modifier | modifier le code]

Il a publié plusieurs ouvrages critiques sur l'architecture israélienne contemporaine et sur le rapport entre architecture et occupation, notamment en Cisjordanie[3].

Il développe plusieurs thèses, notamment la 'Politique de la Verticalité'[4] et 'l'Architecture de Décolonisation'[5].

Weizman a aussi écrit plusieurs articles dans des journaux, magazines et livres collectifs. Il contribue régulièrement à Cabinet Magazine (New York).

Expositions[modifier | modifier le code]

Une part de son travail se situe dans le champ de la recherche artistique. Il montre son travail de recherche architecturale par des moyens plastiques. Comme par exemple, l'installation 'decolonizing.ps' montré à la Biennale d'Istanbul [6] en 2009. On pouvait y voir des livres reliés avec couvertures en plomb, posés sur des tables d'écoliers.

Ces dernières expositions ont eu lieu à New York, Berlin, Rotterdam, San Francisco, Malmoe, Tel Aviv and Ramallah.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1998 (avec Christian Nicolas) Random Walk, Londres: Architectural Association
  • 2000 Yellow Rhythms, Rotterdam: 010 Publishers
  • 2003 (avec Rafi Segal) Civilian Occupation: The Politics of Israeli Architecture, Londres: Verso
  • 2003 (avec Anselm Franke) Territories, Builders and Warrior, Rotterdam: Witte de With Press
  • 2003 (avec Anselm Franke) Territories, Camps, Islands and other States of Utopia, Berlin et Cologne: Kunst Werke & Walter Koenig Press
  • 2004 (avec Anselm Franke) Territories, The Frontiers of Utopia and other Facts on the Ground, Cologne: Walther Koenig Press
  • 2007 Hollow Land: Israel's Architecture of Occupation, Verso
  • 2011 The Least of All Possible Evils: Humanitarian Violence from Arendt to Gaza, Verso
  • 2012 (avec Thomas Keenan) Mengele's Skull: The Advent of Forensic Aesthetics, Sternberg Press/Portikus
  • 2012 Forensic Architecture: Notes from Fields and Forums (dOCUMENTA 13 notebook n.062), Hatje Cantz
  • 2013 (avec Ines Weizman) Before and After, Moscou: Strelka Press
  • 2014 (avec Alessandro Petti and Sandi Hilal) Architecture After Revolution, Berlin: Sternberg Press
  • 2014 (avec Forensic Architecture) FORENSIS, Berlin: Sternberg Press
  • 2015 The Roundabout Revolution, Berlin: Sternberg Press
  • 2015 (avec Fazal Sheikh) The Conflict Shoreline: Colonization as Climate Change in the Negev Desert, Göttingen: Steidl
  • 2017 Forensic Architecture: Violence at the Threshold of Detectability, New York: Zone Books.

en français[modifier | modifier le code]

  • À travers les murs : l'architecture de la nouvelle guerre urbaine, La Fabrique, 2008
  • « L'image en conflit. La violence au seuil de sa détectabilité », Penser l'image III. Comment lire les images?, dir. Emmanuel Alloa, Presses du réel, 2017, pp. 231-256.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]