Eugene M. Shoemaker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Eugene M. Shoemaker
Image dans Infobox.
Eugene Shoemaker utilisant un microscope stéréoscopique pour la recherche des astéroïdes
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Eugene Merle ShoemakerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Fratrie
Maxine Heath (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinctions
Œuvres principales
Découvreur d'astéroïdes (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Shoemaker portant un réacteur dorsal (le Bell rocket belt) alors qu'il entraînait des astronautes.

Eugene Merle Shoemaker, né le à Los Angeles (États-Unis) et mort le à Alice Springs (Australie), surnommé Gene Shoemaker, est l'un des fondateurs de la planétologie, célèbre aussi pour la codécouverte de la comète Shoemaker-Levy 9 avec son épouse Carolyn S. Shoemaker et David Levy.

Contributions scientifiques[modifier | modifier le code]

Dans son doctorat à Princeton, Eugene Shoemaker montra de façon incontestable que Meteor Crater, situé près de Winslow dans l'Arizona, provenait de l'impact d'une météorite. Eugene Shoemaker a fait plus que toute autre personne pour promouvoir l'idée que des changements géologiques brutaux peuvent résulter d'impacts d'astéroïdes et que ces derniers sont fréquents à l'échelle des périodes de temps géologiques. Auparavant, on pensait que les astroblèmes étaient des restes de volcans éteints - y compris sur la Lune.

Shoemaker acquit cette conviction après avoir inspecté les cratères formés par des essais souterrains de bombe atomique au site d'essais du Nevada près de Yucca Flat. Il trouva un anneau de matériau éjecté qui comportait du quartz choqué et de la coésite, des formes de quartz créées par les pressions extrêmes. C'est ainsi qu'en 1960 il démontre que l'astroblème de Ries, dans le Jura souabe, est le vestige d'un impact météoritique[1].

Shoemaker contribua à la création du domaine de l'astrogéologie en créant le Astrogeology Research Program de l'Institut d'études géologiques des États-Unis en 1961, dont il fut le premier directeur. Il fut fortement impliqué dans les missions du programme Ranger vers la Lune, qui montrèrent que la Lune était couverte de cratères d'impact de tailles très variées. Shoemaker participa également à l'entraînement des astronautes américains. Il aurait dû être le premier scientifique à marcher sur la Lune[réf. nécessaire] mais il ne put être sélectionné à cause d'une anomalie de ses glandes surrénales.

En arrivant au Caltech en 1969, il entama une recherche systématique des astéroïdes géocroiseurs, qui conduisit à la découverte de plusieurs familles de tels astéroïdes, dont les astéroïdes Apollon.

Shoemaker reçut la National Medal of Science en 1992. En 1993, il codécouvrit la comète Shoemaker-Levy 9. Cette comète était exceptionnelle car elle fournit aux scientifiques la première occasion d'observer l'impact d'une comète sur une planète. Shoemaker-Levy 9 percuta Jupiter en 1994.

Shoemaker mourut dans un accident de voiture à Alice Springs en Australie, en juillet 1997. Une partie de ses cendres fut apportée sur la Lune par la sonde spatiale Lunar Prospector qui s'écrasa volontairement le [2]. Ce sont les deuxièmes obsèques spatiales de l'Histoire[3]. Il est à ce jour la seule personne dont les cendres aient été dispersées sur la Lune[4].

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Shoemaker's Patio est une zone rocheuse de Mars baptisée informellement en l'honneur du Dr Shoemaker par l'équipe de Mars Exploration Rover Mission et analysée par le rover martien Opportunity. Les autres distinctions sont :

Astéroïdes découverts[modifier | modifier le code]

Shoemaker est crédité par le Centre des planètes mineures de la co-découverte de 183 planètes mineures numérotées entre 1977 et 1994[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. D’après (en) Ursula Marvin et David Roger Oldroyd (dir.), The Earth Inside and Out : Some Major Contributions to Geology in the XXth Century, Londres, The Geological Society, , 369 p. (ISBN 1-86239-096-7), « Earth to Planetary Science », p. 31.
  2. (en) Chris Fletcher, « Burying a man on the moon », sur NBC News, (consulté le ).
  3. (en) « Launch Manifest », sur Celestis (consulté le ).
  4. http://www.slate.fr/story/153233/seul-homme-enterre-lune Article de slate.fr du 1er novembre 2017
  5. (en) « Minor Planet Discoverers (alphabetically) », Minor Planet Center, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :