Ethnoromantisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'ethnoromantisme est un concept forgé par le musicologue Paul-Gilbert Langevin au cours de ses travaux autour des œuvres des grands symphonistes européens du XIXe siècle. Il vise à élargir la notion classique de romantisme issue du courant culturel et artistique du même nom qui a sa source en Angleterre et en Allemagne au XVIIIe siècle, qui a été diffusé en Europe au XIXe siècle et dont les plus grands représentants sont en particulier en musique Ludwig van Beethoven, Wolfgang Amadeus Mozart ou Joseph Haydn.

Travaillant en musicologie autour de l'œuvre de compositeurs venant de toute l'Europe et aussi divers qu'Anton Bruckner, Franz Schubert, Guillaume Lekeu, Albéric Magnard, Joseph-Guy Ropartz, Charles Koechlin, Hugo Wolf, Gustav Mahler, Arnold Schoenberg, Franz Schmidt, Ferruccio Busoni, Leoš Janáček, Bohuslav Martinu ou Carl Nielsen, Paul-Gilbert Langevin construit cette thématique d'ethnoromantisme en particulier dans ses ouvrages les plus importants, Musiciens de France et Musiciens d'Europe. Ce terme vise à rendre compte de la richesse et de la productivité musicales et artistiques que ce courant a fait émerger dans tous les pays d'Europe et même plus largement dans le monde, dans une perspective ethnomusicologique mais aussi dans l'art en général. Cette perspective a été développée en collaboration avec ses collègues musicologues, en particulier Harry Halbreich, Gustave Kars, Jacques Feschotte, Pierre Vidal, Marc Vignal, Jean-Luc Caron et autour de la Société française Anton-Bruckner.

Références[modifier | modifier le code]