Eugenia Ramírez Miori

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Eugenia Ramírez Miori
Description de l'image Eugenia Ramirez Miori.jpg.
Naissance
Buenos Aires
Nationalité Drapeau de l'Argentine Argentine
Profession Danseuse, actrice
Films notables La Chanteuse de Tango, La Marea, La Tierra Roja


Eugenia Ramírez Miori, née le à Buenos Aires, est une actrice, chanteuse et danseuse argentine. Elle enseigne le tango dans l'école qu'elle a créée à Bruxelles en 2003.

Biographie[modifier | modifier le code]

Eugenia Ramírez Miori est née le à Buenos Aires de Pablo Ramírez et Telma Miori Pereira.

La Tierra Roja - The movie. 2014

Intéressée par le théâtre dès 6 ans, elle suit des cours sur le sujet jusqu’à ses 12 ans. Sur les conseils d'un professeur elle cherche à diversifier ses intérêts s’essaye à de nouvelles disciplines comme le dessin, l'écriture et la danse. Elle finit par rentrer à l’âge de 17 ans au Conservatoire National des Arts Dramatiques (es) de Buenos Aires où elle débute l'apprentissage du tango[1].

Elle obtient son diplôme « Actriz National » et poursuit ses études avec un master de deux ans en pédagogie théâtrale, dans le même établissement[2].

Elle est mariée à Diego Martinez Vignatti avec qui elle a deux enfants[3],[4], dont une fille, Malena, née en 2007[1].


Théâtre[modifier | modifier le code]

En 1994, Eugenia Ramírez Miori commence à jouer au théâtre dans des pièces diverses[5] produites dans de multiples théâtres dont le Teatro Sha, le Teatro del Pueblo, Tabaris, Margarita Xirgu, Alvear ou Cervantès.

À partir de 1999, elle étudie la dramaturgie[réf. nécessaire] aux côtés de Cristina Escofet, puis écrit à partir de 2000 ses propres pièces dont : Bolaloca y Totopolo, A Sopapo Limpio et Tina[6].

Alors en Belgique, Eugenia Ramírez Miori travaille comme chorégraphe pour Jean-Claude Idée, notamment dans sa mise en scène de Don Quichotte au Théâtre royal du Parc[7]. En 2013, en collaboration avec Yves Destrée, elle met en scène plusieurs pièces de théâtre latino-américaines aux académies d’art de Jodoigne et de Wavre [réf. nécessaire]. En 2015 elle met en scène un spectacle de danse et de chant argentin dans le cadre d'un projet à vocation caritative organisé par une association au Théâtre Mercelis[8] et en 2018 s'occupe des chorégraphies de la pièce "L'histoire des ours Pandas" de Matéi Visniec, aux Riches Claires à Bruxelles, avec Laurence D'Amélio et Eric de Staercke[9].

Cinéma[modifier | modifier le code]

Entre 1995 et 2001 elle figure dans plusieurs publicités ainsi que quelques courts métrages ; c’est durant cette période qu’elle rencontre Andrés Muis, un producteur de radio, avec qui elle fonde et anime Muñeca Brava un talk-show diffusé dans tout le pays. Suite au succès de l'émission, ils produisent d’autres programmes dont Té para tres et El Destornillador [réf. souhaitée].

Suite à cela, elle obtient un premier rôle dans un long métrage en 2001, dans le film iranien réalisé par Mahmoud Kalari (en) Dancing with dreams[10]. La même année, Ramírez Miori rencontre le réalisateur Diego Martinez Vignatti, revenu en Argentine après avoir fini ses études à l'INSAS à Bruxelles, pour tourner Nosotros à Buenos Aires, un documentaire centré sur la culture porteña et le tango auquel Miori participe[1]. Suite à la fin du tournage du documentaire, ils émigrent ensemble en Belgique et s'installent à Bruxelles, où elle ouvre une école de tango, le Nosotros Tango Club, en 2003[1]. Le documentaire, sorti en 2003, est récompensé du prix de la Société civile des auteurs multimédia en 2004[11].

Vignatti poursuit ses projets de films, dans lesquels Miori tient le rôle principal : en 2007 dans La Marea puis dans La Chanteuse de Tango, sélectionné au festival de Locarno[12] en 2009[11],[13]. Une critique dans Le Monde salue la performance au chant d'Eugenia Miori[14]. Elle figure dans un autre film de son compagnon, La Tierra Roja, partageant l'affiche avec Geert Van Rampelberg[15],[16].


Eugenia Ramirez Miori est aussi membre du jury du Festival MOOOV[17] de Turnhout et est présente dans le comité de sélection du festival du film d'amérique latine à Bruxelles: Peliculatina[18].

Tango[modifier | modifier le code]

Depuis 1993[19] Eugenia Ramírez Miori donne des cours de tango (dont 11 ans à Buenos Aires)[6] notamment aux côtés de Leonardo « Petaca » Lerman dont elle a été la partenaire principale et avec qui elle a dansé au CITA[19].

En Belgique elle a poursuivi son enseignement dans l'école qu'elle a fondée, le Nosotros Tango Club[1], et y organise aussi des stages, démonstrations et festivals avec des danseurs venus d'Argentine, comme Hernán Alvarez Prieto[19].

Eugenia Ramirez Miori participe aussi à l’organisation de plusieurs festivals et concerts, est impliquée dans la programmation du Festival de Tango de Bettembourg (Luxembourg) et participe, avec son partenaire Hernan Alvarez Prieto, au festival de Tango d'Anvers[19] et au Brussels Tango Festival. [6], mais aussi au Festival de Kerallic (France) avec son partenaire Mariano Galeano[20].

Rôles au théâtre[modifier | modifier le code]

  • 1994 : La espera Trágica de Pavlovsky : le monsieur - Argentine
  • 1995 : El extraño Jinete de Michel Ghelderode - Argentine- Brésil.
  • 1995 : Rosalba y Los Llaveros d'Emilio Carballido - la mère - Argentine
  • 1996 : Gris de Ausencia de Roberto Cosa : la fille - Argentine
  • 1994[5] : La tragedia de Hamlet, Príncipe de Dinamarca de W. Shakespeare : Ofelia - Argentine
  • 1999[5] : El día que murió Grace Kelly de Claudio Nadie : la fille - Argentine
  • 2000[5] : Los buenos hábitos de Jorge Nuñez
  • 2001[5] : Bar Grill de Bernardo Carey

Filmographie[modifier | modifier le code]

Rôles dans des courts et longs métrages[21],[22],[10],[23],[24]
Année Film Rôle Réalisateur
1999 Te Comprendo porque te comprendo L'épouse Edgardo Gonzalez Amer
2000 El destape La fille Edgardo Gonzales Amer
2001 Mosquita Muerta (court-métrage) - Simon Boyd
2001 Danza con los sueños Alejandra Mahmoud Kalari
2002 Nosotros (documentaire) Eugenia Ramírez Miori Diego Martinez Vignatti
2002 Tiempofinal (TV Series) - Sebastián Borensztein
2007 La Marea Azul Diego Martinez Vignatti
2009 La cantante de Tango Helena Diego Martinez Vignatti
2015 La Tierra Roja Ana Diego Martinez Vignatti

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Anne-Françoise Moyson, « Eugenia Ramírez Miori: Le tango comme personne », sur weekend, Le Vif/L'Express, (consulté le 29 mars 2017).
  2. « Eugenia Ramírez », sur IMDb (consulté le 22 mars 2018)
  3. « Diego Martinez Vignatti & Eugenia Ramirez Miori », La Première,‎ (lire en ligne).
  4. (es) « Comenzó el rodaje de la película La Tierra Roja en El Soberbio », sur Misiones online, .
  5. a b c d et e (es) « Eugenia Ramirez », sur Alternativa Teatral (consulté le 14 avril 2017).
  6. a b et c (en-US) « Eugenia & Hernan | The Brussels Tango Festival », sur brusselstangofestival.com (consulté le 31 janvier 2018).
  7. « Fiche technique Don Quichotte », sur La compagnie des artistes (consulté le 14 avril 2017)
  8. « Concerts passés », sur Association Bossa Flor (consulté le 14 avril 2017)
  9. « L’HISTOIRE DES OURS PANDAS RACONTÉE PAR UN SAXOPHONISTE QUI A UNE PETITE AMIE À FRANCFORT », sur theatrezmoi.be (consulté le 15 octobre 2018)
  10. a et b « Eugenia Ramirez Miori », sur Canalplus.fr (consulté le 14 avril 2017)
  11. a et b « La cantante de tango », sur Tarantula (consulté le 29 mars 2017)
  12. Otros Cines - Diego Battle, « Críticas: La vida y el canto - Otros Cines », sur www.otroscines.com (consulté le 13 avril 2017)
  13. AlloCine, « Eugenia Ramírez Miori », sur AlloCiné (consulté le 12 avril 2017)
  14. Thomas Sotinel, « "La Chanteuse de tango" : mélancolique et désincarnée », Le Monde.fr, (ISSN 1950-6244, consulté le 13 avril 2017)
  15. (nl) « La tierra roja: Ecologisch drama met Geert Van Rampelberg », sur Knack Focus, (consulté le 13 avril 2017)
  16. (es) © Alejandro Chacón-NOTICINE.com, « Geert Van Rampelberg y Eugenia Ramírez Miori protagonizan la cinta argentina "Tierra roja" », sur noticine.com (consulté le 13 avril 2017)
  17. (nl) « MOOOV | Festival Turnhout Jury », sur festival.mooov.be (consulté le 24 avril 2017)
  18. « Comité de sélection – Peliculatina », sur www.peliculatina.be (consulté le 24 avril 2017)
  19. a b c et d « Eugenia Ramírez Miori & Hernán Alvarez Prieto », sur Festival de tango d'Antwerp, (consulté le 29 mars 2017).
  20. « Le Temps du Tango », sur letempsdutango.com (consulté le 27 août 2018)
  21. « Filmographie Eugenia Ramirez Miori », sur Cinenews.be (consulté le 29 mars 2017).
  22. (en) Eugenia Ramírez sur l’Internet Movie Database.
  23. Diego Martínez Vignatti, Nosotros (lire en ligne).
  24. Sebastián Borensztein, Alfredo Castellani et Darío Levy, Salud mental, (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]