Eugène Guinot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Eugène Guinot
L'été à Bade (1861) (14577001480).jpg
Illustration issue de L'Été à Bade (1861) par Eugène Guinot
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 55 ans)
Saint-Germain-en-Laye (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Marie François Eugène Guinot
Pseudonymes
Paul Vermond, Pierre DurandVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Représenté par

Eugène Guinot ( à Marseille - à Saint-Germain-en-Laye[1]) est un écrivain, dramaturge et chroniqueur français, inventeur de la chronique parisienne[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Guinot étudie au Lycée Thiers de Marseille, où il se fait remarquer pour son talent d'écriture.

Guinot a fait ses débuts au quotidien des spectacles Vert-Vert d’Anténor Joly ; on ne signait pas alors ses articles, et cependant, sous le voile léger dont il s’entourait, chacun devinait Eugène Guinot[3]. Collaborateur, entre autres, de la Revue de Paris puis de l’Europe littéraire et du Siècle, sous le nom de « Pierre Durand[4] », il a longtemps fait, avec Louis Lurine et Marie Aycard, le feuilleton du Courrier français[5]. Un de ces feuilletons qui a connu le plus grand succès, L'Écu de cent sous, écrit par Marie Aycard, a ensuite été réédité (par erreur) sous le nom d'Eugène Guinot pour être publié dans plus de 416 journaux dans le monde entier, parfois anonymement[6]. Auteur de nombreux feuilletons, écrivain en vogue à son époque, publiant chez de grands éditeurs comme Hetzel, Hachette ou Michel Lévy parmi d’autres, ses pièces, écrites sous le nom de « Paul Vermond[4] », ont été représentées sur les plus grandes scènes parisiennes du XIXe siècle : théâtre des Variétés, théâtre du Vaudeville, théâtre du Gymnase-Dramatique etc.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Suzanne, comédie-vaudeville en 2 actes, avec Mélesville, 1837.
  • Lekain à Draguignan, comédie en 2 actes, avec Philippe-Auguste-Alfred Pittaud de Forges, 1839.
  • L'Écu de cent sous, feuilleton-nouvelle, 1840 (en fait écrit par Marie Aycard mais réédité sous la signature Eugène Guinot[6]).
  • Une nuit au sérail, comédie en 3 actes, mêlée de chant, avec de Forges, 1841.
  • Listrac, feuilleton, 1841.
  • Physiologie du provincial à Paris, avec Carolus-Duran, illustration de Paul Gavarni, 1841.
  • Les Mémoires du diable, comédie en trois actes, avec Étienne Arago, 1842.
  • Jacquot, vaudeville en 1 acte, 1843.
  • Le Bon Œil, feuilleton, 1843.
  • Le Bouquet de violettes, feuilleton, 1843.
  • Le Chalet, feuilleton, 1843.
  • Un héros de roman, feuilleton, 1843.
  • Les Maris malheureux, nouvelle, 1843.
  • Les Inconvénients de la vertu, feuilleton, 1843.
  • L'Ogresse, ou Un mois au Pérou, comédie-vaudeville en 2 actes, 1843.
  • L'Ami du ministre, feuilleton, 1844.
  • La Polka, vaudeville en 1 acte, avec Frédéric Bérat, 1844.
  • Le Conciliateur, feuilleton, 1845.
  • La Famille Wilberston, feuilleton, 1845.
  • L'Héritière, nouvelle, 1845.
  • Paris à cheval, revue cavalière en 5 relais, avec Carmouche, 1845.
  • Les Succès, feuilleton, 1845.
  • Un tuteur de vingt ans, comédie-vaudeville en 2 actes, avec Mélesville, 1845.
  • La Provence ancienne et moderne, 1846.
  • L'Enfant de l'amour ou les Deux Marquis de Saint-Jacques, comédie-vaudeville en trois actes, avec Jean-François Bayard, 1847.
  • La Cour de Biberach, comédie-vaudeville en 1 acte, avec Édouard Lafargue, 1847.
  • Les Bords du Rhin, 1847.
  • L'Amoureux et le Bandit, feuilleton, 1847.
  • Le Dévouement d'une femme, feuilleton, 1847.
  • Les Exilés de Wissbade, feuilleton, 1847.
  • La Femme aux cinq maris, feuilleton, 1847.
  • Enghien et la vallée de Montmorency, précédé d'une description historique du parcours du chemin de fer du Nord, 1847.
  • Le Pactole, nouvelle, 1847.
  • Le Lion et le Rat, comédie-vaudeville en 1 acte, avec Adolphe de Leuven, 1848.
  • Le Marquis de Lauzun, comédie en 1 acte, mêlée de couplets, avec Carmouche, 1848.
  • La Belle Cauchoise, comédie-vaudeville en 1 acte, avec Gabriel de Lurieu, 1849.
  • J'attends un omnibus, vaudeville en 1 acte, 1849.
  • La Tasse cassée, comédie-vaudeville en 1 acte, avec Lubize, 1849.
  • Le Provincial à Paris, illustration de Paul Gavarni, 1850.
  • Colombine, ou les Sept péchés capitaux, comédie-vaudeville en 1 acte, avec Carmouche, 1850.
  • Le Maître d'armes, comédie-vaudeville en 1 acte, 1850.
  • La Restauration des Stuarts, drame historique en 5 actes, 1850.
  • Encore des mousquetaires, vaudeville en un acte, avec Charles Varin, 1851.
  • Les Aventures de Suzanne, drame en 5 actes et 8 tableaux, avec Charles Dupeuty, 1851.
  • Une belle aventurière, feuilleton, 1851.
  • Un héros du roman moderne, nouvelle, 1851.
  • Une récréation champêtre, nouvelle, 1851.
  • Jean le Postillon, monologue sur la chanson de F. Bérat, avec Carmouche, 1851.
  • Souvenir des eaux de Spa, nouvelle, 1851.
  • Chez Dantan, roman, 1852.
  • Le Mariage forcé, nouvelle, 1852.
  • Scapin, comédie en 1 acte, mêlée de couplets , avec Carmouche, 1852.
  • Soirées d'avril, roman, 1852.
  • A Summer at Baden-Baden, 1853.
  • Itinéraire du chemin de fer de Paris à Bruxelles, comprenant l'embranchement de Creil à Saint-Quentin, 1853.
  • Promenade au château de Compiègne et aux ruines de Pierrefonds et de Coucy, 1854.
  • Un frère terrible, comédie-vaudeville en 1 acte, avec Dupeuty, 1854.
  • De Paris à Boulogne, à Calais et à Dunkerque, 1855.
  • Les Chiens de Saint Malo, feuilleton, 1857.
  • Le Premier Pas, feuilleton, 1857.
  • Une victime, feuilleton, 1857.
  • Un vieux beau, comédie-vaudeville en 1 acte, 1857.
  • Ce que c'est qu'une Parisienne, Les Maîtresses à Paris, Les Veuves du diable, romans, avec Léon Gozlan, 1858.
  • L'Été à Bade, 1861.
  • Le Provincial à Paris, posth., 1869.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Zénaïde Fleuriot, Alfred Nettement et Victor Lecoffre, La Semaine des familles : revue universelle hebdomadaire, Paris, (lire en ligne), p. 352
    Cette nécrologie le qualifie d’« esprit fin et avisé ».
  • Jérôme Mavidal, Annuaire des faits, résumé universel chronologique…, Paris, (lire en ligne), p. 62
    Il y est qualifié d’« écrivain gracieux »
  • Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains : contenant toutes les personnes notables de la France et des pays étrangers ...: Supplément à la IVe édition par Léon Garnier, vol. 1, Paris, Hachette, , 3e éd., 927 p., 26 cm (lire en ligne), p. 816.
  • Pierre Guiral et Félix Reynaud, Les Marseillais dans l'histoire, Toulouse, Privat, , 317 p., il. ; 24 cm (ISBN 978-2-7089-9404-1, OCLC 955503226, lire en ligne), p. 138.
  • Stéphane Michaud, Flora Tristan, la paria et son rêve : correspondance, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, , 342 p. (ISBN 978-2-87854-256-1, ISSN 1294-0690, lire en ligne), p. 90.
  • Pierre Échinard, Marseille à la une : l'âge d'or de la presse au XIXe siècle, Gémenos, Autres temps, , 113 p., 1 vol., couv. ill. en coul. ; 22 cm (ISBN 978-2-84521-285-5, OCLC 470932049, lire en ligne), p. 48-50.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de décès (avec date et lieu de naissance) à Saint-Germain-en-Laye, n° 39, vue 10/83.
  2. Eugène de Mirecourt, Gérard de Nerval. Eugène Guinot, Paris, Librairie des contemporains, , 52 p., portraits ; 14 cm (OCLC 23585314, lire en ligne), p. 57-60.
  3. « Eugène Guinot », L'Abeille impériale, Paris, 10e série, no 4,‎ , p. 11 (lire en ligne, consulté le )
  4. a et b Commerson, « Les Faux Bons Cœurs », Le Tintamarre, Paris, 20e série,‎ , p. 5 (lire en ligne, consulté le ).
  5. Pigalle, « Courrier de Paris », Le Figaro, Paris, no 626,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. a et b Jean-Luc Buard, Culture médiatique et presse numérisée : médiasphère des feuilletons-nouvelles de Marie Aycard (1794-1859), Presses de l'enssib, 2019

Liens externes[modifier | modifier le code]