Eugène-Antoine Aizelin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un sculpteur image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un sculpteur français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (août 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Eugène-Antoine Aizelin
Eugene Aizelin - photo.jpg

Eugène-Antoine Aizelin

Naissance
Décès
(à 80 ans)
Drapeau de la France France
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Distinctions
Médaille d'or à l'Exposition universelle de 1889.
Compléments
Officier de la Légion d'honneur

Eugène-Antoine Aizelin, né le à Paris, et mort le , est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sophie Aizelin née Berger (1817-1882), Eugène Aizelin sculptant sa Sapho, château de Compiègne[1].

Eugène Aizelin est le fils du dessinateur Claude-Jacques Aizelin. Il entre à l'École des beaux-arts en 1844 où il est l'élève des sculpteurs Jules Ramey et Auguste Dumont.

Il participe aux Salons de 1852 à 1897 et aux Expositions universelles de 1878, 1889 et 1900. Il obtient plusieurs récompenses : une troisième médaille au Salon de 1859, une deuxième médaille en 1861, une troisième médaille à l'Exposition universelle de 1878. Le modèle en plâtre du groupe Mignon est exposé au Salon de 1880, le marbre est exposé l'année suivante, le bronze est envoyé à l'Exposition universelle de 1889 à laquelle il est récompensé par une médaille d'or.

Aizelin reçoit des commandes pour des monuments parisiens : le théâtre du Châtelet, l'Opéra Garnier, l'hôtel de ville de Paris, le palais du Louvre et les églises de la Trinité et Saint-Roch. Ses œuvres sont éditées en bronze par le fondeur Barbedienne en plusieurs dimensions.

Il est nommé chevalier de la Légion d'honneur en 1867, et promu officier du même ordre en 1892.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :