Eugène Rosseeuw Saint-Hilaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Eugène Rosseeuw Saint-Hilaire
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
Membre de
Distinctions
Prix Bordin ( et )Voir et modifier les données sur Wikidata

Eugène François Achille Rosseeuw Saint-Hilaire, né à Paris le et mort le , est un historien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Agrégé des classes supérieures en 1828, Eugène Rosseeuw Saint-Hilaire fut auparavant professeur au collège d'Ajaccio en 1826, puis il enseigna au lycée Louis-le-Grand de 1829 à 1842. Il devient docteur ès lettres en 1838 puis il est agrégé auprès de la Faculté des lettres en 1840. Il supplée Charles de Lacretelle à la Faculté des lettres de Paris (Sorbonne) de 1838 à 1855 avant de devenir titulaire de la chaire d’Histoire ancienne de 1855 à 1872. Il est élu membre de l'Académie des sciences morales et politiques en 1872. Au cours de sa carrière, il a également donné des cours à l'École polytechnique de 1846 à 1852[1].

Pendant son séjour en Corse, il écrit des nouvelles littéraires et des lettres publiées dans le journal Le Globe et dans la Revue de Paris. De toute évidence, Rosseeuw Saint-Hilaire est -avant même Mérimée- l’un des tout premiers auteurs à définir les contours et les ressorts de l’image romantique de la Corse[2].

Eugène Rosseeuw Saint-Hilaire est connu surtout pour sa monumentale Histoire de l’Espagne et pour ses études d'histoire religieuse considérée d'un point de vue protestant.

Citations[modifier | modifier le code]

« Le peuple d'Auguste, comme celui de Mahomet, ont conquis le monde deux fois, la première par les armes, la seconde par les lumières, et bien des siècles après que les deux empires ont péri, leur domination dure encore : le règne des mœurs et des idées a survécu à celui des lois. Le monde moderne, comme une médaille frappée à deux coins différens, porte une double empreinte, arabe d'un côté, romaine de l'autre. »[3]

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • Études sur l'origine de la langue et des romances espagnoles (1838), thèse de doctorat
  • Histoire d'Espagne depuis les premiers temps historiques jusqu'à la mort de Ferdinand VII (14 volumes, 1844-1879)
- Prix Bordin de l’Académie française en 1857 pour un tome et en 1865 pour le tome IX.
  • Ce qu'il faut à la France, étude historique (1861)
  • Jules César, cours professé à la Sorbonne en 1844 et 1863 (1866)
  • Études religieuses et littéraires (1872)
  • La Princesse des Ursins (1875)
  • Études sur l'Ancien Testament (1884)
  • Les Grandes figures d'Israël (1887)
Traductions de l'allemand
  • Légendes de l'Alsace (1868) Texte en ligne
  • Le vieil Eli, par l'auteur des Legendes d'Alsace (1872)
  • Drakenstein, scènes de la vie au Sud de l'Afrique, par l'auteur des Légendes de l'Alsace (1876)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Christophe Charle, « 96. Rosseeuw-Saint Hilaire (Eugène, François, Achille, Edouard, Adolphe) », Publications de l'Institut national de recherche pédagogique, vol. 2, no 1,‎ , p. 153–154 (lire en ligne, consulté le )
  2. Eugène Rosseeuw Saint-Hilaire, La Corse d'Eugène Rosseeuw Saint-Hilaire. Nouvelles et autres écrits (1826-1831). Edition critique, établie, présentée et annotée par Eugène F.-X. Gherardi, Ajaccio, Albiana, , 504 p.
  3. « L'Espagne romaine et l'Espagne arabe (Discours prononcé à l'ouverture du cours d'histoire ancienne, Faculté des Lettres de Paris.) » (1838), dans Revue de Paris, Eugène Rosseeuw Saint-Hilaire, éd. Bureau de la Revue de Paris, 1838, t. 52, p. 231

Liens externes[modifier | modifier le code]