Ettore Spalletti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Spalletti.
Ettore Spalletti
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Nationalité
Drapeau de l'Italie Italie Italienne
Activités
Représenté par
Marian Goodman Gallery (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mouvement

Ettore Spalletti, né en 1940 à Cappelle sul Tavo et mort le à Spoltore[1], est un peintre et sculpteur italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ettore Spalletti a toujours vécu dans la maison où il est né, dans une petite ville des Abruzzes[2]. Il étudie la scénographie à l’Académie des Beaux-Arts de Rome aux débuts des années 1960[3]. Bien que réalisant des monochromes Ettore Spaletti ne se considère pas comme un peintre minimaliste[4] et se réfère plutôt à la renaissance italienne, à Fra Angelico.

Ettore Spalletti commence à exposer en 1975 dans le galerie La Tartaruga à Rome (Italie). Parmi de très nombreuses expositions[5], on trouve de ses œuvres en 1980 musée national d'art d'Osaka, au documenta de Cassel (Hesse) en 1982 et 1992, au musée Solomon R. Guggenheim de New York en 2004 et au musée d'art moderne de la ville de Paris en 1991. Il participe 4 fois à la Biennale de Venise (1982, 1993, 1995 et 1997). ). En 1993-1996 il peint et aménage la « salle des départs » de l’hôpital Raymond­ Poincaré, à Garches[6].

Expositions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (it) [1], sur repubblica.it, 11 octobre 2019
  2. " J’habite la maison où je suis né. C’est pour moi un espace d’amour. Il a été habité par mes grands-parents, puis par mes parents, et moi maintenant. Quand je ne serai plus là, bientôt, ce seront mes œuvres qui l’habiteront. De la montagne, on voit la mer. De là haut, quand je me promène à la fin du jour, je vois l’azur devenir de plus en plus profond et le soir virer à l’argent" cité in Laurent Boudier Publié le 25/04/2018. Ettore Spalletti, une œuvre radicalement minimaliste, tactile et métaphysique, 25 avril 2018. Télérama, Sortir Grand Paris.
  3. « Ettore Spalletti », sur i-ac.eu.fr, Institut d'Art contemporain, Villeurbanne, Rhône-Alpes (consulté le 18 octobre 2019)
  4. « Décès d’Ettore Spalletti, l’élégance à voix basse », sur connaissancedesarts.com, Connaissance des arts, (consulté le 18 octobre 2019)
  5. Ettore Spalletti sur www.artnet.fr
  6. Roxana Azimi, « Ettore Spalletti, Peintre italien », Le Monde,‎ , p. 28
  7. (en-US) « Osmosis: Ettore Spalletti and Haim Steinbach »
  8. (it) « Ettore Spalletti. Un giorno così bianco, così bianco »
  9. « Ettore Spalletti, Ombre d'azur, transparence - Villa Paloma », sur nmnm.mc, Nouveau Musée National de Monaco, (consulté le 18 octobre 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]