Eugène Eschassériaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Eschassériaux.
Eugène Eschassériaux
René François Eugène Eschassériaux
René François Eugène Eschassériaux
Fonctions
Député
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Thénac (Charente-Maritime)
Date de décès (à 83 ans)
Lieu de décès Paris
Parti politique Majorité dynastique, Appel au peuple, Union des droites

Le baron Eugène Eschassériaux, né le à Thénac (Charente-Inférieure) et mort le à Paris (Seine), est un homme politique français.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Il est le petit-fils de Joseph Eschassériaux, baron d'Empire et le père de René-Pierre Eschassériaux, qui fut un éphémère député de la Charente-Inférieure. Eugène Eschassériaux domine la scène politique de la haute Saintonge : par sa clientèle et par un réseau très dense d'agents électoraux, il est à l'origine de la persistance durable du bonapartisme en Saintonge. Il incarne un bonapartisme anticlérical et populaire.

  • 1848 : conseiller général de la Charente-Inférieure.
  • 1849 : député en juillet, membre du parti de l'Élysée.
  • 1850 : maire de Thénac, président du conseil général de la Charente-inférieure.
  • 1852-1870 : député bonapartiste de la Charente-inférieure.
  • 1869 : membre du centre-droit.
  • 1871-1893 : député de droite sous la République.

Archéologie[modifier | modifier le code]

Il entreprit de nombreuses prospections archéologiques autour du village de Thénac, dont celle du site dénommé le camp Thénac Peu Richard, situé sur sa propriété, qui donnera postérieurement son nom à la période néolithique du Peu-Richardien[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Sébastien Pourtaud et Yves Olivet, Dolmens, menhirs, tumulus et pierres de légendes de Charente-Maritime, Rioux-Martin, Le Croît Vif, , 231 p. (ISBN 9782361995294), p. 13

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Pairault, Monsieur le Baron : Eugène Eschassériaux, éminence grise du bonapartisme, 1823-1906, préface de René Rémond, Paris, Le Croît vif, 2004 (ouvrage couronné en 2005 par le grand prix du bonapartisme décerné par le Centre d'études et de recherche sur le bonapartisme).
  • « Eugène Eschassériaux », dans Robert et Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, [détail de l’édition]

Lien externe[modifier | modifier le code]