Euphémie (impératrice)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Euphémie
Euphemia.jpg
Fonction
Impératrice byzantine
-
Biographie
Naissance
Lieu inconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Sépulture
Nom de naissance
ΛουπικίναVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Conjoint
Autres informations
Religion
Étape de canonisation

Euphémie (? - décès dans les années 520), née sous le nom de Lupicina est une impératrice de l'Empire byzantin, épouse de l'empereur Justin entre 518 et 527.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les informations sur la vie d'Euphémie sont très parcellaires et sont généralement issues de l'ouvrage de Procope de Césarée Histoire secrète de Justinien. Or, le ton de l'auteur vire parfois au pamphlet envers la dynastie régnante, notamment Justinien mais aussi Justin et Euphémie. De ce fait, les informations fournies doivent parfois être manipulées avec prudence. Toutefois, il est à peu près certain qu'elle a des origines modestes voire très modestes. Elle pourrait même avoir été esclave et le nom de Lupicina pourrait indiquer une condition de prostituée[1],[2]. Quoi qu'il en soit, cela n'empêche pas Justin, lui-même d'origine modeste, de se marier avec elle sous le règne d'Anastase. C'est certainement à l'occasion de l'arrivée sur le trône de Justin qu'Euphémie adopte ce nom, plus respectable que celui de Lupicina[2].

Si Procope assure qu'Euphémie n'a aucun goût pour les affaires politiques[2], une source ecclésiastique venant de la Chronique d'Edesse de 540 met à son crédit la politique de rapprochement avec la papauté menée par Justin.

En dépit de ses origines, elle se montre très attentive aux bonnes mœurs. Cette attitude lui vaut les bonnes grâces de Procope qui s'abstient donc de la dénigrer. A son sujet, Procope écrit : « Cette femme était étrangère à toute vilenie, bien qu’elle fut tout à fait rustique et de race barbare, comme je l’ai dit »[3].

Elle s'oppose à l'union entre son neveu Justinien, successeur désigné de Justin qui n'a pas d'enfants, et Théodora, issue du milieu du spectacle particulièrement méprisé à l'époque.

Selon Théophile, un moine contemporain d'Euphémie, l'impératrice aurait eu un recours aux services d'un voyant qui lui aurait affirmé que Théodora était « la daemonodora de Justinien et de l'Empire ». Se basant sur ce témoignage, l'historien Henry Houssaye pense que l'opposition d'Euphémie serait ainsi moins due au passé d'actrice de Théodora qu'à des craintes sur sa future conduite en tant qu'impératrice.[4].

La mort d'Euphémie, probablement vers 523-524, règle la question et Justin passe une loi autorisant les femmes ayant exercé certaines professions spécifiques (actrices notamment) à se marier normalement[1].

L'impératrice fut probablement inhumée dans l'église Saint-Euphémie dans le quartier d'Olybrius à Constantinople[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Tate 2004, p. 98.
  2. a b et c (en) Geoffrey Greatrex, « Empress Euphemia », Université d'Ottawa - De Imperatoribus Romanis, (consulté le 28 décembre 2016).
  3. Procope, Histoire Secrète, IX, 48
  4. Houssaye 1889, V, p. 23.
  5. Janin R., "Les églises Sainte-Euphémie à Constantinople", Echos d'Orient, vol.31 n°167, p.278

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) John Robert Martindale, Arnold Hugh Martin et J. Morris (éditeur), The Prosopography of the Later Roman Empire, Volume III: A.D. 527–641, Cambridge, Cambridge University Press, (ISBN 978-0-521-20160-5).
  • Georges Tate, Justinien. L'épopée de l'Empire d'Orient (527-565), Paris, Fayard, (ISBN 2213615160)
  • Henry Houssaye, L’Impératrice Théodora, Broché, (ISBN 9781545457948)

Voir aussi[modifier | modifier le code]