Eugène Le Moult

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Eugène Le Moult
Eugène Le Moult Saint of Butterfly Hunters.jpg
Eugène Le Moult.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Abréviation
MoultVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Domaine

Eugène Le Moult, né le à Quimper, mort le à Paris, est un naturaliste breton spécialisé en entomologie (en particulier les papillons) et un marchand d'insectes.

Carrière[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Eugène Le Moult était le fils de Léopold Le Moult[note 1], qui fut, de 1898 à 1908, directeur des Travaux publics du Pénitencier de Cayenne[1].

Seul exportateur des papillons de Guyane, de 1903 à 1920, il fait de ce commerce le troisième de la contrée, après l’or et les bois précieux. Rentré à Paris en 1908, Le Moult possède trois ans plus tard la quatrième collection de papillons du monde après celles des musées de Paris, Washington et de Londres. Il vit de la vente de spécimens aux collectionneurs[2] et met le papillon à la mode en créant une véritable industrie d’objets décorés d’ailes découpées et collées. Il en vient bientôt à peindre des tableaux faits d'une palette de papillons[3].

Pour augmenter ses collections, il a recruté des chasseurs parmi les bagnards. En 1917, par exemple, 217 colis ont été expédiés à la maison Le Moult à Paris[4].

En 35 ans, Eugène Le Moult a collecté 4 500 000 papillons et insectes[5].

Après sa mort, ses collections furent vendues aux enchères à Drouot. La plus grande partie de ses spécimens de Prepona furent acquis par le Musée d'histoire naturelle de Londres ou lui furent légués par un acheteur, Claude Lemaire, lui-même entomologiste[6].

Publications[modifier | modifier le code]

Il publie plusieurs ouvrages dont Mes chasses aux Papillons (1955) où il relate ses activités en Guyane et Les Morphos d'Amérique du Sud et Centrale (1962-1963), en collaboration avec Pierre Réal. Il assure également la publication des revues Miscellanea Entomologica (fondée par Eugène Barthe (en) (1862-1945) et qui est ensuite reprise par Sciences Nat) et Novitates Entomologicae publiée de 1931 à 1946. Mais surtout il publie une édition française de l'ouvrage d'Adalbert Seitz (1860-1938) sous le titre Les Macrolépidoptères du globe en seize volumes et quatre suppléments.

Galerie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Eugène Le Moult, Mes chasses aux papillons, coll. « De natura rerum », Klincksieck, 2015 (ISBN 978-2-252-03973-1)
  • (ja) Daisaburo Okumoto, Couronné d'un filet à papillons, Tokyo, Chuokoron-sha, Inc, 1997 (ISBN 4122028957)
  • Albert Weinberg, « Le Carrousel de l'éphémère » (La vie de Eugène Le Moult, chasseur de papillons, BD en 4 pages), Tintin (magazine) n°396, 24 mai 1956

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Thierry Carabin, Papillons de France en liberté[7]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Léopold Le Moult fut un pionnier de la lutte biologique, en particulier de la destruction des larves de hanneton par des champignons parasites [lire en ligne] ; il mit au point un produit qu'il appela « lemoultine » [lire en ligne]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Nouvelles et correspondances », Journal d'agriculture traditionnelle et de botanique appliquée, année 1926, p. 528 [lire en ligne]
  2. https://archive.org/details/CabinetEntomologiqueE.LeMoult
  3. Pierre Joffroy, Marcel Bisiaux, « Les Ailes du printemps », Paris Match, n°314, 2 au 9 avril 1955, p. 46-55 [lire en ligne] [lire en ligne]
  4. Jean-Lucien Sanchez, La “camelote” au bagne, catalogue de l’exposition L’artisanat du bagne, Musée des Beaux-Arts de Chartres, ville de Chartres, p. 19-23, 2009.
  5. « Devil's Island. Butterfly industry », Sunday Mail, Queensland, Australia, no 514,‎ , p. 13 (lire en ligne)
  6. Dick Vane-Wright, « Eugene Le Moult's Prepona types (Lepidoptera: Nymphalidae, Charaxinae) », Bulletin of the Allyn Museum, 1974, p. 1.
  7. https://www7.inra.fr/opie-insectes/mi-carabin.htm

Liens externes[modifier | modifier le code]

Le Moult est l’abréviation habituelle de Eugène Le Moult en zoologie.
Consulter la liste des abréviations d'auteur en zoologie