Eugénie De Keyser

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Eugénie De Keyser
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 93 ans)
IxellesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Membre de
Distinction

Eugénie De Keyser, née le à Bruxelles[1] et morte le à Ixelles[2], est une historienne de l'art, romancière et essayiste belge.

Elle est surtout connue pour ses articles, conférences et essais en esthétique et philosophie de l’art.

Biographie[modifier | modifier le code]

Découverte par Jean Capart, le fondateur de l'égyptologie belge, elle fut assistante (1944-1956) puis maître de recherches (1956-1985) à la Fondation égyptologique Reine Elisabeth (actuellement Association égyptologique Reine Élisabeth).

Elle enseigna à l'Université catholique de Louvain-la-Neuve et aux Facultés universitaires Saint-Louis à Bruxelles (actuellement Université Saint-Louis - Bruxelles[1].

Elle a également enseigné le français à l'Institut Saint-André d'Ixelles.

Femme de conviction, elle s'est également engagée en politique au sein du FDF d'Etterbeek[3] et fut chef de groupe au Conseil Communal en 1982.

Distinctions et prix[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Le chien, Gallimard, 1964
  • La surface de l’eau, Gallimard, 1966 (prix Victor-Rossel)
  • L'aquarium sur le piano, CFC-Édition, Bruxelles, 2000.

Essais[modifier | modifier le code]

  • L’Occident romantique (1789-1850), Skira, 1965
  • Art et mesure de l'espace, Dessart, Bruxelles, 1970
  • La sculpture contemporaine en Belgique, Laconti, Bruxelles, 1972.
  • Degas : réalité et métaphore, Institut supérieur d'archéologie et d'histoire de l'art, Louvain-la-Neuve, 1981.
  • Albert Dasnoy : le plaisir de peindre et le tourment d'écrire, Ministère de la Communauté française, Bruxelles, 1981.
  • Grard, Ministère de la Communauté française, Bruxelles, 1983.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]