Eugène Bénet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Eugène Bénet
Naissance
Décès
(à 78 ans)
Paris
Nom de naissance
Eugène Paul Bénet
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Distinctions
Médailles aux Salons de Paris en 1884, 1897 et 1900 ;
médaille d'or en 1914 ;
chevalier de la Légion d'honneur en 1932
Œuvres principales
signature d'Eugène Bénet
Signature

Eugène Bénet né à Dieppe le et mort à Paris le est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Eugène Bénet est le fils de l'ivoirier Henri Bénet, il suit les cours de dessin et de modelage de René-Mathurin Jouhan à l'école municipale de Dieppe[1]. Il devient ensuite élève d'Alexandre Falguière et de Laurent Marqueste à l'École des beaux-arts de Paris.

Il fait des débuts brillants et obtient plusieurs médailles au Salon en 1884, 1897, et en 1900 pour son groupe L'Âge heureux. En 1914, il obtient la médaille d'or qui lui vaut de nombreuses commandes publiques de l'État.

Il est nommé chevalier de la Légion d'honneur en 1932[2].

Il meurt à son domicile parisien de la villa des Camélias le .

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Canada
France

Œuvres d'édition[modifier | modifier le code]

Ces œuvres, éditées par la fonderie Durenne, ornent de nombreux monuments aux morts. Elles ont parfois été badigeonnées d'une polychromie postérieure à l'érection.

Le Poilu victorieux[modifier | modifier le code]

Le Poilu victorieux, son œuvre la plus connue. La statue est présente dans près de 900 communes françaises qui en ont fait leur monument aux morts de la Première Guerre mondiale. Elle serait l'œuvre d'art public la plus répliquée en France[6],[7]. Le Poilu brandit dans sa main droite une palme et une couronne de laurier. Il porte la moustache, un casque Adrian et tient son fusil Lebel dans la main gauche. À la ceinture, il porte une cartouchière, un masque à gaz en bandoulière, et sur sa poitrine il arbore la Légion d'honneur, la médaille militaire et la croix de guerre[8].

Buste de poilu[modifier | modifier le code]

Le Buste de poilu orne les monuments aux morts de Baisieux, Criquiers, Lametz, Louvergny, Mametz, Plounévez-Quintin et Sainte-Suzanne.

Au mépris du danger[modifier | modifier le code]

Au mépris du danger, également appelée Poilu marchant l'arme au pied, est une statue qui orne les monuments aux morts de Arx, Belgodère, Cernay-en-Dormois, Challerange, Erches, Froidestrées, Hem-Hardinval, Louchats, Massiac, Montcheutin, Prouilly, Récourt, Saint-Benoît-des-Ondes, Saint-Julien-Molin-Molette et Taingy.

Salons[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les personnages célèbres de Dieppe et de sa région depuis l'Antiquité jusqu'à nos jours.
  2. « Eugène Bénet, chevalier de la Légion d'honneur », .
  3. statue en bronze, inaugurée le à Trilbardou, le long de la route de Paris à Meaux, et transférée en dans le jardin du musée. La modèle en plâtre, présentée au Salon des artistes français de 1920, est conservée au même musée.
  4. Forez histoire : le jardin d'Allard.
  5. « Jehan Ango JocondeLab ».
  6. Dossier pédagogique sur la statue sur le site Histoire des arts.spip.ac-rouen.fr.
  7. Artistes, fonderies et monuments aux morts… article sur le site Fontes d'art.org.
  8. « La Victoire », notice sur l'inventaire général du patrimoine culturel.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire Bénézit.
  • Karin Egnell, « Eugène Bénet et le Poilu victorieux », Le Pays d'Auge, novembre- ([lire en ligne]).
  • Bernard Morot-Gaudry, « La sculpture en Morvan au XIXe et début du XXe siècle », Bulletin de l'Académie du Morvan, no 82, 44e année, 2017, p. 19.

Liens externes[modifier | modifier le code]