Explosions nucléaires pour l'économie nationale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le programme d'Explosions Nucléaires pour l’Économie Nationale (parfois appelé Programme #7[1]), était un programme soviétique pour étudier les explosions nucléaires pacifiques. Il est comparable au programme des États-Unis Opération Plowshare.

L'un des essais les plus connus est celui de Chagan du 15 janvier 1965. La radioactivité issue de l'essai Chagan a été détectée au-dessus du Japon, à la fois par les États-Unis et par le Japon, et l'essai a été considéré comme une violation du traité d'interdiction partielle des essais nucléaires de 1963. Les États-Unis se plaignirent auprès des Soviétiques avant que l'affaire soit abandonnée[2].

Le programme a été réalisé par des experts de deux centres nucléaires secrets : "Arzamas-16" (à Sarov) et "Tcheliabinsk-70" (à Snejinsk).

Histoire[modifier | modifier le code]

En novembre 1949, peu après l'essai de la première bombe nucléaire soviétique le 23 septembre 1949, Andreï Vychinski, le représentant soviétique aux Nations Unies, publia une déclaration les efforts de l'URSS de développer sa propre capacité nucléaire. Il dit : « Bien que l'Union Soviétique ait autant de bombes que nécessaire dans les circonstances malheureuses de la guerre, elle utilise l'énergie atomique pour servir son économie intérieure, faisant exploser des montagnes, changeant le cours des rivières, irriguant des déserts... ».

Cependant, l'URSS ne suivit pas immédiatement l'exemple des États-Unis en 1958 en établissant un programme. Sa position en faveur d'une interdiction complète des essais nucléaires a contenu tout effort d'établir un tel programme jusqu'au milieu des années 1960.

Quand le programme d'Explosions Nucléaires pour l’Économie Nationale a été finalement officiellement établi, Alexander D. Zakharenkov, concepteur d'armes chevronné, a été nommé à la tête du programme. Initialement, le programme soviétique se concentrait sur deux applications pratiques, les travaux de terrassement et la stimulation de puits pétroliers, comme le programme des États-Unis. Cependant, d'autres applications éveillèrent rapidement l'intérêt des Soviétiques, et au bout de cinq ans, le programme explorait activement six ou sept applications, impliquant la participation de près de dix organes gouvernementaux.

Les Soviétiques menèrent un programme bien plus vigoureux que l'opération Plowshare américaine, réalisant environ 156 essais nucléaires entre 1965 et 1989. Une controverse existe sur le nombre exact d'essais : d'après les communications officielles, le Programme 7 aurait réalisé 124 explosions nucléaires, dont 117 en dehors de sites nucléaires, et dont trois (Globus-1, Kraton-3 et Cristal) auraient eu des fuites radioactives; selon Alexeï Valdimirovitch Yablakov, biologiste russe, le Programme 7 aurait plutôt mené 169 essais impliquant 186 engins nucléaires. Minatom a officiellement estimé que quatre opérations s'étaient accompagnées de fuites radioactives (Globus-1, Kraton-3, Cristal et Taïga). D'après les données de 1994 d'un organe de Minatom, 24 essais sur 115 auraient donné lieu à « une pollution locale autour des forages ».

Ces essais avaient des objectifs similaires à ceux menés par le programme américain, à l'exception de six d'entre eux, qui n'étaient pas des essais en soi, mais visaient à éteindre des incendies de puits de gaz et des blowouts de méthane.

Il y eut en réalité deux programmes :

  • L'"Emploi des Technologies d'Explosions Nucléaires dans l’Intérêt de l’Économie Nationale", aussi appelé "Programme 6", impliquait des essais souterrains industriels et des essais de nouvelles technologies d'explosions nucléaires pacifiques. Au cours de ce programme, 124 essais avec 135 engins ont été menés. Les objectifs principaux de ce programme étaient le développement de lacs, de barrages et la construction de canaux, ainsi que la création de cavités souterraines pour le stockage de déchets toxiques.
  • Les "Explosions Nucléaires Pacifiques pour l’Économie Nationale", aussi désignées sous le nom de "Programme 7", impliquaient des essais de charges nucléaires industrielles dans un but pacifique. Des explosions nucléaires ont été menées dans le but de chercher des ressources minérales grâce à la prospection sismique, d'excaver des mines, de stimuler la production de pétrole et de gaz, et de créer des cavités souterraines pour stocker le pétrole et le gaz récupérés.

En tout, le Programme 7 a réalisé 115 explosions nucléaires. Parmi elles :

  • 39 explosions visant à l'exploration géologique (trouver de nouveaux gisements de gaz naturel par l'étude des ondes sismiques produites par de petites explosions nucléaires)
  • 25 explosions pour intensifier le débit de pétrole et de gaz
  • 22 explosions pour créer des cavités souterraines pour le stockage du gaz naturel
  • 5 explosions pour éteindre des foyers de gaz naturel
  • 4 explosions destinées à créer des canaux et des barrages (y compris l'essai Chagan au Kazakhstan, et l'essai Taïga sur le tracé potentiel du canal Petchora-Kama)
  • 2 explosions pour creuser le minerai dans les mines à ciel ouvert
  • 2 explosions pour créer un stockage souterrain pour les déchets toxiques
  • 1 explosion pour faciliter l'exploitation du charbon dans une mine souterraine
  • 19 explosions ont été réalisées pour la recherche (l'étude des migrations possibles de la radioactivité depuis l'épicentre de l'explosion).

Ces explosions ont été financées par divers ministères : 51 d'entre elles par le Ministère de la Géologie, 26 par le Ministère du Gaz Naturel, 13 par le Ministère du Pétrole, 19 par le MinSredMash lui-même (le prédécesseur de l'Agence Fédérale de l’Énergie Atomique). Deux explosions étaient particulièrement grosses (140 et 105 kilotonnes); toutes les autres étaient relativement petites, avec une moyenne de 12,5 kilotonnes. Par exemple, une explosion de 30 kilotonnes a été utilisée pour fermer le puits de gaz Urtabulak en Ouzbékistan, qui fuyait depuis 1963; et quelques mois plus tard, une explosion de 47 kilotonnes a été utilisée pour sceller un blowout à haute pression dans le champ de gaz de Pamuk à proximité. Ces expériences fructueuses ont été par la suite citées comme précédents pour sceller les fuites de Deepwater Horizon[3],[4],[5],[6].

La dernière explosion nucléaire du Programme 7, portant le nom de code Rubin-1, a été réalisée dans l'oblast d'Arkhangelsk le 6 septembre 1988. Elle faisait partie du programme d'exploration géologique. Les Soviétiques arrêtèrent leur programme d'explosions nucléaires pacifiques à la fin de 1988 à la suite de l'initiative de désarmement du président Mikhaïl Gorbatchev.

Il existe encore des partisans des Explosions Nucléaires Pacifiques en Russie. Ils estiment (et A. Koldobsky en fait partie) que le programme est déjà rentabilisé, et qu'il a fait économiser à l'URSS des milliards de roubles, et permettrait d'autres économies. Ils allèguent aussi que les Explosions Nucléaires Pacifiques sont la seule solution pour éteindre les grands foyers sur les gisements de gaz naturel, et que c'est le moyen le plus sûr et le plus économique de détruire des armes chimiques.

Leurs opposants, dont fait partie Alexey Yablokov, considèrent qu'il existe des alternatives aux Explosions Nucléaires Pacifiques, et que beaucoup de ces explosions ont été la cause de catastrophes nucléaires[7].

Liste non exhaustive des essais du "Programme 7"[modifier | modifier le code]

Nom Région Localisation Date But de l'essai Détails
Globus-2 Arkhangelsk À 80 km au Nord-Est de Kotlas 4 octobre 1971 2,3 kilotonnes.
Rubin-1 Arkhangelsk À 80 km au Nord-Est de Kotlas 6 septembre 1988 8,5 kilotonnes. Dernier essai du programme.
Agate Arkhangelsk À 150 km à l'Ouest de Mezen 19 juillet 1985 Sondage sismique 8,5 kilotonnes.
Vega (programme) Oblast d'Astrakhan À 40 km d'Astrakhan De 1980 à 1984 Création de cavités souterraines pour le stockage du gaz 15 essais allant de 3,2 à 13,5 kilotonnes.
Kama (série) Bachkirie À 100 km au Sud d'Oufa En 1973 et 1974 Création de cavités souterraines pour le stockage de déchets industriel (pétrole et ciment) Deux explosions de 10 kilotonnes.
Boutan (série) Bachkirie À 10 km au Nord-Ouest de Meleouz 1980 Stimulation de la production de gaz et de pétrole 5 explosions de 2,3 à 3,2 kilotonnes.
Météorite-4 Oblast d'Irkoutsk À 120 km au Nord-Est d'Oust-Kout 10 septembre 1977 Sondage sismique 7,6 kilotonnes.
Rift-3 Oblast d'Irkoutsk À 160 km au Nord d'Irkoutsk 31 juillet 1982 Sondage sismique 8,5 kilotonnes.
Kvarts-4 Oblast de Kemerovo À 50 km au Sud-Ouest de Mariinsk 18 septembre 1984 Sondage sismique 10 kilotonnes.
Dniepr-1 Oblast de Mourmansk À 20 km au Nord-Est de Kirovsk 4 septembre 1972 Extraction du minerai d'apatite 2,1 kilotonnes. Un essai similaire nommé Dniepr-2 a été mené au même endroit en 1984.
Globus-1 Oblast d'Ivanovo À 40 km au Nord-Est de Kinechma 19 septembre 1971 Sondage sismique 2,3 kilotonnes.
Region-4 Kalmoukie À 80 km au Nord-Est d'Elista 3 octobre 1972 Sondage sismique 6,6 kilotonnes.
Globus-4 République des Komis À 25 km au Sud-Ouest de Vorkouta 2 juillet 1971 Sondage sismique 2,3 kilotonnes.
Globus-3 République des Komis À 130 km au Sud-Ouest de Petchora 10 juillet 1971 Sondage sismique 2,3 kilotonnes.
Kvarts-2 République des Komis À 80 km au Sud-Ouest de Petchora 11 août 1984 8,5 kilotonnes.
Horizon-3 Kraï de Krasnoïarsk Lac Lama, cap Tonkii 29 septembre 1975 Sondage sismique 7,6 kilotonnes.
Météorite-2 Kraï de Krasnoïarsk Lac Lama, cap Tonkii 26 juillet 1977 Sondage sismique 13 kilotonnes.
Kraton-2 Kraï de Krasnoïarsk À 95 km au Sud-Ouest d'Igarka 21 septembre 1978 Sondage sismique 15 kilotonnes.
Rift-4 Kraï de Krasnoïarsk À 25–30 km au Sud-Est de Noguinsk Sondage sismique 8,5 kilotonnes.
Batolit-1 Kraï de Krasnoïarsk 1er novembre 1980
Rift-1 Kraï de Krasnoïarsk À 190 km à l'Ouest de Doudinka 4 octobre 1982 Sondage sismique 16 kilotonnes.
Pirit Nénétsie Gisement gazier de Koumja 25 mai 1981 Extinction d'un blowout de gaz En 1980, une fuite de gaz se produit sur le puits de Koumja-9. Le projet Pirit place une bombe de 37,6 kilotonnes à 1,5 km de profondeur dans l'espoir de déplacer les couches géologiques. L'opération ne réussit qu'à moitié. Le gisement gazier est alors mis en sommeil[8],[9].
Magistral / Sovkhoznoe Oblast d'Orenbourg À 65 km au Nord-Est d'Orenbourg 25 juin 1970 Création d'une cavité dans un massif de sel-roche pour les besoins d'un champ gazier 2,3 kilotonnes.
Sapfin / Dedourovka Oblast d'Orenbourg 1971 et 1973 Créations de cavités dans un massif de sel-roche Deux explosions de 15 kilotonnes.
Region-1 et Region-2 Oblast d'Orenbourg À 70 km au Sud-Ouest de Bouzoulouk 24 novembre 1972 Sondage sismique 2,3 kilotonnes.
Griffon Oblast de Perm À 10 km au Sud d'Ossa 1969 Stimulation pétrolière 7,6 kilotonnes.
Taïga Oblast de Perm À 100 km au Nord de Krasnovichersk 23 mars 1971 Terrassement pour la construction du canal Petchora-Kama Trois explosions de 5 kilotonnes.
Gelii (série) Oblast de Perm À 20 km au Sud-Est de Krasnovichersk De 1981 à 1987 Stimulation pétrolière 5 explosions de 3,2 kilotonnes.
Takhta-Kougoulta Kraï de Stavropol À 90 km au Nord de Stavropol 25 août 1969 Stimulation gazière 10 kilotonnes.
Tavda Oblast de Tioumen À 70 km au Nord-Est de Tioumen Création d'une cavité souterraine 0,3 kilotonnes.
Kraton-1 Khantys-Mansis 17 octobre 1978 Sondage sismique 22 kilotonnes, à une profondeur de 593 m.
Kimberlit-1 Khantys-Mansis À 150 km au Sud-Est de Khanty-Mansiïsk 4 octobre 1979 Sondage sismique 22 kilotonnes, à une profondeur de 837 m.
Angara Khantys-Mansis 10 décembre 1980 Stimulation pétrolière 15 kilotonnes, à une profondeur de 2 485 m.
Kvarts-3 Khantys-Mansis À 100 km au Nord-Ouest de Sourgout 25 août 1984 Sondage sismique 8,5 kilotonnes, à une profondeur de 730 m
Benzol Khantys-Mansis Près de Pyt-Iakh 18 juin 1985 Stimulation pétrolière 2,5 kilotones, à une profondeur de 2 850 m
Cristal République de Sakha À 70 km au Nord-Est d'Aïkhal 2 octobre 1974 Création d'un barrage 1,7 kilotonnes.
Horizon-4 République de Sakha À 120 km au Sud-Ouest de Tiksi 12 août 1975 7,6 kilotonnes.
Oka / Cheksa / Neva (essais issus des trois séries) République de Sakha À 120 km au Sud-Ouest de Mirny De 1976 à 1987 Stimulation pétrolière 5 explosions de 15 kilotonnes.
Kraton-4 République de Sakha À 90 km au nord-ouest de Sangar (en) 9 août 1978 Sondage sismique 22 kilotonnes.
Kraton-3 République de Sakha À 50 km à l'Est d'Aïkhal 24 août 1978 Sondage sismique 19 kilotonnes.
Vyatka République de Sakha À 120 km au Sud-Ouest de Mirny 8 octobre 1978 Stimulation pétrolière 15 kilotonnes.
Kimberlit-4 République de Sakha À 130 km au Sud-Ouest de Verkhneviliouïsk 12 août 1979 Sondage sismique 8,5 kilotonnes.
Azguir Oblast de Gourevsk, République socialiste soviétique kazakhe À 180 km au Nord d'Astrakhan De 1966 à 1979 17 explosions de 22 engins, entre 0,01 et 150 kilotonnes.
Batolit-2 Oblys d'Aktioubé, République socialiste soviétique kazakhe À 320 km au Sud-Ouest d'Aktioubé 3 octobre 1987 Sondage sismique 8,5 kilotonnes, à une profondeur de 1 002 m.
Lazourit République socialiste soviétique kazakhe Polygone nucléaire de Semipalatinsk 7 décembre 1974 Dégagement d'une colline pour la construction d'un barrage 4,7 kilotonnes, à une profondeur de 75 m.
Lira Kazakhstan-Occidental, République socialiste soviétique kazakhe Karachaganak Création de cavités de stockage du gaz 6 essais.
Saï-Outios Oblys de Manguistaou, République socialiste soviétique kazakhe À 100–150 km au Sud-Est de Saï-Outios 1969-1970 Création d'un entonnoir 3 essais, 30 à 50 kilotonnes.
Meridian-1 Oblys de Tselinograd, République socialiste soviétique kazakhe À 110 km à l'Est d'Arkalyk 28 août 1973 Sondage sismique 6,3 kilotonnes.
Meridian-2 Oblys de Tchimkent, République socialiste soviétique kazakhe À 230 km au Sud-Est de Jezkazgan 19 août 1973 Sondage sismique 6,3 kilotonnes.
Meridian-3 Oblys de Tchimkent, République socialiste soviétique kazakhe À 90 km au Sud-Ouest de Turkestan 19 août 1973 Sondage sismique 6,3 kilotonnes.
Region-3 Oblys d'Oural, République socialiste soviétique kazakhe À 250 km au Sud-Ouest d'Oural 20 août 1972 Sondage sismique 6,6 kilotonnes.
Region-5 Oblys de Kostanaï, République socialiste soviétique kazakhe À 160 km au Sud-Est de Kostanaï 24 novembre 1972 Sondage sismique 6,6 kilotonnes.
Sary-Ouzen République socialiste soviétique kazakhe Polygone nucléaire de Semipalatinsk 14 octobre 1965 Excavation pour la création d'un réservoir-entonnoir 1,1 kilotonne.
Telkem-1 République socialiste soviétique kazakhe Polygone nucléaire de Semipalatinsk 21 octobre 1968 Excavation pour la création d'un réservoir-entonnoir 2 x 0,24 kilotonne.
Telkem-2 République socialiste soviétique kazakhe Polygone nucléaire de Semipalatinsk 12 novembre 1968 Excavation pour la création d'une tranchée 3 x 0,24 kilotonne.
Chagan République socialiste soviétique kazakhe Polygone nucléaire de Semipalatinsk 15 janvier 1965 Création d'un réservoir (lac) 140 kilotonnes.
Shtolnya République socialiste soviétique kazakhe Polygone nucléaire de Semipalatinsk De 1964 à 1984 De 0,01 à 150 kilotonnes.
Outra-Boulak Province de Boukhara, République socialiste soviétique d'Ouzbékistan À 80 km au Sud de Boukhara 30 septembre 1966 Extinction d'un incendie sur un puits de gaz 30 kilotonnes, à une profondeur de 1 532 m.
Pamouk Province de Kachkadaria, République socialiste soviétique d'Ouzbékistan À 70 km à l'Ouest de Karchi 21 mai 1968 Extinction d'un incendie sur un puits de gaz 47 kilotonnes, à une profondeur de 2 440 m.
Clivage Oblast de Donetsk, République socialiste soviétique d'Ukraine Younokomounarivsk 16 septembre 1979 Prévention d'épenchements de méthane et de charbon 0,3 kilotonnes, à une profondeur de 903 m.
Fakel Oblast de Kharkiv, République socialiste soviétique d'Ukraine À 20 km au Nord de Krasnohrad 9 juillet 1972 Fermeture d'une fuite sur un gisement de gaz (l'opération a échoué) 3,8 kilotonnes, à une profondeur de 2 486 m.
Fakel Oblast de Marisk, République socialiste soviétique du Turkménistan À 30 km au Sud-Est de Mary 11 avril 1972 Fermeture d'une fuite sur un gisement de gaz 15 kilotonnes, à une profondeur de 1 720 m.

Problèmes[modifier | modifier le code]

Parmi les catastrophes, on peut citer celle de Kraton-3 à Viiouï, dans la République de Sakha, en 1978, qui était censée déterrer un gisement de diamant. Malheureusement, la quantité de diamants se révéla beaucoup plus faible que prévu et la pollution des eaux au plutonium beaucoup plus élevée. Selon Yablokov, le niveau de plutonium de l'eau potable dans la région de Viliouï 20 ans après l'explosion est dix mille fois plus élevé que le maximum imposé par les normes sanitaires.

Une autre catastrophe a été le résultat de l'explosion Globus-1 près du village de Galkino, à 40 kilomètres de Kinechma le 19 septembre 1971[10]. Il s'agissait d'une petite explosion souterraine de 2,5 kilotonnes, qui faisait partie du programme d'exploration sismologique de gaz et de pétrole. De manière inattendue, une grande quantité de gaz radioactifs s'est échappée à travers des fissures dans le sol, formant une zone particulièrement radioactive de deux kilomètres de diamètre dans une partie densément peuplée de la partie européenne de la Russie. Un petit affluent de la Volga, la Shacha, a changé de lit et menacé d'inonder le site de l'explosion. Cela aurait pu mener à une pollution nucléaire de toute la Volga. Des ingénieurs ont proposé de construire un sarcophage (similaire à celui de Tchernobyl) pour couvrir le site, et de creuser un canal de 12 km pour éloigner la rivière Schacha, mais le projet parut beaucoup trop cher.

Les expériences s'arrêtèrent avec l'adoption d'un moratoire unilatéral sur les essais d'armes nucléaires sur le territoire soviétique en 1989. Bien qu'il ait été initialement créé pour soutenir l'appel de Mikhaïl Gorbatchev pour une interdiction mondiale des essais d'armes nucléaires, les Russes l'appliquèrent apparemment aussi aux explosions nucléaires pacifiques.

Conclusions[modifier | modifier le code]

Le programme d'Explosions Nucléaires Pacifiques Soviétique était beaucoup plus étendu que l'opération Plowshare, tant par le nombre d'applications étudiées sur le terrain, que par son introduction à un usage industriel. Certaines applications, comme les sondages sismiques profonds et la stimulation pétrolière, ont été explorées en profondeur, et semblent très économiques pour un risque public minime. D'autres, comme l'ouverture de cavités souterraines, ont révélé des problèmes techniques majeurs, qui font douter de leur faisabilité. D'autre encore, comme le scellement de fuites de puits de gaz, ont prouvé que cette technologie peut être une solution de dernier recours. Pour les applications restantes, elles n'ont fait l'objet que d'un essai ou deux, et n'ont pas été davantage étudiées, sans qu'on sache pourquoi. Dans l'ensemble, le programme a représenté un effort technique important pour étudier ce qui semblait à l'époque être une technologie prometteuse, et a permis de récolter des données considérables, même si une petite fraction d'entre elles seulement a été rendue publique.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Charles Seife (octobre 2008).
  2. (en)The Nuclear Weapon Archive, Chagan: le premier essai soviétique "industriel"
  3. Nordyke, M. D. (1er septembre 2000).
  4. Broad, William J. (2 juin 2010).
  5. (en) Vidéo sur YouTube Nuke the oil spill: Could nuclear bomb be answer for huge leaks as at US Gulf coast?].
  6. (en) "Soviet nuclear solution could be part of tactics to halt oil spill off US coast".
  7. (ru)A.V. Yablokov: Mythologie Nucléaire à la fin du vingtième siècle BioMetrica Magazine.
  8. (ru)Conséquences écologiques de l'opération "Pirit" sur Rodnaya Gazeta, 14 novembre 2003
  9. (ru)Témoignage sur Koumja, 11 juin 2008
  10. (ru)Gazeta35: Horishima, Volgograd-style

Liens externes[modifier | modifier le code]