Eugénisme libéral

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jürgen Habermas, philosophe allemand à l'origine de la notion d'eugénisme libéral.

L'eugénisme libéral (ou néo-eugénisme ; nouvel eugénisme) est une forme d'eugénisme non-autoritaire, reposant sur une demande des futurs parents, au contraire de l'eugénisme développé historiquement dans le cadre de régimes politiques autoritaires. L'eugénisme libéral s'appuie sur la notion de liberté en matière de procréation, proposant des possibilités d'« amélioration génétique » des enfants à naître aux parents qui les souhaitent, et qui ont la possibilité de les financer. La modification anténatale des individus pourra « servir pour guérir des maladies génétiques, ou alors pour avoir des enfants « à la carte »[1] ».

La notion d'eugénisme peut être mobilisée différemment en fonction des maladies ou handicaps considérés. Certains entraînant des besoins médicaux lourds et une souffrance continue qui justifient moralement le recours à cet eugénisme, d'autres relèvent d'une particularité physique ou cognitive éloignée de la norme d'une société donnée, qui rendent cet eugénisme condamnable en termes de droits humains. Les questionnements sociaux dans ce champ voient s'affronter de nombreuses visions, impliquant des professionnels de santé, des philosophes et éthiciens, des parents et futurs parents, et les personnes malades ou handicapées elles-mêmes.

L'eugénisme libéral remet en cause la définition de l'être humain, en le faisant passer du statut d'individu naturel à celui de projet médical conforme aux choix de ses parents. Des pratique médicales modernes telles que le diagnostic préimplantatoire (DPI) et l'avortement sélectif peuvent relever d'une forme d'eugénisme libéral, dans la mesure où elles comportent un « tri » visent à éviter les naissances de personnes définies comme porteuses de handicaps détectables, tels d'une trisomie 21 ou une spina bifida.

Définition[modifier | modifier le code]

Il existe de grandes divergences dans la définition de cet eugénisme, allant d'un refus du qualificatif d'« eugénisme » pour désigner les actes médicaux concernés, jusqu'à l'assimilation entre ces actes médicaux et la notion d'eugénisme historique génocidaire.

Les partisans de l'eugénisme libéral estiment que c'est aux parents de décider de modifier ou de sélectionner les embryons, plutôt qu'à l'État, comme cela peut être le cas avec les politiques d'eugénisme autoritaires[2]. L'eugénisme libéral se différencie des politiques eugénistes historiques par l'importance accordée à la notion de choix parental, lequel devrait prévaloir sur le contrôle coercitif exercé par un gouvernement ou un État[3].

La notion d'eugénisme est déjà divisée entre « eugénisme négatif » (décourager ou empêcher les personnes considérées comme inférieures de se reproduire) et « eugénisme positif » (encourager ou forcer les personnes considérées comme supérieures à se reproduire)[4]. La notion d'eugénisme libéral se distingue par l'existence ou non d'un contrôle ; si les politiques d'eugénisme sous contrôle étatique coercitif sont éthiquement et moralement difficiles à défendre, il n'en est pas de même concernant l'eugénisme libéral, qui repose sur une demande des futurs parents[4] :

« Pourquoi ce nouvel eugénisme ne rencontre-t-il que de très faibles résistances ? Précisément parce qu’il est à la fois démocratique et économique : le peuple lui-même semble l’appeler de ses vœux alors que, parallèlement, le marketing des biotechnologies nourrit cette demande sociale. Cet eugénisme se révèle insidieux car il n’impose rien, mais propose en toute légalité des choix individuels prétendument libres. Cette forme d’eugénisme, douce et libérale, reste moins facile à identifier qu’un eugénisme despotique, arbitraire et brutal. »

— Gregory Katz-Bénichou[5]

Habermas souligne le problème posé par l'abolition de la frontière entre le « naturel » et le « fabriqué », ce qui modifiera la perception que l'être humain a de lui-même, ne pouvant plus se définir en tant qu'individu, mais seulement en tant que projet conçu par d'autres (en l'occurrence, par ses parents et par des professionnels médicaux de la gestation)[6]. Pour le biologiste français Jacques Testart, la notion fondamentale définissant l'eugénisme est l'existence d'un « tri » sur la base d'une caractéristique médicalement définie, au sein d'une population humaine donnée[7].

L'eugénisme libéral s'inscrit dans un processus de « commodification » de l'humain, puisqu'il s'agit de rendre l'enfant conforme aux attentes de ses parents, tel un « bien de consommation dont on ne veut pas s’il s’avère ‘non conforme’ aux attentes initiales »[8]. La pression sociétale (norme sociale) joue un rôle important dans l'acceptation de cet eugénisme : bien que le néo-eugénisme soit basé sur la notion de liberté de choix des futurs parents, ce « choix » est en réalité conditionné par l'environnement social : le « choix » de mettre au monde un enfant trisomique plutôt qu'un enfant sans trisomie n'est pas libre dans la mesure où il est plus simple de céder à la pression de la norme que de revendiquer sa différence ou celle de son enfant[9], et où la société ne garantit pas d'assistance pour les familles des personnes handicapées[10].

Actes médicaux concernés[modifier | modifier le code]

Henri Atlan (ici, en 2011) récuse que des actes médicaux ciblés et individuels, tels qu'une interruption médicale de grossesse, puissent être qualifiés d'eugénisme.

Les pratiques qui entrent potentiellement dans le champ de l'eugénisme libéral incluent : le diagnostic préimplantatoire, la sélection des embryons[11], la reproduction sélective[12], la recherche de l'humain augmenté grâce à l'usage des biotechnologies génétiques[13], les interventions sur l'embryon, et la thérapie génique[11],[14]. L'élimination prénatale en fonction du sexe de l'enfant à naître (avortement sexo-sélectif), de même que l'interruption volontaire de grossesse et la réduction embryonnaire, n'entrent pas dans ce champ de définition, dans la mesure où des individus des deux sexes sont nécessaires à la continuité de l'espèce humaine d'une part, et où les deux pratiques suivantes ne comportent pas de tri particulier des enfants à naître, d'autre part[7].

Pour le philosophe et médecin Henri Atlan, le qualificatif d'« eugénisme » ne concerne que l'élimination collective et sous contrainte de personnes déjà nées, et ne peut s'appliquer aux interruptions médicales de grossesse ni aux diagnostics préimplantatoires, reposant sur le consentement individuel des futurs parents de l'embryon ou du fœtus concerné[15]. Pour Jacques Testart, au contraire, ces deux arguments qui réfutent que les interventions médicales anténatales modernes soient de l'eugénisme sont invalides[16] : si la forme la plus visible d'eugénisme est une élimination de masse sans consentement, les pratiques individuelles appuyées sur le consentement d'ayant-droits pour l'embryon ou le fœtus concerné entrent elles aussi dans le champ de définition de l'eugénisme[16]. Testart estime aussi qu'il est « trompeur de prétendre que des actes médicaux échapperaient à l'eugénisme par le fait même qu'ils résultent d'un examen individuel »[9]. L'anthropologue et professeur des universités Charles Gardou rejoint cette définition, notant que les actes médicaux proposés dans les centres de dépistage prénatal rejoignent une notion d'« eugénisme tolérable ou souhaitable » du point de vue sociétal[17].

Jean-Marie Le Méné note que la notion d'« eugénisme médical », telle que présentée en opposition à celle d'« eugénisme criminel », est définie comme un eugénisme justifié par de « bonnes intentions » et par une organisation dans l'intérêt des personnes concernées, mais il estime que rien ne la distingue, dans son application, d'un eugénisme criminel ou génocidaire[18].

Diagnostic prénatal (DPN)[modifier | modifier le code]

Le DPN pose une problématique éthique aux professionnels de la santé qui le pratiquent, celle des particularités detectées dont il est légitime d'informer les futurs parents, sachant que cette information peut conditionner une décision d'interruption de grossesse d'une part, et que les particularités detectables par cette technique sont de plus en plus nombreuses, d'autre part[19].

Examen invasif, l'amniocentèse est à bien différencier d'une échographie[20]. Par ailleurs, l'embryoscopie et la fœtoscopie constituent des techniques invasives de DPN, par repérage visuel anténatal de particularités de la tête ou des membres[20]. Les progrès des techniques de DPN sont beaucoup plus rapides que ceux des soins et traitements des maladies et handicaps détectés[21].

Diagnostic préimplantatoire[modifier | modifier le code]

Pour Jaques Testart, le diagnostic préimplantatoire (DPI) constitue la pratique médicale dont la potentialité eugénique est la plus menaçante, puisqu'il permet un tri préimplantatoire entre des embryons considérés comme « normaux » et des embryons considérés comme ayant un « handicap », sans exclure de géniteurs : Jacques Testart estime que cette technique poussera à rendre la définition du handicap « de plus en plus subjective »[22]. Il évoque un potentiel de tri des naissances bien plus important via cette technique qu'avec le DPN, puisque la femme engagée dans une démarche de DPI reçoit un traitement hormonal, potentiellement plusieurs fois en une année, donnant cinq à dix ovules à chaque collecte[23]. Le DPI supprime aussi la résistance à l'eugénisme naturellement induite par l'épreuve que constitue un avortement pour une femme enceinte[24]. Testart estime ainsi que cette technique poussera à rendre la définition du handicap « de plus en plus subjective »[22]. Pour le philosophe Pierre Le Coz, au contraire, le DPI est un « bienfait », qui « permet à des couples accablés par un destin maudit de retrouver un projet de grossesse possible, alors que leur passé familial ou le handicap sévère d’un premier-né les aurait conduits à y renoncer ». Il ajoute que « les accusations d’eugénisme sont essentiellement le fait de catholiques intransigeants »[25]. Pour le philosophe et politologue Pierre-André Taguieff, le DPI est une technique médicale sans risque d'eugénisme, comparable à un DPN pratiqué plus tôt durant la grossesse[24]. Pour le médecin Yves Dumez, le DPI ne présente pas de risque eugénique tant qu'il n'est pas proposé à la population générale[24]. Pour Catherine Bachelard-Jobard, le DPI deviendrait une technique clairement eugéniste s'il était pratiqué par complaisance, en sélectionnant les embryons selon les désirs des futurs parents[26] ; par ailleurs, il entre par nature dans la définition de l'eugénisme négatif, dans la mesure où son application vise à réduire la présente de gènes considérés comme defectueux chez les enfants à naître[27].

Dans le cadre de la procréation médicalement assistée, une sélection des embryons peut avoir lieu avec ce diagnostic préimplantatoire.

Henri Atlan considère le recours au DPI comme éthiquement acceptable, notamment dans le cas de parents d'un enfant gravement handicapé souhaitant éviter la naissance d'un second enfant gravement handicapé[15].

Histoire[modifier | modifier le code]

Comme le précise Jacques Testart, « l'eugénisme n’est pas une invention du régime nazi mais correspond à une pratique aussi variée que les cultures et aussi ancienne que l’humanité »[28], ce qui le conduit à postuler que l'attitude eugéniste soit « naturelle chez l'homme »[29]. Dès l'Antiquité, l'élimination physique des nouveau-nés présentant une difformité est pratiqué, notamment, à Sparte, en mobilisant une justification médicale, après examen du bébé par son père ou par un « conseil de sages »[16]. D'après lui, l'eugénisme négatif s'est transformé et médicalisé, en passant de l'élimination physique (infanticide) à l'empêchement des individus concernés d'accéder à des droits reproductifs, que ce soit par la contrainte (Stérilisation contrainte) ou par le conseil médical (conseil génétique, certificat prénuptial en France...), ou bien en proposant aux parents d'éviter de mener la grossesse à son terme en alléguant de raisons médicales (Interruption médicale de grossesse en France)[30]. Le philosophe Bernard Andrieu note que la pratique de la stérilisation eugénique des personnes handicapées, qui a eu cours durant la seconde moitié du XXe siècle dans des pays occidentaux considérés comme démocratiques et avancées, a souvent été réalisée à la demande de leurs parents[31].

La notion d'eugénisme libéral est définie par le philosophe allemand Jürgen Habermas, dans son ouvrage L'avenir de la nature humaine : vers un eugénisme libéral ?, publié en 2001 en Allemagne, et depuis traduit dans de nombreuses langues, dont le français[1],[32]. Certains de ses principes sont énoncés antérieurement : en 1962, le biologiste et historien Jean Rostand s'oppose aux prises de décisions eugénistes de la part des États dans son ouvrage L'homme, assurant que de telles demandes « émaneront de la conscience collective » si elles doivent entrer en vigueur[33].

Interrogé en 2002 à propos de ce concept d'eugénisme libéral vis à vis duquel il se montre très critique, Jürgen Habermas explique qu'il s'agit d'une « projection dans le futur »[34]. Il décrit dans son livre les attentes de nombreux parents pour autoriser l'application et la diffusion sur le libre marché de techniques génétiques afin d'améliorer le génome de leurs enfants, citant en exemple le concept américain de « shopping in the genetic supermarket » (courses dans le supermarché génétique)[34].

En 2004, le professseur d'éthique néo-zélandais Nicholas Agar (en) publie un ouvrage pour défendre l'eugénisme libéral en tant que concept moralement acceptable[35]. John Harris et Julian Savulescu, deux figures de la défense de cet eugénisme libéral, argumentent que les parents seraient dans l'obligation morale de faire appel aux technologies de la génétique pour améliorer leurs enfants[36].

Contextualisation[modifier | modifier le code]

Le contexte de capacitisme influe sur les choix individuels pour donner des résultats eugéniques, les normes sociales et la pression du marché créant une « obligation de concevoir le « meilleur enfant possible » » afin de maximiser ses chances de réussite dans la vie[37]. L'eugénisme libéral est également à l'origine de l'idée, défendue par certains professionnels, selon laquelle il serait éthiquement légitime de donner aux parents une possibilité d'euthanasier leurs nouveau-nés handicapés[37].

D'après Robert Sparrow, le monde décrit par les personnalités qui soutiennent l'eugénisme libéral « n'est pas si différent de celui défendu par les eugénistes il y a cent ans »[36]. Le Comité international de bioéthique a statué en 2015 sur le fait que l'eugénisme libéral ne doit pas être confondu avec les problèmes éthiques posés par les mouvements eugénistes du XXe siècle, mais que ce concept pose de nombreux problèmes en termes d'égalité entre les êtres humains, et ouvre de nouvelles possibilités de discrimination et de stigmatisation à l'égard de ceux qui ne pouront accéder (notamment pour raisons financières) à ces techniques[38].

Dans la Revue médicale suisse, le médecin et journaliste médical Jean-Yves Nau questionne, en 2007, une dérive de la France vers le « néo-eugénisme », notamment en raison du « caractère systématique des dépistages » constaté par Didier Sicard, lequel concerne aussi des particularités humaines telles que le syndrome de Marfan[39].

Droits spécifiques des personnes soumises à l'eugénisme libéral[modifier | modifier le code]

Les pays démocratiques n'établissent pas de liste de caractéristiques justifiant l'élimination d'un embryon ou d'un fœtus, car une telle liste serait contraire aux droits humains[16]. En revanche, l'interruption de la grossesse est conseillée, et éventuellement acceptée, au terme d'un consensus entre des médecins et les futurs parents, une pratique qui rejoint celle, historique, des décisions d'infanticides[16],[40].

Droit de naître[modifier | modifier le code]

Comme le note Charles Gardou, la société occidentale accepte désormais (en 2012) une forme de sélection médicale des enfants à naître, sans que soit mobilisée la notion d'eugénisme dans les discours, ni qu'un programme d'État coercitif n'en soit la cause[17]. La Dr en droit (CNRS) Marie-Angèle Hermitte évoque la création de critères de légitimité de l'avortement définis dans les centres de dépistage prénatal en France, que Gardou décrit comme « les grandes lignes d'une doctrine de l'eugénisme tolérable ou souhaitable »[17].

Le recours au diagnostic préimplantatoire et à l'interruption médicale de grossesse en cas de suspiscion ou de découverte d'un handicap chez l'enfant à naître est conditionné par diverses normes et valeurs, mais aussi par la nature du handicap concerné[41]. L'interruption de grossesse est ainsi particulièrement mobilisée en cas de handicap mental[17]. La détection prénatale d'une trisomie 21, d'une anencéphalie, ou encore de la maladie du cri du chat, suscite, en France, une proposition systématique d'interruption de grossesse de la part des médecins qui réalisent le diagnostic prénatal[17].

Jacques Testart estime qu'il serait « contraire à la dignité humaine de refuser toute action eugénique quand des souffrances physiques ou mentales quasi permanentes empêchent l’expression de la personnalité ou interdisent toute jouissance » à la personne concernée[29]. La difficulté éthique posée par l'eugénisme libéral découle du fait qu'il « n’est pas possible de définir la limite entre une maladie grave et un handicap léger, ni d’établir une liste limitée des affections » qui justifieraient un dépistage pré-implantatoire ou un dépistage prénatal[42].

Droits reproductifs[modifier | modifier le code]

Les droits reproductifs des personnes handicapées ont longtemps été niés, entre autres à travers les pratiques de stérilisation à visée eugénique[43]. Ces stérilisations, largement pratiquées dans les pays scandinaves pour exclure les personnes handicapées de la société[44], sont désormais en voie d'abandon.

Si le droit des personnes handicapées à avoir une sexualité est reconnu, la question des droits reproductifs reste complexe, une part importante de la société considérant que la parentalité des personnes handicapées est problématique[43].

Oppositions[modifier | modifier le code]

L'eugénisme libéral est dénoncé par des militants des droits des personnes handicapées[37].

Soutiens[modifier | modifier le code]

En France, le député Philippe Berta a proposé le dépistage pré-implantatoire des aneuploïdies (et donc des trisomies) pour les embryons implantés aux femmes ayant recours à une PMA[45], ce qui a fait réagir Bruno Retailleau, le qualifiant de « démarche d'eugénisme »[46].

Laurent Alexandre prône la sélection génétique, en prenant pour exemple le cas d'Israël, « pays eugéniste qui a éradiqué la maladie de Tay-Sachs »[47].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Thibault Scohier, « Jürgen Habermas, L’avenir de la nature humaine. Vers un eugénisme libéral ? », Lectures,‎ (ISSN 2116-5289, lire en ligne, consulté le 21 mars 2020).
  2. (en) Jonathan Anomaly, « Defending eugenics », Monash Bioethics Review, vol. 35, no 1,‎ , p. 24–35 (ISSN 1321-2753, PMID 29804244, PMCID 6096849, DOI 10.1007/s40592-018-0081-2, lire en ligne, consulté le 21 mars 2020).
  3. (en) Giulia Cavaliere, « Looking into the shadow: the eugenics argument in debates on reproductive technologies and practices », Monash Bioethics Review, vol. 36, nos 1-4,‎ , p. 1–22 (ISSN 1321-2753 et 1836-6716, PMID 30535862, PMCID PMC6336759, DOI 10.1007/s40592-018-0086-x, lire en ligne, consulté le 21 mars 2020).
  4. a et b (en) Allen E. Buchanan, From chance to choice : genetics and justice, Cambridge University Press, (ISBN 0-521-66001-7, 978-0-521-66001-3 et 0-521-66977-4, OCLC 1040306598, lire en ligne).
  5. Gregory Katz-Bénichou, « Le tamisage des naissances », Cités, vol. 28, no 4,‎ , p. 83 (ISSN 1299-5495 et 1969-6876, DOI 10.3917/cite.028.0083, lire en ligne, consulté le 27 juillet 2020).
  6. Guy Duplat, « Vers un eugénisme libéral? », sur www.lalibre.be, (consulté le 22 mars 2020).
  7. a et b Testart 2006, p. 33.
  8. « Eugénisme libéral et commodification de l’Humain: réponse à Samia Hurst », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 22 mars 2020).
  9. a et b Testart 2006, p. 32.
  10. Jean Gayon, « L'eugénisme est-il de retour? », sur Pourlascience.fr (consulté le 26 juillet 2020).
  11. a et b (en) D. S. King, « Preimplantation genetic diagnosis and the 'new' eugenics », Journal of Medical Ethics, vol. 25, no 2,‎ , p. 176–182 (ISSN 0306-6800 et 1473-4257, PMID 10226925, DOI 10.1136/jme.25.2.176, lire en ligne, consulté le 21 mars 2020).
  12. Allison K Hoffman, « Review of The New Eugenics: Selective Breeding in an Era of Reproductive Technologies », Journal of Law and the Biosciences, vol. 4, no 3,‎ , p. 671–677 (ISSN 2053-9711, PMCID 5965496, DOI 10.1093/jlb/lsx025, lire en ligne, consulté le 21 mars 2020).
  13. (en) Felipe E. Vizcarrondo, « Human enhancement: The new eugenics », The Linacre Quarterly, vol. 81, no 3,‎ , p. 239–243 (ISSN 0024-3639, PMID 25249705, PMCID 4135459, DOI 10.1179/2050854914Y.0000000021, lire en ligne, consulté le 21 mars 2020).
  14. (en) « Regulating Eugenics », sur harvardlawreview.org (consulté le 21 mars 2020).
  15. a et b Henri Atlan, « Entre résignation et illusion de toute-puissance », dans Julia Kristeva et Charles Gardou, Handicap : le temps des engagements, Presses universitaires de France, (ISBN 978-2-13-055621-3, lire en ligne).
  16. a b c d et e Testart 2006, p. 31.
  17. a b c d et e Gardou 2012.
  18. Jean-Marie Le Méné, « Interruption médicale de grossesse », dans Lexique des termes ambigus et controversés : sur la vie, la famille et les questions éthiques, P. Téqui, (ISBN 2-7403-1110-9 et 978-2-7403-1110-3, OCLC 60598282, lire en ligne).
  19. Bachelard-Jobard 2001, p. 105.
  20. a et b Bachelard-Jobard 2001, p. 99.
  21. Bachelard-Jobard 2001, p. 100.
  22. a et b Testart 2006, p. 45.
  23. Bachelard-Jobard 2001, p. 111-112.
  24. a b et c Bachelard-Jobard 2001, p. 112.
  25. Pierre Le Coz, « Le diagnostic préimplantatoire va-t-il améliorer l'espèce humaine ? », La pensée de midi, no 30,‎ , p. 51-57 (lire en ligne).
  26. Bachelard-Jobard 2001, p. 109-110.
  27. Bachelard-Jobard 2001, p. 114.
  28. Testart 2006, p. 29.
  29. a et b Testart 2006, p. 30.
  30. Testart 2018, Chap. "de l'eugénisme racial à l'eugénisme libéral".
  31. Bernard Andrieu, « Un eugénisme qui ne dit pas son nom », sur regards.fr, Regards (consulté le 14 juillet 2020).
  32. Pierre Billouet, « L'appropriation : Habermas face à l'eugénisme libéral », Critique, vol. n° 679, no 12,‎ , p. 930 (ISSN 0011-1600 et 1968-3901, DOI 10.3917/criti.679.0930, lire en ligne, consulté le 21 mars 2020).
  33. Charles Gardou, Connaître le handicap, reconnaître la personne, Toulouse, Eres, coll. « Connaissances de la diversité », , 256 p. (ISBN 2749224934 et 9782749224930).
  34. a et b « Jürgen Habermas », sur LExpress.fr, (consulté le 21 mars 2020).
  35. Agar 2004.
  36. a et b Sparrow 2011.
  37. a b et c « Droits des personnes handicapées : Rapport de la Rapporteuse spéciale sur les droits des personnes handicapées », ONU, .
  38. (en) « Report of the IBC on Updating Its Reflection on the Human Genome and Human Rights », Comité international de bioéthique, (consulté le 22 octobre 2015).
  39. Netgen, « De la France et du néo-eugénisme (5) », sur Revue Médicale Suisse (consulté le 26 juillet 2020).
  40. A. Pichot et J. Testart, « Les métamorphoses de l’eugénisme », dans Encyclopædia Universalis, , 99-105 p..
  41. Catherine Bachelard-Jobard, « Chapitre 1. L'eugénisme entre normes et valeurs », dans L'eugénisme, la science et le droit, Presses universitaires de France, coll. « Partage du savoir », , 169-209 p. (lire en ligne).
  42. Testart 2006, p. 41.
  43. a et b A. Giami, « Sexualité et handicaps : de la stérilisation eugénique à la reconnaissance des droits sexuels (1980–2016) », Sexologies, sexualité : handicaps et vulnérabilités, vol. 25, no 3,‎ , p. 93–99 (ISSN 1158-1360, DOI 10.1016/j.sexol.2016.05.007, lire en ligne, consulté le 14 juillet 2020).
  44. Bernard Andrieu, « A qui appartient le corps ? », dans Stériliser le handicap mental ?, Érès, (ISBN 978-2-86586-584-0, DOI 10.3917/eres.diede.1998.01.0097, lire en ligne), p. 97.
  45. « Après un vif débat, les députés refusent de légaliser la détection de la trisomie avant une FIV », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 23 janvier 2020).
  46. « FIV : le Sénat refuse la recherche de la trisomie dans les embryons », sur Public Senat, (consulté le 29 janvier 2020).
  47. Ivanne Trippenbach, « Laurent Alexandre, le docteur qui phosphore avec la droite radicale », sur lopinion.fr, (consulté le 5 février 2020).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]