Eugénie Sokolnicka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Eugénie Sokolnicka
Eugénie Sokolnicka.jpeg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 49 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Membre de

Eugénie Sokolnicka, née Eugénie Kutner le à Varsovie, et morte à Paris le , est une psychanalyste française d'origine polonaise. Elle est considérée comme celle qui a introduit cette discipline en France et a été l'une des fondatrices de la Société psychanalytique de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle naît à Varsovie « dans une famille juive aisée et libérale »[1]. Elle est éduquée par une gouvernante française et passe le baccalauréat. Elle a eu, en tant que femme, de la difficulté à faire admettre à son entourage son droit d'aller à l'université[2].

Elle rejoint Paris à 20 ans, où elle obtient une licence en sciences et biologie à la faculté des sciences de Paris et suit les cours de Pierre Janet, de Théodule Ribot et de Jean-Martin Charcot[3]. Elle rencontre à Paris son future époux, Michel Sokolnicki, et se marie en Pologne[4]. Elle se consacre à la vie de famille jusqu'en 1911, date à laquelle elle commence une formation en psychiatrie à la clinique du Burghölzli, où elle rencontre Carl Gustav Jung[4].

En 1913, elle séjourne à Vienne, et fait une analyse avec Freud, avec lequel la relation est plutôt hostile[4], et participe à plusieurs séances de la Société psychanalytique de Vienne, qui l'accepte comme membre le . Dès 1914, elle établit sa pratique analytique à Munich, où elle réalise l'analyse de Felix Boehm. Elle regagne Varsovie lorsque la Première Guerre mondiale commence, et tente de créer une société psychanalytique[5]. Après la guerre, elle séjourne à Budapest où elle fait une analyse avec Sándor Ferenczi, dont celui-ci rapporte des éléments dans sa correspondance avec Freud. Elle participe au VIe congrès de l'Association psychanalytique internationale de La Haye, en 1920, et fait une communication sur la névrose, intitulée « Zur Symptomatologie und Diagnostik in der psychoanalytischen Neurosenlehre »[6].

En 1921, elle rejoint son frère à Paris, où elle s'installe définitivement, et coopère à La Nouvelle Revue française[4]. Plusieurs écrivains « gravitent autour d'elle », dont Jacques Rivière qui « restera son ami jusqu'à sa mort »[7]. Élisabeth Roudinesco rapporte qu'« elle analyse André Gide qui laisse un portrait d'elle dans Les Faux-Monnayeurs »[7]. Elle participe dans ce cadre littéraire aux « séances Freud », puis fait partie, en 1926, des membres fondateurs de la Société psychanalytique de Paris, dont elle est nommée vice-présidente, en novembre 1926[4]. Elle fait la connaissance du professeur Georges Heuyer grâce à son ami, l'écrivain Paul Bourget, et Georges Heuyer l'invite aux réunions de service durant lesquelles sont présentés des cas cliniques[4]. Elle doit laisser la direction du mouvement psychanalytique français à Marie Bonaparte et René Laforgue, malgré l'appui de Freud, et se consacre à des activités d'enseignement, et réalise l'analyse didactique de René Laforgue et d'Édouard Pichon[8]. Elle est également l'analyste de Blanche Reverchon. Elle est pionnière de la psychanalyse des enfants. Elle est progressivement atteinte d'un état dépressif, et se suicide le , probablement par une intoxication au gaz[9].

Publications[modifier | modifier le code]

  • L'Analyse d'un cas de névrose obsessionnelle infantile, 1920

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Élisabeth Roudinesco et Michel Plon, « Sokonilcka Eugénie, née Kutner (1884-1934). Psychanalyste française », Dictionnaire de la psychanalyse, Fayard, 2011, p. 1469-1470.
  2. Claudine et Pierre Geissmann (dir.), Histoire de la psychanalyse de l'enfant : mouvements, idées, perspectives, Paris, Bayard, Nouv. éd. 2004, coll. « Compact », (ISBN 2227473282)
  3. Édouard Pichon, « Eugénie Sokolnicka » in Revue française de psychanalyse 1934, t. VII, no 4, p. 590-603.
  4. a b c d e et f Mijolla 2002, p. 1610.
  5. Lettre de S. Freud à Sándor Ferenczi,
  6. (de) « Work in progress - IPV 1910-2010 / Kongresse 1908-1918 Seite 6 », sur http://www.psyalpha.net, IPV congresse 1920-1932, (consulté le 24 juin 2018).
  7. a et b Élisabeth Roudinesco, Histoire de la psychanalyse en France. 1. 1885-1939, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1993, p. 286-289.
  8. Alain de Mijolla, Freud et la France 1885-1945, Paris, PUF, 2010, p. 898, (ISBN 9782130545156)
  9. Mijolla 2002, p. 1611.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]