Exercice nucléaire de Totskoïe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'exercice nucléaire Totskoïe était un exercice militaire mené par l'armée soviétique pour explorer la guerre défensive et offensive pendant la guerre nucléaire. L'exercice, connu sous le nom de code « boule de neige », impliquait une détonation aérienne d'une bombe atomique aussi puissante que les deux bombes utilisées dans les attaques américaines sur Hiroshima et Nagasaki réunies. L'objectif affiché de l'opération était la formation militaire pour briser les lignes de défense fortifiées d'un adversaire utilisant des armes nucléaires[1]. Une armée de 45 000 soldats marchèrent dans la zone autour de l'épicentre, peu après l'explosion atomique[2]. L'exercice fut réalisé le 14 septembre 1954, sous le commandement du maréchal Joukov au nord du village de Totskoïe dans l’oblast d'Orenbourg, en Russie, dans le district militaire du sud de l'Oural[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

À la mi-septembre 1954, des essais de bombardement nucléaire furent effectués dans le polygone d’essai de Totskoïe lors de l'exercice de formation Snezhok (Boule de neige ou neige légère) avec quelque 45 000 personnes, tous soldats ou officiers soviétiques[3],[4] qui furent exposés à des radiations d'une bombe deux fois plus puissante que celle d'Hiroshima lâchée neuf ans plus tôt. L'exercice était commandé par le maréchal de l'Union soviétique, Joukov. Le 14 septembre 1954 à 09h33, un bombardier soviétique Tu-4 lacha une bombe atomique de 40 kilotonnes (170 TJ) d’une altitude de 8 000 mètres (26 000 pieds). La bombe explosa à 350 mètres (1 150 pieds) au-dessus du centre d’essai de Totskoïe, à 13 km de Totskoïe[4],[5].

Au cours de l'exercice, plus de 45 000 personnes furent délibérément exposées aux radiations[6]. Il s'agissait de la 270e division d'infanterie[7], de 320 avions, de 600 chars et de 600 véhicules blindés de transport de troupes. Les soldats reçurent l'ordre qu'il y aurait un exercice militaire normal, avec une explosion nucléaire fictive et que ce serait filmé[3]. Les militaires ne récurrent pas d'équipement de protection[3]. Le ministre de la Défense adjoint Georgy Zhukov fut témoin de l’explosion depuis un bunker nucléaire souterrain. Les avions reçurent l’ordre de bombarder le site de l'explosion cinq minutes après l'explosion, et trois heures plus tard (après la délimitation de la zone radioactive) les véhicules blindés reçurent l’ordre de prendre une zone hostile après une attaque nucléaire[5].

Les habitants de certains villages (Bogdanovka et Fedorovka) qui étaient situés à environ 6 km de l'épicentre de la prochaine explosion furent évacués temporairement à l'extérieur d’un cercle de 50 km de rayon[4]. La plupart des populations locales ne fut cependant jamais avertie.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Des milliers de personnes qui furent soupçonnés d'avoir cherché de l'aide dans les hôpitaux locaux auront la surprise, plus tard, de constater que leurs dossiers médicaux, avaient disparu de l'hôpital régional. Ce fait fut confirmé par un ancien soldat qui avait participé à l’exercice, Alexeï Petrovitch Vavilov, lors d’un entretien[3] pour le programme de télévision Podrobnosti (chaîne de télévision INTER), plus de 50 ans plus tard[3].

Plus d'un demi-siècle plus tard, cette question est toujours sous le contrôle strict du gouvernement fédéral. Les membres des forces de l'ordre locales continuent de harceler les journalistes qui tentent d'obtenir des images du ploygone d’essai[3]. L'exercice n’est devenu largement connu qu'en 1993[3]. Même les soldats qui participèrent à l'exercice ne savaient pas qu'ils avaient pris part[3]. Le gouvernement félicita la population locale pour leur héroïsme dans la fourniture du bouclier nucléaire à leur patrie.

Le 14 septembre est considéré en Russie comme le jour de la création du bouclier nucléaire du pays.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Exercice de Totskoïe. Mesures de sécurité (Russe) par Sergei Markov
  2. Viktor Suvorov, La victoire de l'ombre (Тень победы), Donetsk, 2003, ISBN 966-696-022-2, pages 353-375. Le compte rendu officiel de Georgy Zhukov comme un chef militaire impeccable. Le chapitre sur l’exercice nucléaire de Totskoïe est principalement basé sur les publications dans la presse russe, comme Krasnaya Zvezda (Étoile Rouge), un journal officiel du ministère de la Défense (Russie), et la Literatournaïa gazeta
  3. a, b, c, d, e, f, g, h et i (ru) « Il y a 55 ans, Zhokov testait des armes nucléaires sur les personnes (russe) Ce lien fournit vieux enregistrements vidéo de l'exercice nucléaire réel. », podrobnosti.ua,‎ 20 septembre 2009 (consulté le 5 mars 2011)
  4. a, b et c (ru) « Il y a 50 ans, l'URSS réalisait l'opération "Boule de neige" : 43 000 soldats soviétiques mourraient. (Russe) », newsru.com,‎ 14 septembre 2004 (consulté le 5 mars 2011)
  5. a et b Dietrich Tissen, « Essai nucléaire à Totskoye en 1954 » (consulté le 10 janvier 2007)
  6. « Expérimentations nucléaires sur des humains », NuclearFiles.org (consulté le 10 janvier 2007)
  7. V.I. Feskov et al., "The Soviet Army in the Cold War 1945–90", Tomsk, 2004, p. 94

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]