Eudy Simelane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Cet article ou cette section est à actualiser. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Des passages de cet article sont obsolètes ou annoncent des événements désormais passés. Améliorez-le ou discutez des points à vérifier. Vous pouvez également préciser les sections à actualiser en utilisant {{section à actualiser}}.

Eudy Simelane
Une illustration sous licence libre serait la bienvenue : importer un ficher.
Biographie
Nationalité Afrique du Sud
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu Johannesburg
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata (à 31 ans)
Lieu Johannesburg
Poste milieu de terrain
Modifier Wikidata

Eudy Simelane, née le à KwaThema et assassinée le , est une footballeuse sud-africaine, membre de l'équipe nationale, et militante pour les droits des Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (LGBT).

Les faits[modifier | modifier le code]

Eudy Simelane était l'une des premières femmes à vivre ouvertement comme lesbienne à KwaThema, un townships situé dans la banlieue sud-ouest de Springs. Elle y a été violée et assassinée[1],[2]. Son corps a été retrouvé dans un ruisseau à KwaThema. Elle avait subi un viol collectif et avait été poignardée à vingt-cinq reprises au visage, à la poitrine et aux jambes.

Le viol correctif[modifier | modifier le code]

Son meurtre a été vu comme un crime de haine commis en raison de son orientation sexuelle. La pratique de « viol correctif » est répandue en Afrique du Sud, des hommes violant des lesbiennes prétendument pour les guérir de leur orientation sexuelle. Deux autres militantes lesbiennes, Sizakele Sigasa et Salome Masooa, avaient déjà été torturées et assassinées en juillet 2007.

Le procès[modifier | modifier le code]

Le 11 février 2009 débuta à Delmas, province du Mpumalanga, le procès de quatre des agresseurs présumés. L'un des quatre agresseurs a plaidé coupable et fut condamné à une peine de prison à 32 ans pour viol et assassinat. En septembre 2009, un autre fut condamné à perpétuité plus 35 ans, pour assassinat, viol et vol qualifié tandis que les deux derniers accusés furent acquittés. Les juges n'ont néanmoins pas estimé que Eudy Simelane avait été assassinée en raison de son orientation sexuelle[2].

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]