Exide

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Exide
Image illustrative de l'article Exide

Création 1888
Fondateurs W.W.Gibbs
Forme juridique Société par actions simplifiée
Slogan Powering the world forward
Siège social Drapeau des États-Unis Milton, Georgia (en) (États-Unis)
Direction Victor M. Koelsch (CEO)[1]

Keith E. Wandell (Président du Conseil d'administration)[2]

Activité Batterie au plomb
Produits Batteries au plomb
Filiales Exide Technologies (Germany) (d)
Effectif 10 027 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web http://www.exide.com/
Chiffre d’affaires 2 900 000 000 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Résultat net 57 900 000 ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Exide Technologies est un fabricant américain de batterie au plomb. Le siège social international est situé aux États-Unis à Milton (Géorgie), celui européen en France à Gennevilliers (Île-de-France). La société possède des usines de fabrications et de recyclage.

La société est présente dans les secteurs automobiles et industriels en tant que fabricant d'équipement d'origine et sur le marché secondaire dans ces même secteurs dans plus de 80 pays[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Exide Technologies a été créée en 1888 par W.W.Gibbs sous le nom de "The Electric Storage Battery Company" (L'entreprise de batterie de stockage électrique)[4].

En 1898, l'entreprise de batterie de stockage électrique fournit le premier module sous-marin commandé par l'US Navy pour l'USS Holland (SS-1).

En 1900, la société développa un nouveau produit possédant une meilleure capacité et plus léger pour les taxis. Ces batteries furent les premières à porter le nom Exide; étant l'abréviation pour "Excellent Oxide".

En 1912, dans un effort pour éliminer le démarrage dangereux des moteurs à la main, Cadillac commence à produire la première voiture à batterie à combustion interne. Exide en est le fournisseur.

En 1924, l'US Navy fait de nouveau confiance à Exide pour fournir l'énergie de leur escadron d'avion à travers le globe.

En 1934, Jeanette et Jean Piccard établissent un record du monde d'altitude en montgolfière accompagné par l'énergie Exide.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, Exide a fourni à l'US Navy des batteries pour ses sous-marins ainsi que ses tanks et autres véhicules[5].

En 1954, Exide décida de séparer son activité en deux divisions : automobile et industrielle.

En 1969, le premier module d'atterrissage lunaire de la NASA a utilisé l'énergie solaire stockée des batteries Exide.

En 1996, Exide acheta la CEAC, une entreprise franco-italienne vendant des batteries (avec cette acquisition viennent les droits des marques Fulmen (Franco-belge), et Sonnenschein (Allemagne)) et Tudor, une entreprise de batteries espagnole[4].

En 2000, Exide acquit GNB Technologies, un fournisseur nord-américain de batteries automobiles. Aujourd'hui, la GNB représente la marque dans le secteur industriel[5].

Publicité pour les batteries Exide dans le journal Horseless Age, 1918.

Entreprises et produits[modifier | modifier le code]

Exide Technologies sépare son activité en deux divisions : l'automobile et l'industrielle.

Automobile[modifier | modifier le code]

Exide fournit des batteries pour les voitures, camions, autobus, motos, bateaux, matériel agricole, matériel de construction, caravanes et remorques

Industriel[modifier | modifier le code]

GNB Technologies fournit des applications stationnaires pour les systèmes de télécommunication, alimentation, transport ferroviaire, photovoltaïque (énergie solaire) et d'alimentation sans coupure (UPS), ainsi que des applications de tractions pour les chariots élévateurs, véhicules électriques, et l'exploitation minière[6],[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Management
  2. Board of Directors
  3. « Exide | Batteries au Plomb | Exide Batteries », sur www.exide.com (consulté le 15 décembre 2016)
  4. a, b et c (en) « History of exide technology », (consulté le 15 décembre 2016)
  5. a et b « About », sur www.exide.com (consulté le 15 décembre 2016)
  6. (de) « Exide », Wikipedia,‎ (lire en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]