Eugène Lizero

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Eugène Lizero
Image illustrative de l’article Eugène Lizero
Hippodrome de Saint-Cloud
Présentation
Naissance
Cannes
Décès (à 79 ans)
Cannes
Mouvement Art déco, mouvement moderne
(architecture des Trente Glorieuses)
Activités Architecte
Œuvre
Réalisations Hippodromes d'Auteuil, Maisons-Laffitte, Saint-Cloud, Enghien, Pau (restructuration)
Hippodrome de la Côte d'Azur (construction)
Aéroport de Cannes-Mandelieu (construction)
Fondation Maeght (construction)
Patrimoine balnéaire de Cannes (aménagement du casino, restructuration d'hôtels et de villas)
Immeubles de logements à Cannes, Mandelieu-la-Napoule (complexe de Cannes Marina), Le Cannet, Vallauris, en région parisienne et en Afrique (construction)

Eugène Lizero est un architecte français né le à Cannes et mort le dans la même ville. Il est l'un des principaux architectes des champs de courses en France. Il construit l'hippodrome de la Côte d'Azur et transforme plusieurs installations hippiques en Île-de-France. Il restructure des hôtels et villas du patrimoine balnéaire de Cannes et bâtit entre 1955 et 1975 la plupart des nouveaux immeubles de logements de sa ville natale. Son style art déco et moderniste s'insère dans l'architecture des Trente Glorieuses.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'Augustin Lizero, wattman, et de Marie Seneca, Eugène Lizero naît à Cannes le . Il épouse Fernande Lautier le 2 juillet 1929 . Ils ont une fille prénommée Suzanne. L'annulation de ce mariage date du 24 avril 1945. Il épouse Odette Arlie le 28 mars 1946.Il est membre du Touring club de France, de l'Automobile Club d'Île-de-France, de l'Automobile Club de Cannes et du Rotary Club de Cannes dont il est gouverneur de 1977 à 1978[1],[2]. Il meurt à Cannes le 26 octobre 1986 l'âge de 80 ans[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

Il possède une agence à Cannes, 134 boulevard de la Croisette, et une autre à Paris, 36 rue Paul-Valéry dans le 16e arrondissement[1]. Il est l'un des principaux architectes des champs de courses en France[4]. Son cabinet conçoit les nouvelles tribunes et autres bâtiments des hippodromes d'Île-de-France (Auteuil, Maisons-Laffitte, Saint-Cloud, Enghien) et il construit les installations de Pau et de Cagnes-sur-Mer[4]. Il aménage des casinos, hôtels et villas du patrimoine balnéaire de Cannes[5], bâtit la plupart des nouveaux immeubles de logements de sa ville natale avec leurs équipements commerciaux[6] et construit des immeubles à Mandelieu-la-Napoule, Le Cannet, Vallauris et en région parisienne. Son style art déco et moderniste[6] s'insère dans l'architecture des Trente Glorieuses[7].

Hippodromes[modifier | modifier le code]

Dans les années 1950-1956, il construit l'hippodrome de la Côte d'Azur à Cagnes-sur-Mer en collaboration avec l'architecte niçois Roger Séassal[8].

Il remplace, en 1954, pour la Société sportive d'encouragement, la maison de l'administrateur, la tribune, le paddock, les pavillons, les guichets et les stalles de l'hippodrome de Saint-Cloud[9], par des constructions en béton et parements de briques[10],[11],[12].

À Maisons-Laffitte, il s'associe aux cabinets Leriche et Milanovitch pour concevoir en 1970 l'hippodrome « le plus moderne d’Europe »[10] d’une capacité de 3 500 places debout et 2 500 places assises dans trois bâtiments de 3 650 mètres carrés comprenant un restaurant panoramique[10].

À Auteuil, son cabinet fait le choix en 1976 d'une structure de béton armé doublé de plaques de béton plus clair et d'une menuiserie inox pour les nouvelles tribunes érigées sur le côté du pesage en prolongement du bâtiment initial et en respect de l'architecture caractéristique de son époque. La capacité d'accueil est ainsi augmentée de 3 600 à 8 600 places[10],[13].

Patrimoine balnéaire de Cannes[modifier | modifier le code]

Nombre de réalisations d'Eugène Lizero, transformation de villas ou construction d'immeubles ex-nihilo, sont versées à l'Inventaire général du patrimoine culturel au titre du recensement du patrimoine balnéaire de Cannes.

En 1943, Eugène Lizero réaménage les quatre étages de l'Hôtel Canberra construit vers 1882 sous le nom d'Hôtel de Russie puis renommé Hôtel Cosmopolitain et situé à l'angle de la rue d'Antibes (no 120) et de la rue Emmanuel Signoret (no 1 à 3) dans le quartier du centre ville, première intervention connue de l'architecte sur le patrimoine cannois[14]. En 1947, le propriétaire américain du château de Font-de-Veyre, ou Villa Allegria, construite en 1870[15] et située 2 avenue de Font-de-Veyre dans le quartier de La Croix-des-Gardes, commande à Lizero d'importants travaux de réparation[16]. En 1950, le domaine de la Villa Fiorentina, construite en 1880 pour sir Julian Goldsmid, habitée ensuite par le comte Philippe Vitali, le baron von Weinberg puis la princesse Daria Karageorgevitch (en)[17] et utilisée par l'état-major américain durant la Deuxième Guerre mondiale est loti. La maison du 5 avenue de Poralto, dans le quartier de la Californie est transformée par Eugène Lizero et Louis Lafond[18],[19].

Construit en 1929 dans le quartier de la Pointe Croisette par l'architecte niçois Roger Séassal, le Casino d'été du Palm Beach de la place Franklin-Roosevelt subit les bombardements de la Seconde Guerre mondiale. L'administrateur de la Société Cannes balnéaire le fait restaurer en 1947 et commande en 1951 à Eugène Lizero et Louis Lafond le réaménagement de la piscine et de ses abords[20]. Toujours en 1951, les deux architectes divisent en appartements la Villa Cypris située 6 avenue Amiral-Wester-Weymiss, dans le quartier anglais de la Croix-des-Gardes, qui avait accueilli le duc de Monpensier et le prince Chtcherbatov en 1870[21]. En 1952, toujours en collaboration avec Louis Blanc, Lizero divise en appartements la Villa Victoria, située 7 avenue du Docteur-Raymond-Picaud dans le même quartier, construite en 1853 par l'architecte anglais Thomas Smith pour sir Thomas Robinson Woolfield et qu'avait habitée lord Charles Murray[Lequel ?] et la baronne douairière James de Rothschild[Laquelle ?] [réf. nécessaire] [22].

En 1955, il divise en appartements l'ancien Hôtel Miramar construit en 1927 par l'architecte niçois Charles Dalmas à l'emplacement de la Villa des Bambous[23] et devenu la Résidence Miramar située 65 boulevard de la Croisette dans le quartier du même nom[24],[25]. En 1958, il construit pour la Société nouvelle immobilière réserve Miramar, à l'emplacement du jardin situé à l'arrière de l'ancienne Villa des Bambous, 18 rue Rouaze, un immeuble de sept étages aux balcons filants de caractère moderniste dont le rez-de-chaussée est destiné à des commerces, le Palais Rouaze[26],[27]. La Villa Bellombre construite en 1875 pour le comte de Bardi au 74 boulevard de la Croisette est remplacée en 1955 par un immeuble surélevé en 1959 à neuf étages par Eugène Lizero en collaboration avec l'ingénieur Turbot. L'immeuble de style moderniste, en « U » avec balcons filants, est désormais dénommé Résidence Henri IV[28],[29]. Lizero achève en 1962 la construction du Palais Réal, qu'il a conçu en 1958 pour la SCI Tripet-Madrid au 13 de l'avenue du Parc-Madrid dans le quartier de la Pointe Croisette. L'ensemble, de caractère moderne, est constitué de deux immeubles de sept étages aux larges balcons[30],[31].

En 1969 ou 1973 selon les sources[32] la Villa des Fleurs puis Solignac construite à la fin du XIXe siècle au 39 avenue du Roi-Albert-1er dans le quartier de la Californie est remplacée par les vingt-deux logements de la Résidence Hinata réalisée par Lizero en collaboration avec son associé Hans Barreth et constituée par un immeuble de quatre étages en haut du terrain, deux immeubles de 2 étages aux balcons et au toit-terrasse végétalisé et une construction en rez-de-chaussée entourant la piscine et construits à l'emplacement des serres implantées sur les 8 000 mètres carrés du jardin précédemment destiné à la culture des fleurs[33],[34],[35]. En 1971, Eugène Lizero et son associé Hans Barreth construisent les soixante-dix appartements en gradins avec jardins des deux immeubles de quatre étages constituant la Résidence Le Camarat au 77 du boulevard Leader dans le quartier de la Croix-des-Gardes[36],[37],[35], signalée comme caractéristique de l'architecture des Trente Glorieuses[38].

En 1973 il remplace, pour l'administrateur de la Société fermière du casino municipal de Cannes Y. de Félix, en association avec l'architecte parisien Roger Taillibert, l'Hôtel Montfleuri, construit au 48 boulevard Montfleury dans le quartier de la Californie entre 1877 et 1919 par James Warnery et Léon Le Bel, par un immeuble d'appartements, de sept étages en « L » aux élévations en béton coffré ornementées de balcons et de loggias, la Résidence Montfleury[39], également considérée comme caractéristique de l'architecture des Trente Glorieuses[38]. La Villa Mariposa érigée en 1878 au 56 et 58 avenue du Roi-Albert-1er à Super-Cannes est démolie et remplacée par les dix-huit appartements de la résidence de grand standing construite en 1973 pour le promoteur immobilier Gabriel Harrison par Eugène Lizero et Hans Barreth[40],[35] sur un projet de Sir Basil Spence qui a choisi le cabinet Lizero comme consultant en France[41]. L'ensemble est constitué d'immeubles sur plans carrés décalés de deux et trois étages entourés de balcons et complétés par une piscine installée sur la terrasse de la partie est[42]. Le jardin de l'ancienne villa est reconfiguré tout en conservant certaines plantations. Une piscine est aménagée sur la toiture du local technique remplaçant les anciennes serres[43],[44],[45].

Autres immeubles de logements[modifier | modifier le code]

En 1959 il construit au 101 avenue Jean-Lolive à Pantin en Seine-Saint-Denis, deux immeubles de logements sociaux de neuf étages en copropriété de style moderniste utilisant la pierre de taille et s'harmonisant avec la réalisation de Fernand Pouillon voisine[46].

En 1961, il réalise dans le quartier cannois de La Bocca une série de six immeubles au caractère moderne de quatre étages et cent-soixante-quatorze logements complétée par un bâtiment en rez-de-chaussée destiné à des commerces, la résidence Les Caravelles, située 121 avenue Michel Jourdan et avenue des Buissons ardents[47]. Vers 1965, l'immeuble de huit étages de style moderniste de la Résidence Patricia en copropriété conçue par Lizero voit le jour à l'angle de la rue Léon Noël (no 7) et de l'avenue du Maréchal Gallieni (no 42), à l'est du boulevard Carnot dans le quartier Prado - République[48]. Un an plus tard, en 1966, il construit un nouvel immeuble de logements et commerces de six étages à quelque trois cents mètres à vol d'oiseau, Le Rosemary, cette fois à l'ouest du boulevard Carnot, au 33 de l'avenue Saint-Jean, dans le quartier Riou - Petit Juas - Av. de Grasse[49]. La même année il réitère l'opération avec les résidences Les Turquoises au 8 boulevard Sadi Carnot[50] et Le Franklin, à l'angle de la rue Jules Ferry et de l'avenue Franklin Roosevelt au Cannet[51]. Il réalise encore, vers 1969, le Foyer La Fraternelle, une maison de retraite d'une capacité de vingt-quatre logements dans un immeuble de six étages, 34 avenue Auguste Renoir à Cagnes-sur-Mer[52], la résidence des Antilles, un immeuble de huit étages 5 à 7 rue du Sergent Gazan et rue Borniol dans le quartier Riou - Petit Juas - Av. de Grasse à Cannes[53] ; en 1971, les deux bâtiments de quatre étages de la résidence Prévert au 670 avenue janvier Passero à Mandelieu-la-Napoule[54] ; en 1972, l'immeuble de six étages de logements et commerces Le Square de la Croisette, à l'angle du boulevard Eugène Tripet (no 20) et du boulevard Alexandre III (no 24) dans le quartier de la Pointe Croisette à Cannes[55]

Vers 1968, il construit avec le nouvel architecte de son cabinet Hans Barreth, les deux-cents logements sociaux de la résidence des Impiniers dans une série d'immeubles de trois étages, avenue Henri Barbusse à Vallauris[56],[57]. Ils construisent encore ensemble, en 1969, cinquante logements dans l'immeuble de cinq étages de la résidence des Santons, au 195 avenue janvier Passero à Mandelieu-la-Napoule[58],[57], soixante-douze appartements sur les six étages de la résidence Eden Park, au 35 de l'avenue du Docteur-Raymond-Picaud dans le quartier de la Croix-des-Gardes à Cannes[59],[57] ; en 1970, les cent-dix-huit logements sociaux de la résidence Le Fournas, série d'immeubles de cinq étages, à l'angle de l'avenue Pablo Picasso (no 25) et de l'avenue des Martyrs de la Résistance à Vallauris[60],[57], les quatre-cent-quinze appartements répartis dans les trois tours de treize étages et les deux immeubles de cinq étages de la résidence des Jardins de l'étoile complétée par des équipements commerciaux, 44 avenue Franklin Roosevelt au Cannet[61],[57] ; en 1971, les trois-cent-trente-deux appartements répartis dans les trois tours de treize étages et les vingt-et-un immeubles de six étages de la résidence des Mirandoles, 69 chemin de l'Aubarède au Cannet[62],[57], l'immeuble de huit étages de la résidence Antarès abritant cinquante appartements et des commerces à l'angle de la rue d'Antibes (no 136) et de la rue de Lérins à Cannes[63],[35].

Vers 1972, toujours avec Hans Barretth, il réalise les cent-cinquante appartements de la résidence Ithaque dans l'immeuble de cinq étages s'étirant du 20 au 32 de la rue René Dunan dans le quartier de La Bocca à Cannes[64],[35], puis vers 1974 encore cent-cinquante logements dans les trois immeubles arrondis de quatre étages du parc Penh Chai, boulevard de l'Olivetum au Cannet[65],[35] ; vers 1975, neuf appartements dans l'immeuble de quatre étages de la résidence Eden Palm, 11 avenue du Maréchal Kœnig dans le quartier de la Californie[66],[35], quatre-vingt-dix appartements dans l'immeuble de sept étages de la résidence Apollo au numéro 30 de la même rue[67],[35], les quatre-vingt-dix logements, commerces et restaurants de l'immeuble de huit étages de la résidence Centre Croisette (ex résidence Saint-Michel) au 54 boulevard de la Croisette[68],[35] et les trois-cent-vingt-cinq logements de la résidence La Licorne répartis dans l'immeuble de neuf étages aux formes courbes qui accueille également un hôtel, un théâtre et la mairie annexe du quartier de La Bocca, au 23 avenue Francis Tonner à Cannes[69],[35]. 1975 est la dernière année d'activité connue d'Eugène Lizero dans le domaine du logement à Cannes et l'année de la réalisation avec Hans Barreth[35],[70] du complexe de Cannes Marina à Mandelieu-la-Napoule, retenu comme patrimoine architectural des Trente Glorieuses[38], avec la construction, avenue de la Marine royale, des immeubles Le Surcouf[71], Le Concorde[72] et Le Suffren[73], de respectivement dix-sept, seize et treize étages disposés en arc de cercle autour d'une piscine implantée dans un parc arboré face au port de la marina et enfin, avenue du Riou, des trois-cents logements répartis dans quatre immeubles trilobés de neuf et six étages reliés par un bâtiment de quatre étages aux toits-terrasses végétalisés et disposés autour d'une place centrale pavée de motifs géométriques et équipée de commerces, la résidence de l'Ilette du Riou[74].

Autres réalisations[modifier | modifier le code]

Il réalise en 1956 une extension de la Villa Eilenroc à Antibes consistant en la construction d'une salle à manger et en la couverture de la cour, extension minimaliste par rapport au projet initial de l'architecte niçois Joseph Thibaut non mis à exécution[75]. Eugène Lizero est, avec Emmanuel Bellini, associé à l'architecte catalan Josep Lluís Sert pour la réalisation de la Fondation Maeght à Saint-Paul-de-Vence inaugurée en 1964[76]. Il construit vers 1973 les cinq bâtiments du collège des Bréguières d'une capacité d'accueil de neuf-cent-quatre-vingt-dix élèves à Cagnes-sur-Mer[77].

En 1974, il construit l'ancien incinérateur de l'île Sainte-Marguerite en baie de Cannes, en collaboration avec son associé Hans Barreth[78],[35]. Tous deux sont également associés pour la construction de l'aéroport de Cannes-Mandelieu, du phare du Vieux-Port de Cannes, du centre d'entraînement de l'hippodrome de la Côte d'Azur, de la Caisse mutuelle agricole de Gap mais aussi pour des projets en Afrique : un centre d'affaires et un hôtel de trois-cents chambres à Abidjan en Côte d'Ivoire, un hôtel de deux-cent-cinquante chambres à Bangui en République centrafricaine et le plan d'aménagement d'un quartier de mille cinq-cents logements à Ndjamena au Tchad[35].

Projets non réalisés[modifier | modifier le code]

En 1963 il propose avec les architectes cannois Gozzi et Gambouris un projet de construction de deux immeubles de trois étages destinés à remplacer le Château des Fayères situé 14 avenue de Bénéfiat, construit vers 1872 pour le comte des Fayères et qui avait accueilli le duc de Chartres puis sir Harry Mallaby-Deeley (en). Le projet n'aboutit pas et le château est finalement restauré en 1981[79]. Un projet d'aménagement en 1967-1969 de la Pointe de la Croisette prévoyant un centre d'activités, un centre nautique, un port de plaisance, une plage, un hôtel et des habitations « avec l'objectif de créer un lieu urbain qui [améliore] la silhouette de la ville » n'a pas été réalisé[80], non plus que le projet déposé en 1978 en collaboration avec Henry Bernard à l'occasion du concours organisé pour la construction du palais des festivals et des congrès de Cannes[81].

Chronologie et géolocalisation[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente l'ensemble des réalisations du Cabinet Eugène Lizero dans l'ordre chronologique. Lire « Référence » à la place de « Protection » en tête de l'antépénultième colonne. La colonne « date » indique la date d'intervention de l'architecte cannois et non la date initiale de construction lorsqu'il s'agit de la restructuration d'un bâtiment du patrimoine balnéaire de Cannes ou d'un hippodrome. Le classement est strictement chronologique par défaut. Il peut être obtenu par ville et année ou par quartier et année pour Cannes en cliquant sur la flèche en tête des colonnes « commune » ou « adresse ».

Monument Commune Adresse Coordonnées Notice Protection Date Illustration
Hôtel Canberra
(restructuration)
Cannes 120 rue d'Antibes
1-3 rue Emmanuel Signoret
Centre-ville - Croisette
43° 33′ 07″ nord, 7° 01′ 34″ est Patrimoine balnéaire
« Base Mérimée », notice no IA06000493
1943

Image manquante

Téléverser

Château de Font-de-Veyre
(restructuration)
Cannes 2 avenue de Font-de-Veyre
La Croix-des-Gardes
43° 33′ 05″ nord, 6° 59′ 19″ est Patrimoine balnéaire
« Base Mérimée », notice no IA06000206
1947

Image manquante

Téléverser

Villa Fiorentina
(restructuration)
Cannes 5 avenue de Poralto
Californie - Pezou
43° 33′ 37″ nord, 7° 01′ 57″ est Patrimoine balnéaire
« Base Mérimée », notice no IA06000314
1950

Image manquante

Téléverser

Casino d'été du Palm Beach
(piscine et abords)
Cannes Place Franklin-Roosevelt
Pointe Croisette
43° 32′ 10″ nord, 7° 02′ 14″ est Patrimoine balnéaire
« Base Mérimée », notice no IA06000113
1951

Image manquante

Téléverser

Villa Cypris
(restructuration)
Cannes 6 avenue Amiral-Wester-Weymiss
La Croix-des-Gardes
43° 33′ 04″ nord, 6° 59′ 42″ est Patrimoine balnéaire
« Base Mérimée », notice no IA06000127
1951

Image manquante

Téléverser

Villa Victoria
(restructuration)
Cannes 7 avenue du Docteur-Raymond-Picaud
La Croix-des-Gardes
43° 33′ 03″ nord, 7° 00′ 16″ est Patrimoine balnéaire
« Base Mérimée », notice no IA06000179
1952
Villa Victoria (restructuration)
Hippodrome de Saint-Cloud
(restructuration)
Saint-Cloud 1 rue du Camp-canadien 48° 51′ 19″ nord, 2° 12′ 09″ est Inventaire général
« Base Mérimée », notice no IA00064636
1954
Hippodrome de Saint-Cloud (restructuration)
Résidence Miramar
(restructuration)
Cannes 65 boulevard de la Croisette
Centre-ville - Croisette
43° 32′ 55″ nord, 7° 01′ 45″ est Patrimoine balnéaire
« Base Mérimée », notice no IA06000726
1955
Résidence Miramar (restructuration)
Villa Eilenroc
(extension)
Antibes 460 avenue Mrs Beaumont 43° 32′ 53″ nord, 7° 07′ 48″ est « Base Mérimée », notice no IA06001161 1956
Villa Eilenroc (extension)
Hippodrome de la Côte d'Azur
(construction)
Cagnes-sur-Mer 2 boulevard John-Fitzgerald-Kennedy 43° 39′ 02″ nord, 7° 08′ 53″ est Architecture des
Trente Glorieuses
1956
Hippodrome de la Côte d'Azur (construction)
Palais Rouaze
(construction)
Cannes 18 rue Rouaze
Centre-ville - Croisette
43° 32′ 57″ nord, 7° 01′ 47″ est Patrimoine balnéaire
« Base Mérimée », notice no IA06000457
1958

Image manquante

Téléverser

Résidence Henri IV
(construction)
Cannes 74 boulevard de la Croisette
Centre-ville - Croisette
43° 32′ 51″ nord, 7° 01′ 53″ est Patrimoine balnéaire
« Base Mérimée », notice no IA06000395
1959

Image manquante

Téléverser

Immeuble de logements sociaux
(construction)
Pantin 101 avenue Jean-Lolive 48° 53′ 33″ nord, 2° 24′ 32″ est Atlas du patrimoine
Seine-Saint-Denis
1959

Image manquante

Téléverser

Résidence Les Caravelles
(construction)
Cannes 121 avenue Michel Jourdan
Avenue des Buissons ardents
La Bocca
43° 33′ 32″ nord, 6° 58′ 00″ est PSS-archi.eu 1961

Image manquante

Téléverser

Palais Réal
(construction)
Cannes 13 avenue du Parc-Madrid
Pointe Croisette
43° 32′ 52″ nord, 7° 02′ 16″ est Patrimoine balnéaire
« Base Mérimée », notice no IA06000772
1962

Image manquante

Téléverser

Château des Fayères
(Projet non réalisé)
Cannes 14 avenue de Bénéfiat
Californie - Pezou
43° 33′ 41″ nord, 7° 01′ 47″ est Patrimoine balnéaire
« Base Mérimée », notice no IA06000345
1963

Image manquante

Téléverser

Fondation Maeght
(construction)
Saint-Paul-de-Vence 623 chemin des Gardettes 43° 42′ 09″ nord, 7° 07′ 01″ est Josep Lluis Sert
Collection
1964

Image manquante

Téléverser

Résidence Patricia
(construction)
Cannes 7 rue Léon Noël
42 avenue du Maréchal Gallieni
Prado - République
43° 33′ 28″ nord, 7° 01′ 05″ est PSS-archi.eu 1965

Image manquante

Téléverser

Aéroport de Cannes-Mandelieu
(construction)
Cannes 245 avenue Francis Toner
La Bocca
43° 33′ 02″ nord, 6° 57′ 27″ est Inventaire Barreth 1966
Aéroport de Cannes-Mandelieu (construction)
Résidence Le Rosemary
(construction)
Cannes 33 avenue Saint-Jean
Riou - Petit Juas - Av. de Grasse
43° 33′ 28″ nord, 7° 00′ 50″ est PSS-archi.eu 1966

Image manquante

Téléverser

Résidence Les Turquoises
(construction)
Le Cannet 8 boulevard Sadi Carnot 43° 34′ 34″ nord, 7° 01′ 15″ est PSS-archi.eu 1966

Image manquante

Téléverser

Résidence Le Franklin
(construction)
Le Cannet 1 rue Jules Ferry
Avenue Franklin Roosevelt
43° 34′ 25″ nord, 7° 00′ 00″ est PSS-archi.eu 1966

Image manquante

Téléverser

Résidence des Impiniers
(construction)
Vallauris Avenue Henri Barbusse 43° 35′ 05″ nord, 7° 02′ 34″ est PSS-archi.eu 1968

Image manquante

Téléverser

Résidence des Santons
(construction)
Mandelieu-la-Napoule 195 avenue Janvier Passero 43° 32′ 55″ nord, 6° 56′ 19″ est PSS-archi.eu 1969

Image manquante

Téléverser

Résidence Eden Park
(construction)
Cannes 35 avenue du Docteur-Raymond-Picaud
La Croix-des-Gardes
43° 33′ 03″ nord, 6° 59′ 56″ est PSS-archi.eu 1969

Image manquante

Téléverser

Résidence Les Antilles
(construction)
Cannes 5 à 7 rue du Sergent Gazan
Rue Borniol
Riou - Petit Juas - Av. de Grasse
43° 33′ 19″ nord, 7° 00′ 48″ est PSS-archi.eu 1969

Image manquante

Téléverser

Foyer La Fraternelle
(construction)
Cagnes-sur-Mer 34 avenue Auguste Renoir 43° 39′ 53″ nord, 7° 09′ 07″ est PSS-archi.eu 1969

Image manquante

Téléverser

Résidence Hinata
(construction)
Cannes 39 avenue du Roi-Albert-1er
Californie - Pezou
43° 33′ 07″ nord, 7° 02′ 37″ est Patrimoine balnéaire
« Base Mérimée », notice no IA06000452
1969

Image manquante

Téléverser

Centre d'activités
(Projet non réalisé)
Cannes Pointe Croisette 43° 32′ 39″ nord, 7° 02′ 11″ est Cité de l'architecture
et du patrimoine
1969

Image manquante

Téléverser

Hippodrome de Maisons-Laffitte
(restructuration)
Maisons-Laffitte 1 avenue de la Pelouse 48° 57′ 24″ nord, 2° 10′ 15″ est In Situ Revue
des patrimoines
1970

Image manquante

Téléverser

Résidence Le Fournas
(construction)
Vallauris 25 avenue Pablo Picasso
Avenue des Martyrs de la Résistance
43° 34′ 30″ nord, 7° 03′ 21″ est PSS-archi.eu 1970

Image manquante

Téléverser

Résidence Jardins de l'étoile
(construction)
Le Cannet 44 avenue Franklin Roosevelt 43° 34′ 20″ nord, 7° 00′ 07″ est PSS-archi.eu 1970

Image manquante

Téléverser

Résidence des Mirandoles
(construction)
Le Cannet 69 chemin de l'Aubarède 43° 34′ 02″ nord, 6° 59′ 10″ est PSS-archi.eu 1971

Image manquante

Téléverser

Résidence Antarès
(construction)
Cannes 136 rue d'Antibes
rue de Lérins
Centre-ville - Croisette
43° 33′ 07″ nord, 7° 01′ 38″ est PSS-archi.eu 1971

Image manquante

Téléverser

Résidence Le Camarat
(construction)
Cannes 77 boulevard Leader
La Croix-des-Gardes
43° 33′ 19″ nord, 6° 59′ 21″ est Architecture des
Trente Glorieuses
1971

Image manquante

Téléverser

Résidence Prévert
(construction)
Mandelieu-la-Napoule 670 avenue Janvier Passero 43° 33′ 07″ nord, 6° 56′ 15″ est PSS-archi.eu 1971

Image manquante

Téléverser

Le Square de la Croisette
(construction)
Cannes 20 boulevard Eugène Tripet
24 boulevard Alexandre III
Pointe Croisette
43° 32′ 48″ nord, 7° 02′ 16″ est PSS-archi.eu 1972

Image manquante

Téléverser

Résidence Ithaque
(construction)
Cannes 20 à 32 rue René Dunan
La Bocca
43° 33′ 06″ nord, 6° 58′ 11″ est PSS-archi.eu 1972

Image manquante

Téléverser

Résidence Montfleury
(construction)
Cannes 48 boulevard Montfleury
Californie - Pezou
43° 33′ 19″ nord, 7° 01′ 54″ est Architecture des
Trente Glorieuses
1973

Image manquante

Téléverser

Villa Mariposa
(construction)
Cannes 56 et 58 avenue du Roi-Albert-1er
Californie - Pezou
43° 33′ 00″ nord, 7° 02′ 54″ est Patrimoine balnéaire
« Base Mérimée », notice no IA06000330
1973

Image manquante

Téléverser

Collège des Bréguières
(construction)
Cagnes-sur-Mer 1 avenue Saint-Exupéry 43° 39′ 42″ nord, 7° 09′ 33″ est PSS-archi.eu 1973

Image manquante

Téléverser

Parc Penh Chai
(construction)
Le Cannet boulevard de l'Olivetum 43° 34′ 10″ nord, 7° 01′ 30″ est PSS-archi.eu 1974

Image manquante

Téléverser

Incinérateur
(construction)
Cannes Île Sainte-Marguerite
Îles de Lérins
43° 31′ 13″ nord, 7° 02′ 50″ est PSS-archi.eu 1974

Image manquante

Téléverser

Résidence Eden Palm
(construction)
Cannes 11 avenue du Maréchal Kœnig
Californie - Pezou
43° 33′ 14″ nord, 7° 02′ 10″ est PSS-archi.eu 1975

Image manquante

Téléverser

Résidence Apollo
(construction)
Cannes 30 avenue du Maréchal Kœnig
Californie - Pezou
43° 33′ 10″ nord, 7° 02′ 13″ est PSS-archi.eu 1975

Image manquante

Téléverser

Résidence La Licorne
(construction)
Cannes 23 avenue Francis Tonner
La Bocca
43° 32′ 55″ nord, 6° 58′ 55″ est PSS-archi.eu 1975

Image manquante

Téléverser

Cannes Marina
Le Surcouf, Le Concorde
et Le Suffren
(construction)
Mandelieu-la-Napoule Avenue de la Marine royale 43° 32′ 08″ nord, 6° 56′ 06″ est PSS-archi.eu 1975
Cannes Marina Le Surcouf, Le Concorde et Le Suffren (construction)
Cannes Marina
L'Ilette du Riou
(construction)
Mandelieu-la-Napoule Avenue du Riou 43° 31′ 41″ nord, 6° 56′ 21″ est Architecture des
Trente Glorieuses
1975

Image manquante

Téléverser

Hippodrome d'Auteuil
(restructuration)
Paris 16e Route d'Auteuil-aux-lacs 48° 51′ 09″ nord, 2° 15′ 15″ est In Situ Revue
des patrimoines
1976
Hippodrome d'Auteuil (restructuration)
Palais des festivals
(Projet non réalisé)
Cannes 1 boulevard de la Croisette
Centre-ville - Croisette
43° 33′ 04″ nord, 7° 01′ 03″ est Cité de l'architecture
et du patrimoine
1978

Image manquante

Téléverser

Phare du
Vieux-Port de Cannes
(construction)
Cannes Jetée du Vieux-Port de Cannes
Le Suquet
43° 32′ 42″ nord, 7° 01′ 03″ est Inventaire Barreth s.d.
Phare du Vieux-Port de Cannes (construction)
Caisse mutuelle agricole
(construction)
Gap 25 avenue du Commandant-Dumont 44° 33′ 52″ nord, 6° 05′ 01″ est Inventaire Barreth s.d.

Image manquante

Téléverser

Centre d'affaires
(construction)
Abidjan Côte d'Ivoire 5° 20′ 37″ nord, 4° 01′ 42″ ouest Inventaire Barreth s.d.

Image manquante

Téléverser

Hôtel
(construction)
Bangui République centrafricaine 4° 22′ 15″ nord, 18° 33′ 21″ est Inventaire Barreth s.d.

Image manquante

Téléverser

Quartier
(plan d'aménagement)
Ndjamena Tchad 12° 06′ 32″ nord, 15° 02′ 39″ est Inventaire Barreth s.d.

Image manquante

Téléverser

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « À Cannes : une résidence de grand luxe, arch. E. Lizero », La Construction moderne : revue moderne d'architecture, no 6, 1966, (ISSN 0010-6852), notice n° FRBNF34348483
  • « L'hippodrome de Saint-Cloud, Eugène Lizero », La Construction moderne, no 4, avril 1955, p. 127-134[12].
  • « L’hippodrome d’Auteuil », La Construction moderne, no 8, 1976 p. 19-23[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Who's who in Europe, International Publications Service, Editions Servi-Tech, p. 1609, books.google.fr
  2. (en)District 173, Eugène Lizero, Cannes, Alpes-Maritimes, France, « District Governors of Rotary International 1977-78 », p. 239, 1977 Proceedings: Sixty-Eighth Annual Convention of Rotary International books.google.fr
  3. (en) « In memoriam... », p. 63, The Rotarian, Rotary International, volume 151 n° 4, octobre 1987, 72 p. (ISSN 0035-838X) books.google.fr
  4. a et b (en) « Cannes for new Broughams », Michael Hanson, Country Life, volume 164, Country Life Limited, 14 décembre 1978, p. 1432 books.google.fr
  5. « Eugène Lizero », base Mérimée, ministère français de la Culture
  6. a et b Eugène Lizero, pss-archi.eu
  7. Les architectes des Trente Glorieuses dans les Alpes-Maritimes, paca.culture.gouv.fr
  8. L'architecture des Trente Glorieuses dans les Alpes-Maritimes, paca.culture.gouv.fr
  9. Recensé à l'inventaire général du patrimoine culturel (« notice d'inventaire », notice no IA00064636) et partiellement inscrit en 1986 au titre des Monuments historiques (« dossier de protection », notice no PA00088139)
  10. a b c d et e « Le cheval de course en Île-de-France, une présence architecturale et paysagère », Sophie Cueille, In Situ, revue des patrimoines, insitu.revues.org
  11. Monuments historiques, Caisse nationale des monuments historiques et des sites, 1990, books.google.fr
  12. a et b « Hippodrome de Saint Cloud » dossier d'inventaire, Inventaire général du patrimoine culturel d'Île-de-France, Rueil-Malmaison, culture.gouv.fr
  13. Une analyse du projet, réalisée par le ministère de tutelle, est conservée auprès de la Cité de l'architecture et du patrimoine : archiwebture.citechaillot.fr
  14. « Hôtel Canberra », notice no IA06000493, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. Siège depuis 2005 du Conservatoire de Cannes
  16. « château Font-de-Veyre », notice no IA06000206, base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. Golfeuse américaine connue sous le nom de Daria Pratt
  18. « Villa Fiorentina », notice no IA06000314, base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. Villa Fiorentina, base Patrimages de la DRAC PACA, paca.culture.gouv.fr
  20. « Casino d'été du Palm Beach », notice no IA06000113, base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. « Villa Cypris de Cannes », notice no IA06000127, base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. « Villa Victoria », notice no IA06000179, base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. « Villa des Bambous », notice no IA06000170, base Mérimée, ministère français de la Culture
  24. « Résidence Miramar », notice no IA06000726, base Mérimée, ministère français de la Culture
  25. Hôtel Miramar, pss-archi.eu
  26. « Palais Rouaze », notice no IA06000457, base Mérimée, ministère français de la Culture
  27. Palais Rouaze, pss-archi.eu
  28. « Résidence Henri IV », notice no IA06000395, base Mérimée, ministère français de la Culture
  29. Résidence Henri IV, pss-archi.eu
  30. « Palais Réal », notice no IA06000772, base Mérimée, ministère français de la Culture
  31. Palais Réal, pss-archi.eu
  32. 1969 pour la DRAC PACA, 1973 pour le site PSS-archi.eu
  33. « Résidence Hinata », notice no IA06000452, base Mérimée, ministère français de la Culture
  34. Résidence Hinata, pss-archi.eu
  35. a b c d e f g h i j k l et m Hans Barreth, Projets réalisés en association avec E. Lizero architecte, barreth-architecte.com
  36. « Résidence Le Camarat », notice no IA06000424, base Mérimée, ministère français de la Culture
  37. Résidence Le Camarat, pss-archi.eu
  38. a b et c DRAC PACA, Les Trente Glorieuses dans les Alpes-Maritimes, sélection de soixante édifices ou ensembles remarquables, paca.culture.gouv.fr
  39. « Résidence Montfleuri », notice no IA06000494, base Mérimée, ministère français de la Culture
  40. Villa Mariposa, pss-archi.eu
  41. (en) Country life 1978, ibidem, google.fr
  42. « Villa Mariposa », notice no IA06000330, base Mérimée, ministère français de la Culture
  43. « Jardin de la Villa Mariposa », notice no IA06000708, base Mérimée, ministère français de la Culture
  44. (en) Canmore (en), Royal Commission on the Ancient and Historical Monuments of Scotland, Sir Basil Spence Archive, Folder titled 'Mariposa, canmore.rcahms.gov.uk
  45. (en) Canmore (en), Royal Commission on the Ancient and Historical Monuments of Scotland, France, Cannes, Mariposa, canmore.rcahms.gov.uk
  46. Atlas du patrimoine de la Seine-Saint-Denis, atlas-patrimoine93.fr
  47. Les Caravelles, pss-archi.eu
  48. Résidence Patricia, pss-archi.eu
  49. Le Rosemary, pss-archi.eu
  50. Les Turquoises pss-archi.eu
  51. Le Franklin pss-archi.eu
  52. Foyer La Fraternelle, pss-archi.eu
  53. Les Antilles, pss-archi.eu
  54. Résidence Prévert, pss-archi.eu
  55. Le Square de la Croisette, pss-archi.eu
  56. Résidence des Impiniers, pss-archi.eu
  57. a b c d e et f Hans Barreth, Projets réalisés en collaboration avec E. Lizero architecte, barreth-architecte.com
  58. Résidence des Santons, pss-archi.eu
  59. Résidence Eden Park pss-archi.eu
  60. Résidence Le Fournas, pss-archi.eu
  61. Résidence Jardins de l'étoile, pss-archi.eu
  62. Résidence Les Mirandoles, pss-archi.eu
  63. Résidence Antarès, pss-archi.eu
  64. Résidence Ithaque, pss-archi.eu
  65. Parc Penh Chai, pss-archi.eu
  66. Résidence Eden Palm, pss-archi.eu
  67. Résidence Apollo, pss-archi.eu
  68. Résidence Croisette, pss-archi.eu
  69. Résidence La Licorne, pss-archi.eu
  70. 1975 est aussi l'année de la rupture du contrat liant Hans Barreth à Eugène Lizero : Cass. soc. 17 novembre 1976 n° 75-40.564, Bulletin des arrêts de la Cour de cassation, chambre sociale, no 590 p. 480, legimobile.fr
  71. Le Surcouf, pss-archi.eu
  72. Le Concorde, pss-archi.eu
  73. Le Suffren, pss-archi.eu
  74. Résidence l'Ilette du Riou, pss-archi.eu
  75. « Villa Eilenroc », notice no IA06001161, base Mérimée, ministère français de la Culture
  76. (en) Sert, Josep Lluis, 1902-1983. The Josep Lluis Sert Collection: An Inventory, oasis.lib.harvard.edu
  77. Collège des Bréguières, pss-archi.eu
  78. Ancien incinérateur de l'île Sainte-Marguerite, pss-archi.eu
  79. « Château des Fayères », notice no IA06000345, base Mérimée, ministère français de la Culture
  80. « Aménagement de la pointe de la Croisette, Cannes (Alpes-Maritimes). 1967-1969 », fonds atelier de Montrouge, Cité de l'architecture et du patrimoine, archiwebture.citechaillot.fr
  81. « Palais des festivals et des congrès, Cannes (Alpes-Maritimes) : concours. 1978 », fonds atelier de Montrouge, Cité de l'architecture et du patrimoine, archiwebture.citechaillot.fr

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]