Exárcheia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Exárcheia
Exárcheia
Place Exárcheia (Εξάρχεια), au centre du quartier d'Exárcheia, en 2007.
Administration
Pays Drapeau de la Grèce Grèce
Région Attique
Ville Athènes
Géographie
Coordonnées 37° 59′ 10″ nord, 23° 44′ 05″ est
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grèce
Voir sur la carte administrative de Grèce
City locator 14.svg
Exárcheia
Géolocalisation sur la carte : Athènes
Voir sur la carte administrative d'Athènes
City locator 14.svg
Exárcheia

Exárcheia (en grec moderne : Εξάρχεια) est un quartier d'Athènes en Grèce, situé autour de la place du même nom, à proximité de l'université polytechnique nationale d'Athènes. Ce quartier est bordé à l'ouest par Kolonáki. Il est relié par les rues Patission et Panepistimiou ainsi que l'avenue Alexandras.

À la suite de la crise qui a ravagé le pays, ce quartier s'est transformé en un lieu d'autogestion et d'initiative citoyenne afin de combattre collectivement la misère sociale qui touche la population, ainsi que la politique d'austérité libérale du gouvernement grec. Ce quartier est renommé pour être le foyer de l'anarchisme en Grèce.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Selon le livre Exarcheia la noire, au cœur de la Grèce qui résiste, le quartier doit son nom à un épicier nommé Exarchos (en grec moderne : Έξαρχος) qui était installé au niveau de la place principale, au milieu du XIXe siècle et qui avait la réputation d'être généreux.

Description[modifier | modifier le code]

Exárcheia vers 1860.

Exárcheia est situé près du centre, au nord de l'Acropole et de la place Syntagma, entre la place Omonia et le Lycabette, à proximité de la colline Strefi. Il est composé d'un ensemble de petites rues aux nombreux graffitis et affiches . Dans ce quartier, se trouve le musée national archéologique d'Athènes. C'est là que sont installés la plupart des imprimeurs, éditeurs, libraires, disquaires, cybercafés et épiceries bio d'Athènes, ainsi que de nombreux squats, lieux autogérés et espaces sociaux libres, comme le Nosotros et le K-Vox, situés de part et d'autre de la place Exárcheia. Celle-ci est en forme de triangle au centre du quartier.

C'est à Exárcheia que commencent les émeutes en Grèce de , après la mort d'un adolescent de 15 ans, Alexandros Grigoropoulos[1], tué par balle par un agent de police dans une rue du quartier, le samedi . C'est également à Exárcheia que débute le soulèvement contre la dictature des Colonels en , lors de la révolte étudiante de l'université polytechnique nationale d'Athènes (en), située à l'ouest du quartier et évacuée par les chars le .

Malgré sa petite taille, par rapport à d'autres quartiers beaucoup plus étendus et habités[2] d'Athènes, Exárcheia est considéré comme un lieu emblématique voire mythique par ses partisans, mais très critiqué par ses détracteurs : cœur de la résistance et de la culture alternative pour les anarchistes, anti-autoritaires, gens de gauche et écologistes ; ou bien zone de non-droit (la police n'y étant pas la bienvenue), de violences et du commerce de drogue pour les médias de masse, et le gouvernement grec qui tente par tous les moyens de détruire cet espace libertaire et de démocratie participative.

Régulièrement, des affrontements ont lieu entre les forces de l'ordre et les habitants du quartier ; mais parfois aussi, les affrontements opposent les résidents aux dealers de drogue qui tentent de s'implanter dans le quartier. La vie à Exárcheia s'organise autour de la cohésion sociale, du partage et de l'auto-gestion : des cantines populaires sont organisées pour s'assurer que tout le monde puisse se nourrir convenablement, dans un contexte de misère sociale accrue pour la population. Des espaces sociaux ont aussi vu le jour et organisent des programmations culturelles, artistiques et politiques. Mais il existe aussi des lieux où l'on peut suivre des cours de langue gratuitement ou échanger tout type de savoir. Cet endroit, en plein cœur d'Athènes, souffle un vent de révolte et de liberté ; son maître-mot est alternative et tente de s'affranchir du mieux possible du système capitaliste et de l'argent - d'ailleurs, les banques ont fait leurs valises et en sont parties.

De nombreux bâtiments inhabités sont occupés et ont été reconvertis en centres sociaux ou en bars populaires : par exemple le squat Notara 26 a la particularité d'être l'ancien ministère du travail, qui sert aujourd'hui d'espace d'accueil pour les nombreux réfugiés arrivant sur le sol grec. Cependant ce quartier de bienveillance et de solidarité est souvent pris pour cible par des attaques de groupe d'extrême droite ou parti néo-nazi comme Aube Dorée.

Exárcheia bénéficie du soutien de nombreuses personnes du monde entier, notamment en Europe et en France où des convois solidaires sont organisés depuis quelques années, afin d'apporter des produits de nécessité pour venir en aide et soutenir le mouvement social en Grèce.

Finalement, c'est dans un contexte de crise totale en Grèce et face à la misère sociale omniprésente que ce mode de vie alternatif à vu le jour à Exárcheia ; l'entraide et la solidarité s'étant alors imposées comme moyens de survie face à la courbe croissante du taux de chômage, aux nombreuses expulsions locatives et aux déficits des services publics et des aides sociales.

Mémorial spontané sur les lieux de l'assassinat du jeune Alexandros Grigoropoulos, en décembre 2008.
Lendemain d'émeute, au bas de la place Exárcheia.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. en grec moderne : Αλέξανδρος Γρηγορόπουλος
  2. Environ 45 000 habitants, selon le livre Exarcheia la noire, au cœur de la Grèce qui résiste, c'est-à-dire à peine plus d'un pour cent de la population de l'agglomération athénienne.

Source[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]