Euphorion de Chalcis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Euphorion.
Euphorion de Chalcis
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Athènes (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Poète, bibliothécaire, écrivain, auteur d'épigrammesVoir et modifier les données sur Wikidata
Édition de Meineke en 1823.

Euphorion (en grec ancien Εὐφορίων) est un poète et grammairien grec né à Chalcis en Eubée autour de 275 av. J.-C.

Notice biographique[modifier | modifier le code]

Après avoir étudié la philosophie avec Lacydès et Prytanis, il devient un étudiant et éromène du poète Archébule[1]. Il passe beaucoup de temps de sa vie à Athènes, où il amasse une importante fortune. Il aurait eu pour protectrice Nikaia, l'une des épouses de Démétrios II de Macédoine. Autour de 221 av. J.-C., il est invité par Antiochos III à la cour des Séleucides. Il assiste à la formation de la bibliothèque royale d'Antioche où il tient jusqu'à sa mort le poste de bibliothécaire. Il écrit des épopées mythologiques (l’Epyllion, Thrax), des élégies galantes, des épigrammes et un poème satirique, Arae, après l'affaire de l’Ibis de Callimaque.

Des travaux en prose consacrés à l'histoire lui sont aussi attribués. Comme Lycophron, il utilise des expressions archaïques et obsolètes, et le caractère érudit de ses allusions rend son langage très obscur. Son élégie est hautement estimée par les Romains : Il est imité ou traduit par le préfet d'Égypte Cornelius Gallus ou encore l'empereur Tibère. Les fragments ont été publiés par l'Allemand Augustus Meineke dans De Euphorionis Chalcidensis vita et scriptis, dans la première des éditions modernes des fragments d'Euphorion qui ont survécu : Analecta Alexandrina (1843). D'autres lignes ont été retrouvées sur des papyrus à Oxyrhynque et ailleurs[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Euphorion, Œuvre poétique et autres Fragments, texte établi et traduit par Benjamin Acosta-Hughes et Christophe Cusset, Les Belles Lettres, 2012
  • Émile Chambry, Émeline Marquis, Alain Billault et Dominique Goust (trad. Émile Chambry), Lucien de Samosate : Œuvres complètes, Éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 1248 p. (ISBN 978-2-221-10902-1), « Comment il faut écrire l’histoire », p. 899. 
  • Enrico Magnelli, Studi su Euforione, Rome, 2002.
  • Johannes U. Powell, Collectanea Alexandrina : Reliquiae minores poetarum Graecorum aetatis Ptolemaicae 323-146 A.C., Oxford, 1925 (réimp. Chicago, 1981), « Euphorion », pp. 28-58.
  • Kurt Latte, Der Thrax des Euphorion, Philologus 44, 1935, pp.129-155, réimprimé dans Kleine Schriften, Munich, 1968, pp. 562-584.

Liens externes[modifier | modifier le code]