Eugène Ricklin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Eugène Ricklin
Eugène Ricklin vers 1915
Eugène Ricklin vers 1915
Fonctions
Conseiller général du Haut-Rhin
Novembre/décembre 1928 –
Élection
Député
Avril/mai 1928 – 1928
Élection
Président du Landtag d'Alsace-Lorraine
Député
1903 – 1918
Maire de Dammerkirch
1895/1896 – 1902
Conseiller municipal de Dammerkirch
1889/1891 – 1895/1896
1902 – 1908
Biographie
Nom de naissance Georges Eugène Ricklin
Date de naissance
Lieu de naissance Dannemarie
Date de décès
Lieu de décès Dannemarie
Nationalité Française, allemande
et française
Parti politique Zentrum et UPR
Diplômé de Fribourg-en-Brisgau, Munich et Erlangen
Profession Médecin

Georges Eugène Ricklin (surnommé le Lion du Sundgau) né le à Dannemarie (Haut-Rhin) et décédé le à Dannemarie est un médecin et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Eugène Ricklin est le fils de Georges Ricklin, aubergiste et de Catherine Kayser.

Médecin, il se lance très tôt en politique, comme conseiller municipal (1889) puis maire de Dammerkich (1895). Il est révoqué de ses fonctions de maire en 1902 pour ses prises de positions répétées en faveur de l'autonomie de l'Alsace. Il est néanmoins élu député au Reichstag de 1903 à 1918 et devient président du Landtag d'Alsace-Moselle en 1911.

Pendant la Première Guerre mondiale, il sert comme médecin militaire dans l'armée allemande. En 1918, il est interné en Allemagne, avant de revenir en Alsace en 1920.

Pour de seules raisons politiques, il est radié de l'ordre des médecins le .

Président du Heimatbund, il est très actif dans la presse locale et dans l'édition pour la défense de l'Alsace. Humilié et traîné dans les rues de Mulhouse alors qu'il est une personnalité politique alsacienne de premier plan et jeté en prison, il est élu député en avril 1928 alors qu'il est détention dans l'attente de son procès le . Condamné en cour d'assises pour atteinte à la sûreté de l'État à une année de prison et cinq années d'interdiction de territoire. Cette condamnation provoque un tollé. Il est amnistié le et on trouve tout de même le moyen de le déchoir de son mandat de député le pour ses soi-disantes activités autonomistes. Il retrouve immédiatement un mandat électoral.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]