Eugène-Dominique de Dietrich

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dietrich et Famille de Dietrich.
Eugen von Dietrich
De Dietrich Licence Bugatti Touring car.jpg
La toute première De Dietrich-Bugatti , produite en 1902: Bugatti est en front, et le président de Dietrich sur le siège passager arrière (photo prise à Reichshoffen, en Alsace).
Fonction
Membre du Reichstag de l'Empire allemand
-
Biographie
Naissance
Décès
Nationalités
Activités
Père
Fratrie
Enfant
Voiture de Diétrich de tourisme pilotée par le baron Eugène de Dietrich, lors du Paris-Amsterdam-Paris 1898.

Eugène-Dominique de Dietrich ( à Niederbronn dans l'actuel Bas-Rhin- dans la même ville) est un industriel alsacien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Durant ses études, il rejoint le Corps Bavaria Karlsruhe (de) en 1864.

Il fut député protestataire au Reichstag, élu en 1884 et réélu en 1887 dans la circonscription impériale de Wahlkreis WK (de Wissembourg-Haguenau, avec le parti protestant alsacien).

Il construisit le gymnase de Strasbourg, l'Institut de technologie de Karlsruhe, et l'école des eaux et forêts de Tharandt.

Il fonda sa société automobile De Dietrich en 1897 (une filiale portant le même nom (de) cette année-là à Lunéville, grâce à l'achat d'un brevet d'Amédée Bollée fils l'année précédente), devenue Lorraine-Dietrich en 1905 à son retrait de l'affaire. En 1901, il avait passé un accord avec Ettore Bugatti pour moderniser sa production, certains de ses modèles devenant des De Dietrich-Bugatti . La même année 1901, il avait participé à la fondation de la Verband der Automobilindustrie, et en 1900 il avait fait partie avec son neveu Adrien de Turckheim de la commission d'exécution des concours dans le cadre Automobilisme lors des Sports de l'Exposition Universelle de 1900 -non reconnus officiellement par le comité olympique-, durant l'année des Jeux olympiques d'été de 1900 -incluant durant 4 jours en juillet la course de vitesse Paris-Toulouse-Paris-[1]. Le baron Adrien de Turckheim -dont le frère également associé à l'affaire des automobiles de Dietrich se nommait Eugène de Turckheim- courait fréquemment sur les modèles de Dietrich (victoire notamment à la course de Strasbourg en 1900, et 5e de Nice-Castellane-Nice en 1899), ainsi que parfois Claude Lorraine-Barrow[2] et le Comte Bozon de Périgord, l'allemand Willy Tischbein remportant encore Mannheim–Pforzheim–Mannheim en 1901 pour la marque, et l'anglais Charles Jarrott terminant troisième du meurtrier Paris-Madrid 1903 stoppé à Bordeaux.

Palmarès automobile[modifier | modifier le code]

Avec ses propres véhicules, sur une saison[3]:

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rapport officiel des JO 1900 part.2, p. 307.
  2. (lui et son mécanicien se tuent lors de la course automobile Paris-Madrid de 1903 en percutant un chien)
  3. Grand Prix winners 1895-1949 (by Hans Etzrodt, Part 1 1895-1916).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]