Euro Disney

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Euro Disney SCA)
Aller à : navigation, rechercher
Euro Disney
Description de l'image Logo Euro Disney SCA.jpg.
Création 1989
Forme juridique Société en commandite par actions
Siège social Drapeau de France Marne-la-Vallée (France)
Direction Tom Wolber
Actionnaires The Walt Disney Company (72,34 %)
Activité Tourisme
Produits Disneyland Paris
Société mère The Walt Disney Company
Sociétés sœurs Walt Disney World Company
Disneyland Inc.
Filiales Voir texte
Effectif 15 000 (2014)[1]
Site web corporate.disneylandparis.fr/
Fonds propres 78,0 millions d'€ (2013)
Dette 1,748 milliard d'€ (2014)
Chiffre d’affaires 1,279 milliard d'€ (2014)
en diminution -2,1%
Résultat net en diminution -113,6 millions d'€ (2014)

Euro Disney est une société en commandite par action (SCA), qui exploite au travers de ses filiales le complexe de loisirs Disneyland Paris et ses dépendances et développe, en partenariat avec l’État et les collectivités territoriales, le secteur IV de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée, Val d'Europe.

Ses actionnaires principaux sont la société mère américaine The Walt Disney Company (72,34 %, au travers de EDL Holding Company), le prince saoudien Al-Walid (<5 % au travers de Kingdom Holding Company) et la société américaine Morgan Stanley (5,52 %).

Il a existé entre 2004 et 2012 une société Euro Disney Associés SNC[2] qui détenait les actifs du groupe. Avant 2004, Euro Disney SCA était l'exploitant du domaine tandis que Euro Disney SA était le gérant, détenu à 100 % par la Walt Disney Company. Le gérant est devenu en 2004 Euro Disney Associés SNC et Euro Disney SA est devenu Euro Disney SAS[3]. En 2012, l'exploitant et actionnaire des parcs et hôtels et devenu Euro Disney Associés SCA, faisant disparaître la société Euro Disney Associés SNC.

Cette structure peut être qualifiée de « montage financier », mais sans la connotation péjorative que peut revêtir ce terme. Elle est comparable de par sa complexité à celle créée pour la construction de Walt Disney World Resort avec la Walt Disney World Company.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le , Robert Fitzpatrick est nommé président d'Euro Disneyland[4], division de Disney chargée du développement d'un projet de parc Disney en Europe. Le 24 mars 1987, Disney et le gouvernement français signent la Convention pour la création et l'exploitation d'Euro Disneyland en France.

La société Euro Disney SCA est créée en 1989. Le 6 novembre 1989, 51 % des 170 millions d'actions de la société Euro Disney SCA sont émise sur le marché de la bourse française au prix initial de 72 FF, les 49 % restant étant détenus par Disney[5].

Mais, le montage financier se rèvèle très vite des plus fragiles. Le , une assemblée générale extraordinaire des actionnaires donne son feu vert à une restructuration financière[6]. Le , Disney réduit sa participation au capital d'ED SCA à 39 % en vendant 10 % à Kingdom Holding Company, une holding du Prince Alwaleed[7].

Le , Euro Disney SCA annonce le projet d'un second parc au sein du complexe Disneyland Paris pour le printemps 2002, des studios Disney[8].

Le deuxième parc ouvre le . Mais, les objectifs de fréquentation ne sont pas atteints et l'entreprise traverse de nouvelles difficultés financières. Dès l’été 2003, Euro Disney annonce, pour la première fois depuis 1994, ne pas pouvoir tenir ses engagements financiers. Le , une nouvelle restructuration financière est annoncée. En septembre 2004, de nouvelles négociations avec les créanciers sont cependant nécessaires. Aussi, en janvier 2005, une augmentation du capital est réalisée. La restructuration s'achève le , avec une réorganisation juridique de la société [6] .

Le jeudi [9], la société suisse Center-Tainment confirme son intention de lancer une OPA sur ED SCA. La société a été créée en septembre 2006. Mais après l'obligation demandée par l'autorité des marchés financiers (AMF) d'un dépôt en bonne et due forme d'un projet d'OPE, la petite société n'a toujours pas transmis de dossier à ce jour.

Le , Pierre & Vacances et Euro Disney SCA annoncent la création d'une filiale commune pour le projet de Villages Nature. C'est un projet d'un milliard d'euro (annoncé dès 2003) qui comprend 7000 appartements répartis dans 4 villages thématiques. Ces villages seront situés à cheval sur les terrains de Disneyland Paris et sur les communes de Bailly-Romainvilliers, Coutevroult et Villeneuve-le-Comte [10].

Le , Euro Disney SCA entame un regroupement d'actions décidé en février. Le regroupement consiste à un échange de 100 anciennes actions contre une nouvelle[11].

Le , la société annonce la nomination de Philippe Gas comme nouveau PDG[12].

Le , ED SCA annonce un partenariat avec le Crédit mutuel, par cet accord la banque récupère les automates bancaires et pourra utiliser l'image de Disney pour sa communication tandis que les employés du complexe bénéficieront d'une gamme de services financiers[13]. Le précédent partenaire bancaire était BNP Paribas.

Le , l'AMF autorise la Walt Disney Company à réorganiser ses filiales détenant une part majoritaire du capital d'ED SCA sans passer par une offre publique d'achat, les-dites filiales étant détenues à 100 % par Disney[14].

Le , ED SCA cède le terrain du centre commercial Val d'Europe à la foncière Klépierre pour 47 millions d'€[15].

Le 13 septembre 2010, Euro Disney SCA et l'état français signent un avenant à la convention du 24 mars 1987 étendue jusqu'en 2030 au lieu de 2017 et qui valide le projet de Villages Nature agrandissant le complexe à 2230 ha ainsi qu’un troisième parc et 7 000 logements et un projet de 1,8 milliard d'€ sur 520 hectares[16],[17].

Le , Euro Disney et Hertz renouvellent leur partenariat européen quinquennal[18].

Le , Time Magazine révèle une rumeur de rachat d'Euro Disney SCA par The Walt Disney Company pour réduire les difficultés financières de l'opérateur des parcs français[19]. Le , Euro Disney SCA annonce que The Walt Disney Company lui accorde un crédit de 1,332 milliards d'€ pour aider à refinancer sa dette[20],[21],[22]. Cette opération permet d'alléger la pression financière d'Euro Disney SCA et lui offre une plus grande flexibilité de développements sur l'ensemble des infrastructures existantes et futures du complexe Disneyland Paris[21].

Le , Disney et Eiffage signent un contrat de développement immobilier pour des bureaux de 6 000 m²[23].

Le , Virginie Calmels est nommée présidente du conseil de surveillance d'Euro Disney SCA[24],[25].

Le , Villages Nature finalise son financement de 360 millions d'€ et prévoit une ouverture en 2016[26].

Le , Tom Wolber est nommé président d'Euro Disney tandis que Philippe Gas prend la présidence de Shanghai Disney Resort[27],[28].

Le , The Walt Disney Company annonce une recapitalisation et un renforcement de sa participation dans Euro Disney pour un montant d'environ 1 milliard d'euros, dont 420 millions en liquidité, et 600 millions par échange de dette[29]. Le 13 octobre 2014, le prince Al-Walid confirme sa participation à l'augmentation de capital d'Euro Disney proposée par The Walt Disney Company[30] mais passe sous les 5% le 3 mars 2015[31]. Au terme de la première phase de la recapitalisation, le 20 février la Walt Disney Company monte à plus des deux tiers du capital avec 72,34 %[32],[33] et la banque Morgan Stanley monte à 5,52 % le 27 février[34]. Dans le même temps, la société INVESCO, actionnaire à plus de 5% du capital, se sépare de l'ensemble de ses titres[35],[36].

Le , un actionnaire minoritaire CIAM (1% du capital) conteste en justice la procédure d'OPA lancée par The Walt Disney Company sur Euro Disney au motif qu'elle découle d'une mauvaise gestion et d'un abus de pouvoir voir d'une gestion frauduleuse[37],[38]. Le recours au parquet financier intenté par CIAM évoque des abus de biens sociaux, des comptes inexacts et des communications fausses ou trompeuses[37]. Au premier semestre 2015, Euro Disney a enregistré une hausse de 11 % de son chiffre d'affaires à 591,1 M €[39].

Les phases du projet de complexe de loisirs[modifier | modifier le code]

  • Phase I
    De 1989 à 1997, elle se découpe en trois sous-phases. ED SCA a contracté plusieurs prêts auprès de sociétés bancaires.
    • 86,9 million et 274,7 millions d'€ auprès de la Caisse des Dépôts et Consignation (CDC)
    • le reste de sa dette à plus de 200 banques
  • Phase IA
    De 1989 à 1992, ED SCA finance grâce aux Sociétés de finances (1 à 4), la construction du complexe. Puis EDL SNC, après la construction, loue Parc Disneyland à ED Associés SNC qui accorde à ED SCA l'exploitation du complexe.
  • Phase IB
    De 1989 à 1992, ED SCA, avant construction, vend à chacune des sociétés hôtelières et celle du Disney Village, l'espace des hôtels afin de les financer. Ses sociétés en nom collectifs loueront à leurs tours à ED Hotels SCA afin de les exploiter.
  • Phase IC
    De 1992 à 1997, EDL SNC vend à EDA SNC les attractions et autres bâtiments construits durant cette période. Ensuite EDA SNC loue l'utilisation de ces structures à ED SCA.
  • Phase II
    De 1998 à 2004, consistait en la création du Val d'Europe, des Walt Disney Studios et la zone de bureaux Arlington Business Square.
  • Phase III
    Depuis 2005, aucun fait majeur n'est apparu avant le . À cette date, Pierre & Vacances et Euro Disney SCA annoncent la création d'une filiale commune pour le projet de Villages Nature.

Structure juridique[modifier | modifier le code]

Les filiales[modifier | modifier le code]

Euro Disney SCA a créé plusieurs filiales :

  • Euro Disney Hotels SCA est l'exploitant de la Phase IB, détenue à 99,9 % par ED SCA, et a permis de construire les hôtels et Disney Village. Elle se subdivise en plusieurs sociétés
    • New York SNC[2]
    • Newport Bay Club SNC
    • Sequoia Lodge SNC
    • Cheyenne SNC
    • Santa Fé SNC
    • Disney Village SNC
  • Disneyland Hotel SNC pour l'hôtel du même nom
  • Ranch Davy Crockett SNC pour le camping du même nom
  • EDL Services SA pour la gestion de la Phase IB
  • SETEMO Imagineering SARL
  • EDL Hotels Participations SA
  • ED Vacances est le tour opérateur
    • ED Vacaciones est la filiale espagnole
  • Val D'Europe Promotions (99,8 %)
  • ED Spectacles exploitant de Buffalo Bill Wild West Show
  • Débit de tabac SNC pour le tabac de Disney Village (déplacé dans la gare en 2002)
  • ED Resort SCA (sans activité)
  • ED Resort Services SCA (sans activité)
  • ED Finance 1, ED Finance 2, ED Finance 3 et ED Finance 4 (sans activité)
  • EDL SNC financement de la Phase IA
  • EDA SNC exploitant de la Phase I

Avant la restructuration de 2004[modifier | modifier le code]

Source : Document de référence 2004[40]

The Walt Disney Company détient

  • 100 % d’Euro Disney Investiments Inc. qui détient
    • 100 % d’Euro Disney Investiments SAS qui détient
      • 50 % d’Euro Disney Associé
  • 100 % d’EDL SNC Corporation qui détient
    • 100 % d’EDL Corporation SAS qui détient
      • 50 % d’Euro Disney Associé
  • 100 % d’EDL Holding Company qui détient
    • 100 % d’EDL Participations SAS
    • 40,6 % d’Euro Disney SCA
  • 100 % d’Euro Disney SAS qui gère Euro Disney SCA
  • les actifs complémentaires du parc Disneyland (attractions et restaurants ouverts après 1994)

La société Euro Disneyland SNC (société de financement de la Phase IA) met à la disposition de Euro Disney Associé sous la forme d'un crédit-bail ses actifs (parc Disneyland)

Euro Disney Associé loue les actifs à Euro Disney SCA

Euro Disney SCA détient

  • les autres actifs (Walt Disney Studios, Disneyland Hotel, Davy Crocket Ranch, EDL Hotels)

Le restant des parts d’Euro Disney SCA (59,4 %) est détenu par le public dont le Prince Alwaleed (15,9 %)

Après la restructuration de 2004[modifier | modifier le code]

Source : Document de référence 2004[40]

The Walt Disney Company détient

  • 100 % d’Euro Disney Investiments Inc. qui détient
    • 100 % d’Euro Disney Investiments SAS qui détient
      • 9 % d’Euro Disney Associé
  • 100 % d’EDL SNC Corporation qui détient
    • 100 % d’EDL Corporation SAS qui détient
      • 9 % d’Euro Disney Associé
  • 100 % d’EDL Holding Company qui détient
    • 100 % d’EDL Participations SAS
    • 40,6 % d’Euro Disney SCA
  • 100 % d’Euro Disney SAS qui gère Euro Disney SCA

La société Euro Disneyland SNC (société de financement de la Phase IA) met à la disposition de Euro Disney Associé sous la forme d'un crédit-bail ses actifs (parc et hôtels).

Euro Disney SCA détient

  • 100 % d’Euro Disney Commandité SAS
  • 82 % d’Euro Disney Associé
  • les actifs complémentaires du parc Disneyland (attractions et restaurants ouverts après 1994)
  • les autres actifs (Walt Disney Studios, Disneyland Hotel, Davy Crocket Ranch, EDL Hotels)

Le restant des parts d’Euro Disney SCA (59,4 %) est détenu par le public dont le Prince Alwaleed (15,9 %)

Après la restructuration de 2012[modifier | modifier le code]

Source : Document de référence 2012[41]

The Walt Disney Company détient

  • 100 % d’Euro Disney Investiments SAS qui détient
    • 9 % d’Euro Disney Associé
  • 100 % d’EDL Corporation SAS qui détient
    • 9 % d’Euro Disney Associé SCA
  • 100 % du Centre de congès Newport SNC
  • 100 % d’Euro Disney SAS qui gère
    • Euro Disney SCA
    • Euro Disney Associés SCA
    • EDL Hôtels SCA
  • 99,9 % d’EDL Holding Company qui détient
    • 100 % d’EDL Participations SAS
    • 39,8 % d’Euro Disney SCA

La société Euro Disney SCA détient

  • 82 % d’Euro Disney Associés SCA qui détient
    • et exploite les actifs suivants : Parc Disneyland, Walt Disney Studios, Disneyland Hotel, Davy Crocket Ranch et Golf Disneyland
    • 99,9 % d’EDL Hôtels SCA qui détient et exploite
      • les 6 Hôtels et Disney Village

Le restant des parts d’Euro Disney SCA (60,2 %) est détenu par le public dont le Prince Alwaleed (10,0 %)

La direction[modifier | modifier le code]

La société Euro Disney a connue une « valse des présidents[42] » avec huit président-directeur général en vingt-deux ans d'exploitation.

Données économiques[modifier | modifier le code]

Les actionnaires[modifier | modifier le code]

La société INVESCO a également détenu plus de 5% du capital entre janvier 2014[44] et février 2015[35]

Résultats financiers[modifier | modifier le code]

Résultats financiers d'Euro Disney SCA
(En millions d'€)
Année Chiffre d'affaires Résultat net Fonds propres
1997[45] 835,0 33,1
1998[45] 897,9 44,2
1999[45] 920,2 23,6
2000[46] 959,2 38,7
2001[46] 1 005 30,5
2002[47] 1 076 -33,1 24,7
2003[47] 1 053,1 -56 46,0
2004[48] 1 048,0 -145,2 131,3
2005[48] 1 076,0 -94,9 287,7
2006[49] 1 087,7 -88,6 266,4
2007[49] 1 220,3 -41,6 330,0
2008[49] 1 330,5 1,7 374
2009[50] 1 230,6 -63 340,3
2010[51] 1 275,9 -45,2 400,3
2011[52] 1 297,7 -63,9 366,1
2012[53] 1 324,3 -100,2 114,3
2013[54] 1 309,4 -78,2 78,0
2014[55] 1 279,7 -113,2

Données opérationnelles[modifier | modifier le code]

Données opérationnelles d'Euro Disney SCA
Année Fréquentation des parcs à thèmes (en millions) Dépense moyenne par visiteur (en euros) Taux d'occupation des hôtels Dépense moyenne par chambre (en euros)
1992[56] 6,8 - 74,0 % -
1993[57] 9,8 - 55,0 % -
1994[58] 8,8 42,07 60,0 % 148,62
1995[59] 10,7 37,8 68,5 % 150,45
1996[60] 11,7 37,8 72,2 % 155,18
1997[45] 12,6 39,0 78 % 158,84
1998[45] 12,5 39,3 80,9 % 173,78
1999[45] 12,5 40,7 82,6 % 177,28
2000[46] 12 42,2 82,9 % 183,0
2001[46] 12,2 43,1 86,0 % 186,3
2002[47] 13,1 40,1 88,2 % 175,1
2003[47] 12,4 40,7 85,1 % 183,5
2004[48] 12,4 42,7 80,5 % 186,6
2005[48] 12,3 44,3 80,7 % 179,1
2006[49] 12,8 44,8 83,5 % 179,5
2007[49] 14,5 45,0 89,3 % 197,9
2008[49] 15,3 46,3 90,9 % 211,4
2009[50] 15,4 44,22 87,3 % 201,24
2010[51] 15,0 45,30 85,4 % 209,78
2011[52] 15,6 46,23 87,1 % 219,74
2012[53] 16,0 46,44 84,0 % 231,33
2013[54] 14,9 48,14 79,3 % 235,01
2014[55] 14,2 50,66 75,4 % 232,26

Pour l'année 2014, 49% des quatorze millions de visiteurs étaient originaires de France, 15 % du Royaume-Uni, 8 % d'Espagne, 6 % de Belgique, 6 % du Pays-Bas, 3 % d'Italie, 3 % d'Allemagne, et 10 % d'autres pays[61].

Dettes[modifier | modifier le code]

Dettes d'Euro Disney SCA
Année Total (milliards d'€)
2005 1,890
2006 1,941
2007 2,004
2009 1,97[62]
2010 1,93 [63]
2011 1,87 [63]
2012 1,710
2013 1,711
2014 1,748

Élaboré pratiquement sans fonds propres, Euro Disney s'est régulièrement endetté pour construire de nouvelles attractions et a bénéficié de plusieurs recapitalisations dans ce but. Son contrat initial avec la Walt Disney Company prévoit non pas des dividendes mais des royalties (correspondant à 6% de son chiffre d'affaires) qui représentent en 2014 57% des pertes nettes depuis dix ans[64].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Les chiffres clés de Disneyland Paris », sur http://www.disneylandparis-news.com (consulté le 4 février)
  2. a et b SNC signifie société en nom collectif.
  3. SAS signifie société par actions simplifiée
  4. « Disney in Europe », sur www.nytimes.com, The New York Times,‎ (consulté le 9 mars 2010)
  5. (en) Walt Disney Company, « Disney Factbook 1997 - Disney Through the Decades »,‎ (consulté le 22 janvier 2010), p. 3
  6. a et b « Eurodisney », Boursilex (consulté le 9 novembre 2011)
  7. (en) Walt Disney Company, « Disney Factbook 1997 - Disney Through the Decades »,‎ (consulté le 22 janvier 2010), p. 4
  8. (en) Walt Disney Company, « Disney Factbook 1999 - year in Review »,‎ (consulté le 22 janvier 2010), p. 5
  9. Projet d'OPA sur Euro Disney confirmé, mais flou sur les moyens
  10. Pierre et Vacances et Euro Disney lancent un projet de plus de 1 milliard d'euros
  11. Euro Disney regroupe ses actions
  12. PHILIPPE GAS NOMME A LA TETE D’EURO DISNEY
  13. (fr) Euro Disney : vaste partenariat avec la Crédit Mutuel
  14. Euro Disney : Walt Disney obtient une dérogation à l'obligation de déposer une offre
  15. Disney cède le terrain du Val d'Europe pour 47 millions d'euros
  16. L'État et Euro Disney ouvrent une nouvelle phase d'aménagement de l'Est parisien
  17. A l'est de Paris, Disney et la France résignent pour 20 ans
  18. Euro Disney and Hertz extend partnership agreement for five years
  19. Walt Disney Co. Considers Buyout of Struggling Disneyland Paris
  20. Disney to back Euro Disney, stake talk "unfounded"
  21. a et b The Walt Disney Company signe un accord de refinancement
  22. Communiqué officiel
  23. EURO DISNEY : Eiffage Immobilier and Euro Disney reach an agreement for their first tertiary project on Val d'Europe.
  24. EURO DISNEY : Virginie Calmels appointed Chairman of the Supervisory Board.
  25. « EURO DISNEY : Virginie Calmels nommée présidente du conseil de surveillance » Capital.fr, 8 janvier 2013
  26. Le projet Villages Nature d'Euro Disney a trouvé son financement
  27. « Nouveau président pour Euro Disney », sur Le Figaro,‎ 1er août 2014 (consulté le 1 août 2014)
  28. Shanghai Disney Imports Euro Leader From Paris
  29. Walt Disney rescues Euro Disney with $1.3 billion funding deal, Kate Holton et Leila Abboud, Reuters, 6 octobre 2014
  30. (en) « Saudi Prince plans to subscribe to Euro Disney rights issue », sur reuters.com, Reuters,‎ (consulté le 21 décembre 2014)
  31. a et b « Euro Disney: un prince saoudien sous les 5%. », sur Le Figaro,‎
  32. a et b AFP, « Euro Disney: nouvelle étape recapitalisation du groupe », sur Le Figaro,‎ (consulté le 21 février 2015)
  33. a et b Cercle Finance, « Euro Disney: Walt Disney à plus des deux tiers du capital. », sur L'Express - Votre argent,‎ (consulté le 27 février 2015)
  34. a et b Cercle Finance, « Euro Disney: Morgan Stanley Corp. accroît sa participation. », sur L'Express - Votre argent,‎ (consulté le 27 février 2015)
  35. a et b « Eurodisney : Invesco Ltd est sorti du capital », sur Boursier.com,‎ (consulté le 27 février 2015)
  36. (en) Christian Sylt, « Invesco dumps entire stake in Euro Disney », sur The Daily Telegraph,‎ (consulté le 29 mars 2015)
  37. a et b « EuroDisney : un actionnaire saisit la justice contre l'OPA de la maison-mère », sur La Tribune,‎ (consulté le 24 août 2015)
  38. Réjane Reibaud, « Euro Disney : l'offre de Walt Disney contestée », sur Les Échos,‎ (consulté le 24 août 2015)
  39. http://www.leparisien.fr/acheres-la-foret-77760/euro-disney-enregistre-11-de-hausse-de-son-chiffre-d-affaires-05-05-2015-4748311.php
  40. a et b Document de référence 2004
  41. Document de référence 2012
  42. Euro Disney : Philippe Gas va devenir PDG du groupe
  43. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 211
  44. « Euro Disney: Invesco dépasse les 5% du capital. », sur Le Figaro,‎ (consulté le 27 février 2015)
  45. a, b, c, d, e et f Euro Disney SCA - Panorama 1999 p. 5
  46. a, b, c et d Rapports Annuels 2001 p. 37
  47. a, b, c et d Résultat Annuels 2003
  48. a, b, c et d Résultat Annuels 2005
  49. a, b, c, d, e et f Exercice 2008
  50. a et b Exercice 2009, p. 32
  51. a et b Exercice 2010, p. 1
  52. a et b Exercice 2011
  53. a et b Exercice 2012
  54. a et b [1]
  55. a et b [2]
  56. Rapport annuel 1992
  57. Rapport annuel 1993
  58. Rapport annuel 1994
  59. Rapport annuel 1995
  60. Rapport annuel 1996
  61. « Infographie des chiffres clés d'Euro Disney S.C.A. 2014 », sur http://www.disneylandparis-news.com (consulté le 4 février 2015)
  62. « Euro Disney reporte ses paiements de dettes », L'Agefi,‎ (consulté le 9 novembre 2011)
  63. a et b « Record d'affluence chez Disneyland Paris, mais des comptes dans le rouge », Le Parisien,‎ (consulté le 9 novembre 2011)
  64. Grégory Raymond, « Euro Disney: pourquoi la maison-mère ne laissera jamais tomber son parc d'attraction », sur HuffingtonPost.fr,‎