Ewa Partum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ewa Partum
Cwiczenia-1972-a.jpg
Exercices, 1972.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Mouvement

Ewa Partum est une artiste conceptuelle polonaise née en 1945 à Grodzisk Mazowiecki en Pologne. Depuis 1983, elle vit à Berlin.

Travaillant dans le champ de la poésie concrète, photographie, performance, vidéo, mail art, cinéma expérimental, elle a eu un rôle précurseur en Pologne dans le body art et l’art féministe[1]. Puis, passée en Europe de l'Ouest, elle y a témoigné de l'engagement politique des artistes en Allemagne de l'Est;

Biographie[modifier | modifier le code]

Ewa Partum est née en 1945[2]. Elle a étudié à l'Académie des beaux-arts de Łódź à partir de 1963, puis à l'Académie des beaux-arts de Varsovie à partir de 1965.

Sa carrière a également commencé en 1965. Au début des années 1970, elle crée une galerie consacrée à l'art conceptuel, Adres, dans son propre appartement[3]. En 1971, pour sa première œuvre féministe Lipstick Pictures, l'artiste imprime l’empreinte de ses lèvres tout en prononçant des lettres puis combine les images pour créer des mots comme amour et art[4]. Elle multiplie les installations et les performances artistiques dans les espaces publics et les espaces naturels. En 1980, elle crée une série de photomontages, Auto-Identification, où, affirmant la place de la femme, elle se représente nue dans un espace public, tel le bâtiment du Parlement communiste[5],[3].

En 1983, ayant obtenu un visa, elle déménage à Berlin. Elle y reprend le principe de la série Auto-Identification, se représentant cette fois devant le mur de Berlin, tenant dans ses mains les lettres W pour «West» et O pour «Ost»[3]. Ses œuvres et ses installations ont été présentes dans les expositions WACK! Art and the Feminist Revolution (en) à Los Angeles en 2007, à l'exposition Triennale, l'Anthologie, au Palais de Tokyo à Paris en 2012[6], et Bad Girls au Frac Lorraine à Metz en 2013[7].

Extrait de Stupid Woman (1981).

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (pl) Ewa Gorządek, "Ewa Partum", Centrum Sztuki Współczesnej Zamek Ujazdowski, 2004; akt. AW, lipiec 2015.
  2. « Ewa Partum », sur ess-spa.ch (consulté le 24 décembre 2016).
  3. a, b et c Nataša Petresin, « Partum, Ewa [Grodzisk Mazowiecki 1945] », dans Béatrice Didier, Antoinette Fouque et Mireille Calle-Gruber (dir.), Le dictionnaire universel des créatrices, Éditions des femmes, , p. 3363-3364
  4. (en) « 8 Radical, Feminist Artists From The 1970s Who Shattered The Male Gaze », The Huffington Post,‎ (lire en ligne)
  5. (en) Katarzyna Kosmala, Sexing the Border: Gender, Art and New Media in Central and Eastern Europe, Cambridge Scholars Publishing, , 275 p. (ISBN 9781443867856, lire en ligne), p. 165
  6. Emmanuelle Lequeux, « Une polyphonie géante que trois heures ne suffisent pas à traverser », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  7. Bad Girls Une collection en action !, Fonds régional d’art contemporain de Lorraine, juillet-octobre 2013.

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]