Expressions ch'ti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le patois du Nord (eùl Patwå de ch'Nòrhd), ou ch'ti, est une variante régionale du picard (voir l'article Ch'ti (linguistique)) ; il fait partie du folklore culturel de la région Nord-Pas-de-Calais. Bien que relativement peu de personnes le parlent encore, ses expressions ponctuent les conversations entre les habitants du Nord.

Règles orthographiques et phonétiques utilisées[modifier | modifier le code]

Le patois du Nord, parlé, n'a pas de graphie uniformisée et admise. On donne ici la phrase en écriture Feller-Carton puis dans une écriture qui permet de respecter au mieux les accentuations et les intonations. Voici quelques règles orthographiques utilisées dans le deuxième cas :

  • le « å » se prononce entre le â (grave) et le o
  • le « æ » se prononce entre le à (ouvert) et le è
  • « rh », surtout en fin de mot, se prononce entre le « r » français et le « ch » allemand ou la jota espagnole
  • « vh » se prononce entre le « v » et le « f » dans un mot et « f » à la fin d'un mot
  • les voyelles coiffées d'un accent circonflexe (^) sont très accentuées
  • les voyelles portant un accent grave (`) sont ouvertes
  • les voyelles suivies d'un « h » sont longues
  • la triphtongue « aÿ » se prononce « éyi »
  • les doubles consonnes se prononcent en deux fois

Expressions courantes dans le Nord (Avesnois)[modifier | modifier le code]

Ej t'arconnôs ti z'aute, t'es d'min couin !
Je te reconnais toi, tu es de mon coin !


Inlève tin capiau

Înlèvhe eùt'kapiauw, î'å ûn Ch'tî quî påsse.
Enlève ton chapeau, il y a un Ch'ti qui passe.
Expression utilisée pour saluer un Ch'ti.


V'la un Ch'ti :

Je suis un Ch’ti.
Que l’on pouvait crier, haut et fort, en entrant dans un lieu public (le bistrot, le café) puisqu’on se connaissait. Il y avait des personnes de différentes origines (Flamands, Polonais, Italiens...) surtout dans les nouvelles villes industrielles, minières. C’était une façon de se taquiner gentiment les uns et les autres, en rappelant nos origines


Vlà m'tiète, min cu i vient !

Voilà ma tête, mon cul suit.


Ale a s'cu conme eune mante à prones !

Åle å s'cûh kôme eùne mante à prònes !
Elle a un cul comme une mande à prunes.
Se dit d'une fille qui a de grosses fesses.


Attinds, té vas vir, té vas printe su t'guife !

Åttînds, te vås vîr, te vås prînte sûh t'guiffe !
Attends, tu vas voir, tu vas en prendre une sur ta gueule.


À nous guifes !

À la nôtre.


Car qui ione, i va lon

Un chariot qui grince, va loin
Se dit d'une personne qui se plaint mais qui n'est jamais malade.


Chake poéyis chake mode, chake cu chake crote !

Chàke paÿs chàke mòde, chàke cûh chàke cròtte !
À chaque pays sa mode (sa coutume, sa façon de vivre), à chaque cul sa crotte.
Autre pays, autres mœurs.


Ch'ti-là y'a d'étoupes à sa quenouille

Serait-il cocu ?


Ch'que té m'dis là assis, ej té l'éros bin dis dbout !

Ch'queû te m'dîs lå åssîs, èj te l'auros bîn dîs dd'boût !
Ce que tu me dis là assis, je te l'aurais bien dit debout.
Pour en dire une pareille


Éch'ti qui parte àl' ducasse, i pièrd s' plache !

Éch'tî quî pårht àl' dûcàsse, î pièrhd eùss' plàche !
Qui va à la ducasse (fête du village), perd sa place.
Substitut nordiste de "Qui va à la chasse, perd sa place."


Éch'ti quî voudrot, i pourrot.

Éch'tî quî voudrot, î pourrot.
Celui qui voudrait, le pourrait.
Quand on veut, on peut.


Èj va l'foutte à l'uch !

Èj vå l'foutte à l'ûche !
Je vais le mettre à la porte.


Èj m'étoque, ch'est passé par l'trau à tarte !

Èj m'étòke, ch'é påssé pà' l'traûw à tærhte !
Je m'étouffe, c'est passé par le trou à tarte.
C'est passé dans la trachée.


Èj m'in va à Gardincour, uit jours din min gardîn pi uit jours din l'cour !

Èj m'în vå à Gàrdîncourh, huï jourhs dîn mîn gàrdîn et huï jourhs dîn l'courh !
Je m'en vais à Gàrdîncourh (Jardin + cour), huit jours dans mon jardin, et puis huit jours dans ma cour !
Expression utilisée lorsqu'on ne part pas en vacances. En réponse à la question "D'oùk te vås în vagances ?" (où vas-tu en vacances ?)


Èj n'in minjros su l'tiète d'un pouilleu !

Èj n'în mînjros sûh l'tiète d'ûn pouilleûs !
J'en mangerais sur la tête d'un pouilleux.
C'est très bon, j'adore ça.


Eul lanque d'eune fème, eul queue d'un kien, cha bérloque toudis !

Eùle lank d'eûne fåme, eùle queùïe d'ûn kyîn, chå berlòque toudîs!
La langue d'une femme, la queue d'un chien, ça remue tout le temps.


Eut'lingue ale s'ra usée qu'tés bros y s'ront cor tous neus.

Eùt'lîn åle s'rås ûséï qu'tés brås îs s'ront cô' tous neûs.
Ta langue, elle sera usée que tes bras seront encore tous neufs.
Se dit de quelqu'un qui parle beaucoup.


Férme eut'bouke, tin nez y va kére éddin !

Fàrme eùt'bouke, tîn néh î vå kéîr éddîn !
Ferme ta bouche, ton nez va tomber dedans
Se dit de quelqu'un qui à l'air ébahi.


Garchon, armet lés vères conme is étòtte !

Gærchôn, ærméht lés vièrhs kôme îs étòttent !
Garçon, remets les verres comme ils étaient.
Une deuxième tournée, garçon.


Grind vinteu, p'tit féseu !

Grind vinteu, p'tit féseux !
Grand vantard, petit faiseur (qui ne fait rien).


Y'a rin qui passe sans qui rapasse

Le temps répare les injustices


Il a sés loupes conme dés bords ed pot d'cambe !

Î å sés loupes kôme dés bòrhs ed'pô d'cambe !
Il a ses lèvres comme des bords de pot de chambre.
Se dit de quelqu'un qui a de grosses lèvres.


I drache toudis ichi éddin, in n'incachrot nin un kien à l'cour.

Î dråche toudîs îchî 'ddîn, în n'încàchrot nîn ûn kyîn à l'courh.'
Il pleut tout le temps ici, on n'enfermerait pas un chien dans la cour.
Quel temps de chien !


Il est malate, i tranne conme un viu kien !

Î é målåtte, î trànne kôme ûn viù kyîn !
Il est malade, il tremble comme un vieux chien.
Se dit de quelqu'un qui tremble, qui a de la fièvre.


In a toudis miu din l'sèke éq din l'frèke

In a toudis mi din l'sec que din l'frec'
On est toujours mieux au sec que dans l'humidité.


In n'est nin né din l'cafetiére pou raviser par l'busète !

În n'é nîn néh dîn l'kåftièrhe pou råviser pà' l'bûsète !
On n'est pas né dans la cafetière pour regarder par le bec verseur.
On n'est pas né de la dernière pluie.


Lon minjeu, lon ouvreu !

Lon mînjeûs, lon ouvhreûs !
Long mangeur, long travailleur.
Celui qui mange lentement, travaille lentement.


L'ogiau qui cante timpe au matin, eul cat i l'print !

L'ôjiauw quî kante tîmpe au måtin, eùl kåt î l'prînt !'
L'oiseau qui chante tôt le matin, le chat le prend.


Mouke tin nez, t'as du brin à t'bottine

Mouk eùt'nez, t'as du brin à t'bottine'
Mouche ton nez, tu as de la merde sur tes bottes.
À dire à quelqu'un dont le nez coule.


Moyennemint va partout bin

Qui va doucement, va loin. « Qui va loin ménage sa monture ».


Prinds eune cayèle, pis assîs te par tièrre !

Prîns eùne càyèle, pîs åssîs 'tte pàrh tièrre !'
Prends une chaise et assieds-toi par terre.
Invitation à s'assoir.


Quaind in ravîsse quécun, in' in voit qu'eul mitan !

Quîn în råvîsse quékîn, în' în vwå qu'eùle mihtîn !'
Quand on regarde quelqu'un, on n'en voit que la moitié.
Il ne faut pas se fier aux apparences.


Quaind l'glènne ale cante pu heut qu'ech co, in li rabat toudis sin caquet.

Quîn l'glènne åle kante pù hiauw qu'eùl côh, în li råbåt toudîs sîn kåkét.
Quand la poule chante plus haut que le coq, on lui rabat toujours son caquet.


Ravisse éch'ti-chi écmint qu'il est arnéqué !

Råvîsse éch'tî-chî k'mînt qu'î é ærnéké !'
Regarde celui-ci, comme il est mal fagoté.
Se dit de quelqu'un de mal habillé.


Sake éddins !

Såke éddîns !'
Tire dedans.
Vas-y, dépêche-toi!


Un baudet qui foait à s'mote ch'est l'mitan d'ses norritures.

L'obstination est rentable.


Un cras ojon, i vole jamais loin

Une oie grasse ne vole jamais loin


Un jone èd crapiaud, à s'mère i simbe toudis biau

Un jeune crapaud plaît toujours à sa mère.


Un neu ramon, i ramonne toudis miu.

Ûn neûs ramon, î ramònne toudîs miù.
Un balai neuf balaye toujours mieux.
Correspond à l'expression « Tout nouveau, tout beau ».
Un nouvel arrivant montre du zèle et induit des changements.


Vaut miu vinde du tiemps que de n'acater

Mieux vaut être en avance qu'en retard.


Un porchio qui fé ass'mote ch'el mitant deuss'nourriture

Un porc qui fait à sa mode c'est la moitié de sa nourriture.


Vlà comme il est nich'quouel !

Voilà comment il est parfait.


Tiens te droite, t'a l'cul en bus

Tiens toi droite, tu as le derrière qui ressort


Ravisse in moné

viens voir/ regarde un peu


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fernand Carton, Expressions et dictons du Nord Pas-de-Calais, Paris, Bonneton, 2004.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]