Evi Allemann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Allemann.

Evi Allemann
Illustration.
Portrait de Evi Allemann
Fonctions
Conseillère exécutive (Berne)
En fonction depuis le
Élection
Conseillère nationale
Législature 47e (2003-2007)
48e (2007-2011)
49e (2011-2015)
50e (2015-2019)
Successeur Flavia Wasserfallen (de)
Députée au Grand Conseil bernois
Biographie
Date de naissance (41 ans)
Lieu de naissance Berne
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Parti politique PSS
Profession Juriste

Evi Allemann, née le à Berne et originaire de Welschenrohr, est une personnalité politique suisse, membre du Parti socialiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Evi Allemann a été élue en avril 1998 au Grand Conseil bernois et devint alors la députée la plus jeune à être élue au sein du législatif bernois[1]. Membre de la Commission de Justice, Evi Allemann s'attache également à défendre des sujets concernant la politique de formation et de la jeunesse.

À la suite d'une campagne électorale menée en 2003 aux côtés de ses colistiers de la Jeunesse socialiste Mirjam Minder, Patric Bhend et Nasha Gagnebin, elle est élue en 2003 au Conseil national avec 56 118 voix[2]. À 25 ans, elle devint la plus jeunes parlementaire de la 47e législature suisse[3]. Elle fut d'abord membre de la Commissions des affaires juridiques (CAJ-N), puis de la Commissions des transports et des télécommunications (CTT-N) puis membre de la Commissions de la politique de sécurité (CPS-N).

Malgré un recul de son parti aux élections fédérales suisses de 2007, elle est réélue avec 85 332 voix[4]. Depuis, elle continue de siéger au sein des commissions des transports et des télécommunications (CTT-N) et celle de la politique de sécurité (CPS-N)[5].

Evi Allemann vit à Berne et est juriste de profession.

Elle est élue Présidente de l'Association transports et environnement le [6].

Le , elle est élue au Gouvernement bernois avec 99 902 voix et prend la direction de la justice, des affaires communales et des affaires ecclésiastiques[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]