Eve Babitz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Eve Babitz
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Hollywood High School (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Période d'activité
Père
Sol Babitz (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Mae Babitz (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Eve Babitz, née le à Hollywood et morte le à Westwood, est une écrivaine américaine, très connue pour ses mémoires et pour sa connaissance du milieu de la contre-culture de Los Angeles.

D'après Philippe Garnier, elle est à la fois une « groupie érudite et [une] égérie de la scène artistique californienne des années 60-70[1]. »

Biographie[modifier | modifier le code]

Née à Hollywood en Californie, Eve Babitz a été élevée par un père juif russe et une mère cajun catholique qui menaient une vie de bohème. Sa mère, Mae, était une artiste, et son père, Sol, un violoniste classique sous contrat avec la 20th Century Fox[2]. Les parents d’Eve étaient des amis du compositeur Igor Stravinsky, qui était son parrain[3].

En 1963, son premier contact avec la notoriété lui est venu grâce à une photographie devenue emblématique de Julian Wasser qui la représentait nue et âgée de vingt ans en train de jouer aux échecs contre l'artiste Marcel Duchamp, à l'occasion d’une rétrospective historique qu’il donnait de son œuvre au Pasadena Museum of Art et qui avait été organisée par Walter Hopps, avec qui Eve Babitz avait à l'époque une liaison[4]. Les Archives of American Art décrivent cette photographie comme « une des principales images documentaires de l'art moderne américain[3],[N 1] ».

Ses idées libérées sur la sexualité, à la fois dans ses écrits et dans sa vie, firent qu’au fil des ans, une grande partie de la presse a souligné ses diverses liaisons amoureuses avec des hommes célèbres, parmi lesquels le chanteur et poète Jim Morrison, les artistes (et frères) Paul et Ed Ruscha, ainsi que Hopps, parmi d’autres[4].

Mort[modifier | modifier le code]

Eve Babitz est morte de la maladie de Huntington le à Westwood[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Eve Babitz » (voir la liste des auteurs).
  1. « Part of an ongoing series on the theme of artists and models, this interview focused on the subject's experience as the nude woman playing chess with Marcel Duchamp, at his Pasadena Art Museum retrospective, in 1963. Purportedly Duchamp's favorite photograph, staged and taken by Julian Wasser, it is among the key documentary images of American modern art. »
Références
  1. Philippe Garnier, « All about Eve », Les Inrockuptibles, no 1018,‎ , p. 62-66.
  2. (en-US) Steffie Nelson, « L.A. Woman - The Los Angeles Review of Books », sur The Los Angeles Review of Books, (consulté le ).
  3. a et b (en) Paul Karlstrom, « Oral history interview with Eve Babitz, 2000 Jun 14 », Smithsonian Institution (consulté le ).
  4. a et b (en) Lili Anolik, « All About Eve—and Then Some », Conde Nast, (consulté le ).
  5. (en-US) « Author Eve Babitz, who captured and embodied the culture of Los Angeles, dies at 78 », sur latimes.com, 18 décembre 2021

Liens externes[modifier | modifier le code]