Etro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Etro
logo de Etro

Création 1968
Fondateurs Gerolamo Etro
Siège social Milan
Activité Clothing industry (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.etro.com

Etro est une entreprise italienne de prêt à porter, fondée en 1968. Celle-ci est restée familiale, et les enfants du fondateur sont les dirigeants.

Etro possède une ligne de vêtements pour hommes, une autre pour femmes, en plus des accessoires, des parfums, et d'autres produits. La société est connue pour son utilisation du motif cachemire ou paisley.

L'histoire[modifier | modifier le code]

Etro a été fondée en 1968 par Gerolamo "Gimmo" Etro[1] comme une entreprise fabriquant du tissu[2],[3].La principale signature stylistique d'Etro, au cours de ses premières décennies a été le motif paisley, et les variations sur ce thème[4]. Le siège de la société est situé à Milan,sur la Via Spartaco, a été rénové en 1977[5]. Le siège  comprend des exemples des arts du textile archivés dans une bibliothèque[6].Le directeur du département textile, Jacopo Etro[7]a commenté plus tard la période des débuts de l'entreprise, déclarant qu'il avait commencé à visiter les archives, lorsqu'il était enfant, et a passé de nombreuses heures à copier les dessins des tissus et à expérimenter avec un style propre[8]. Après un voyage en Inde en 1981, les dirigeants ont commencé la production de  textiles d'ameublement[9]. Le motif du Paisley trouvé au cours de ce voyage, est maintenant "synonyme" de la marque selon le magazine Magazine Elle[10].

La société a commencé à produire des articles en Cuir, en 1984, conçu à partir de  tissus Jacquards contenant des motifs de  Paisley[11]. Etro a ensuite commencé sa collection pour maison en 1985[12]. La collection de  Parfums  a été lancée en 1989, faisant ses débuts dans la boutique phare de la marque, située sur la Via Verri. 

Le premier défilé de mode de la maison a eu lieu au cours de la fashion week de Milan en 1996[13]. La société a commencé la vente par correspondance en 1999, par le biais de publicité dans le New York Times[14], et Etro a commencé à vendre ses vêtements en ligne en 2013 en plus de la vente en détail[15]. En 2014, une monographie sur l'histoire de l'entreprise intitulée Etro a été publié par la maison d'édition Rizzoli[16].

Personnel[modifier | modifier le code]

Kean Etro

Etro est associée principalement avec Gimmo (né Gerolamo), le fondateur, mais la société est gérée par ses quatre enfants[17]. Kean Etro est le directeur de la création des collections pour hommes, l'inspiration lui vient  de ses voyages et des livres anciens de collection[18]. Il a rejoint l'entreprise familiale en 1986 comme stagiaire. En 1990, il a conçu sa première collection homme, et en 1996, il produit un défilé de mode porté sur le concept de "Nouvelle tradition"[19].Veronica Etro est le directeur de la création de la collection pour femmes[20]. Elle a dévoilé sa première collection en 2000[21].Jacopo Etro a travaillé pour l'entreprise familiale depuis 1982, devenant par la suite le directeur de la création des accessoires, du cuir, de la collection pour maison et de la collection des textiles, il s'occupe aussi de la communication. En 2010, il a également été invité à siéger dans le comité de la Chambre nationale de la mode italienne (Camera Nazionale Della Moda Italiana), comme délégué l'industrie italienne de textile[22]. Ippolito Etro a rejoint la société en 1991, il s'est occupé de  l'Administration générale avant sa promotion au poste de directeur général[23]. Il a déclaré dans le New York Times : "Mon père a toujours dit de nous que nous pouvions faire ce que nous voulions dans la vie". Mais il a dit, "Si vous travaillez ici, vous devez commencer à partir de zéro"[24].

Collections[modifier | modifier le code]

La ligne pour hommes a été présentée par des défilés conceptuels ; pour la collection automne/hiver 2003, les invités ont fait une balade à travers Milan dans un train à vapeur datant de 1937, avec des mannequins marchants à travers les cabines[25]. Les pièces masculines emblématiques d'Etro contiennent le motif Paisley. D'autres morceaux ont inclus des  chemises « cuites », où les pièces sont teintes avec des baies ou d'autres aliments afin de produire les effets souhaités[26].

La femme de la ligne a été lancé en 1991[27].

La société a également une ligne de parfums, certains utilisant le thème de « la parfumerie antique »[28]. d'autres collections comprennent des articles de toilette, maroquinerie, accessoires de voyage, lunettes[4], chaussures[27], bijoux[29], et l'ameublement pour maison[30]. En 2014, la société a ouvert sa première boutique pour la maison à Milan pendant le salon du meuble (Salone del Mobile)[31].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Creative director at Etro takes inspiration from native textiles », South China Morning Post,
  2. (en) Mary Lisa Gavenas, The Fairchild Encyclopedia of Menswear, Fairchild Books, , p. 137
  3. (de) Björn Stüwe, Produktklassiker: Quintessenzen der Konsumkultur, Springer-Verlag, (lire en ligne), p. 139
  4. a et b (en) Peggy Fincher Winters and Carole Paul, Brandstand: Strategies for Retail Brand Building, Visual Reference Publications, (lire en ligne), p. 57
  5. (en) Christina Binkley, « The Healthy Sibling Rivalry in a Design House »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), WSJ,
  6. (en) The Independent, « Fashion: Raison D'Etro », The Independent (consulté le 2 avril 2014)
  7. (en) « Etro is the latest Italian fashion house to hit the block », thedeal.com
  8. (it) Marie Claire Italia, « Etro: i tessuti, l'arredamento, le borse, i profumi e la moda », Marie Claire Italia (consulté le 2 avril 2014)
  9. (en) Vogue, « Voguepedia », Vogue (consulté le 2 avril 2014)
  10. (en) « Etro Collections - Etro Runway Show Archive - ELLE », ELLE
  11. (en) « Le Souk », lesouk.co
  12. (en) « Etro Home Collection SS15 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), LuxPad
  13. (en) Allison Cawley, « Italian Fashion from Etro », Peachfully Chic
  14. Winters and Paul, 63.
  15. (en) Harpers Bazaar, « Etro launches e-commerce on revamped website », Harpers Bazaar (consulté le 3 avril 2014)
  16. (en) Hannah Martin, « Preview Etro, a new monograph from Rizzoli », Architectural Digest
  17. (en) « Etro », The Cut
  18. (en) « In each neighbourhood there lies a special shop », The New York Times (consulté le 2 avril 2014)
  19. (en) Armand Limnander, « Profile in Style: Kean Etro », The New York Times (consulté le 3 avril 2014)
  20. (en) « A conversation with Veronica Etro », Vogue Italia (consulté le 2 avril 2014)
  21. (en) The Daily Telegraph, « Little Black Book: Veronica Etro », The Daily Telegraph (consulté le 3 avril 2014)
  22. (en) Antonio Nieto, « The Collector », The Sunday Times (consulté le 3 avril 2014)
  23. (en) Robin Mellery-Pratt, « Ippolito Etro to Exit Family Business to Pursue ‘New Horizons’ », Business of Fashion (consulté le 2 avril 2014)
  24. (en) « Succession Problems Make Them Targets for Acquisition : Can Italy Houses Stay Alive? », The New York Times (consulté le 2 avril 2014)
  25. (en) « Treni, banche e fabbriche per le sfilate della moda maschile », Corriere della Sera (consulté le 2 avril 2014)
  26. (en) Michael Slenske, « Kean Eye », Best Life, , p. 94
  27. a et b (en) Francesca Sterlacci Purvin and Joanne Arbuckle, Historical Dictionary of the Fashion Industry, Scarecrow Press, (lire en ligne), p. 70
  28. (en) « Etro launch Marquetry and Io Myself », basenotes.net
  29. (en) Alexa Brazilian, « The Daily Jewel: Etro », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  30. (en) John Graham, Where to Wear London, Where to Wear International Ltd, (lire en ligne), p. 70
  31. (en) « The Business: Jacopo Etro », sur Telegraph.co.uk

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Site officiel