Eugénie Kuffler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Eugénie Kuffler
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités

Eugénie Kuffler (née en 1949 à Baltimore) est une compositrice, flûtiste, danseuse et performeuse américaine[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Eugénie Kuffler, fille du neurobiologiste Stephen W. Kuffler, a étudié la musique et  la danse au Conservatoire Peabody à Baltimore (1956-1959) et au New England Conservatory à Boston (1959-1966). Elle est flutiste dans l'Orchestre symphonique des jeunes de Boston Grand. En 1967, elle s'installe à Paris. Elle y étudie la composition avec Nadia Boulanger et Max Deutsch jusqu'en 1971, puis avec Henri Dutilleux à l' École normale de musique et la flûte avec Gaston Crunelle au Conservatoire de Paris[2].

De 1973 à 1975, elle suit les cours de Pierre Schaeffer et de Guy Reibel au Groupe de Recherches Musicales. Elle étudie ensuite le chant classique avec Bernadette Val (1988-1992), Yves Müller et Sophie Boulin (1994) ainsi que la danse afro-cubaine avec Oscar Hernandez et Daniela Giacone (1999).

De 1967 à 1973, Eugénie Kuffler est membre avec Philippe Drogoz du Groupe d’Étude et de Réalisation Musicale[3] (GERM)[4] avec qui elle donne des concerts à Londres, Vienne, Rotterdam et Paris[5]. En 1973, elle fonde avec lui l'ensemble musical "010"[6] spécialisé dans le théâtre musical d’avant-garde. Trois années plus tard, au 30e Festival d’Avignon, est donné leur spectacle Lady Piccolo et le violon fantôme[7] pour piccolo, flûte, contrebasse et bandes magnétiques, un opéra-mythe en 3 actes d'après Claude Lévi-Strauss. À leur actif, notamment deux autres musiques pour le théâtre : Yo ou l’Opéra solitaire pour une chanteuse-actrice et dispositif électroacoustique (1979) et le conte musical pour la Radio Mais où est donc passée Lady Piccolo (1976-1977)[8].

En outre, elle a anime de 1977 à 1978, l’émission Qui dit quoi à qui ?[9]

Pour France Culture et France Musique, elle a réalisé notamment trois pièces radiophoniques : Femmes des Ombres en 1976, Les Cahiers Ex-Statiques Spirale en 1995 et J/E adaptation du Corps Lesbien de Monique Wittig, avec Syn Guérin, en 1982[10].

Elle a présenté des programmes en solo à la Biennale de Paris , aux Semaines des femmes à Vienne et Hambourg, au Festival de performance de Lyon et à la Musica Strasbourg .

Elle est devenue membre de l'ensemble d'improvisation pour femmes Hot Chills et a joué l'été dans l' orchestre folklorique Woods Hole de Cape Cod.

Entre 1999 elle a fondé Conexión Habana et jusqu’en 2007 a créé avec cette compagnie de théâtre musical 6 chapitres du projet Etno Poesiá Cuba au Fiesta del Fuego de Santiago de Cuba, à la Casa de la Comedia (Havane) et au Festival La Huella de España du Gran Teatro de la Habana[11].

Elle a écrit les Carnets de Barbes, chroniques d’un quartier, chroniques d’une vie  entre 2006 et 2010. Elle a publié des textes dans les revues La Passe et Apulée[12]. Elle s’est jointe au collectif Les Toboggans Poétiques au printemps 2015[13].

Compositions[modifier | modifier le code]

  • La ballade de Cormac pour mezzo-soprano et harpe celtique, 1968
  • One Overtone Beat pour huit instruments, 1973
  • Pièces détachées pour flûte, 1975
  • Emménager , 1973
  • Le Rêve de Siméon pour ensemble instrumental, 1978
  • Feu pour voix et ensemble instrumental, 1980
  • Terrain Vague pour flûte, voix, cor, violoncelle et piano, 1980
  • L'hirondelle pour flûte, 1981
  • L'épervier pour flûte, 1994
  • Hot Chills - hiver, printemps, automne pour piccolo, clarinette, violoncelle, piano et percussions, 1996-1997
  • Equinoxe pour piccolo, clarinette, violoncelle, piano et percussions, 1997
  • Chant irisé pour quatre voix féminines, 1997
  • Plusieurs fois l'année pour flûte, clarinette, violoncelle, piano et percussions, 1998
  • Harlem Bleu, Ballade, 1998
  • Souffle pour Odudua pour flûte solo, 1998
  • Tierra Seca pour flûte, bouteilles de rhum, voix et mouvement, 2000
  • La femme du bar sombre pour mezzo soprano et piano, 2001
  • A propos de la guerre... pour mezzo-soprano et piano, 2001

Théâtre et musique[modifier | modifier le code]

  • 00100010 , cabaret musical, 1973
  • Musique de table , cabaret musical, 1975
  • Lady Piccolo et le Violon Fantôme , cabaret musical, 1976
  • Histoire d'Une , cabaret musical, 1978
  • Monsieur Parfait d'Été et Grande Mère , cabaret musical, 1979
  • Yo ou l'Opéra Solitaire , cabaret musical, 1979
  • Noctiluca , théâtre de danse, 1999
  • Agua y Tambor , 1999
  • Yendo a viniendo de , 1999
  • Images du chemin de Cobre , 2000
  • Scènes quotidiennes de l'Indocubain , 2001

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Publications dePierrette GERMAIN. - Dictionnaire créatrices », sur www.dictionnaire-creatrices.com (consulté le 25 février 2019)
  2. « Eugénie Kuffler - Apulée n° 1 — Galaxies identitaires - Editions Zulma », sur www.zulma.fr (consulté le 9 janvier 2019)
  3. « GERM, créé par Pierre Mariétan »
  4. « collaboration avec Philippe Drogoz, prix de Rome, GERM fondé par Pierre Mariétan. »
  5. « Eugénie Kuffler, Ray Langenbach,Suvi Parrilla and Multikultin Robin DeWan », sur www.hiap.fi, (consulté le 26 janvier 2019)
  6. « Ensemble musical 010 », sur data.bnf.fr (consulté le 9 janvier 2019)
  7. « Lady Piccolo et le violon fantôme - Festival d'Avignon », sur www.festival-avignon.com (consulté le 1er février 2019)
  8. « Drogoz-Kuffler », sur www.musimem.com (consulté le 1er février 2019)
  9. « Eugenie Kuffler », sur inatheque.ina.fr, (consulté le 17 février 2019)
  10. « Musique et poésie », sur Poezibao, (consulté le 16 février 2019)
  11. Marie-Jo Bonnet, Les femmes artistes dans les avant-gardes, Paris, O. Jacob, , 269 p. (ISBN 2-7381-1732-5 et 9782738117328, OCLC 300871122, lire en ligne), p. 125
  12. « Eugénie Kuffler - Apulée n° 1 — Galaxies identitaires - Editions Zulma », sur www.zulma.fr (consulté le 1er février 2019)
  13. « Les toboggans poétiques : Eugénie Kuffler », sur Les toboggans poetiques, (consulté le 1er février 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]