Extase (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Extase (homonymie).
Extase
Description de cette image, également commentée ci-après

Affiche du film en anglais.

Titre original Extáze
Réalisation Gustav Machaty
Scénario Gustav Machaty
Frantisek Horky
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de l'Autriche Autriche
Drapeau de la Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie
Durée 82 minutes
Sortie 1933

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Extase (Extáze) est un film austro-tchécoslovaque de Gustav Machaty sorti en 1933.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Une femme délaissée par son mari prend un amant.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Réputation[modifier | modifier le code]

Extase fit sensation en son temps en raison des scènes où Hedy Lamarr, entièrement nue, nage puis court à travers bois et champs ; ainsi que pour les plans qui, bien que sans rien montrer d'autre que les visages des acteurs, dépeignent l'union physique des amants et la jouissance éprouvée par le personnage féminin. Considéré à tort comme le premier film non-pornographique à inclure une scène de nu, il peut à meilleur droit être crédité du premier rapport sexuel[1] et du premier orgasme féminin[2],[3] portés à l'écran dans l'histoire du cinéma conventionnel.

Présenté lors de la deuxième mostra de Venise 1934, le film participa à un scandale qui amena Mussolini à reprendre en main la programmation du festival, avec l'aide du Vatican. Plus tard, le mari de Hedy Lamarr, très jaloux, essaya d'en faire saisir toutes les copies pour les détruire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Patrick Robertson, Film Facts, New York, Billboard Books, 2001, p. 66.
  2. (en) Anura Guruge, « Hedy Lamarr Orgasmic Scene In 1933 ‘Ecstasy’ — The First In A Non-Pornographic Movie. », sur Orgasms 101, .
  3. Anne-Laure Pineau, « Hedy Lamarr : la bombe qui inventa la torpille radiocommandée », sur Causette.fr, .

Lien externe[modifier | modifier le code]