Et les mistrals gagnants

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Et les mistrals gagnants
Réalisation Anne-Dauphine Julliand
Sociétés de production Incognita film
TF1 Droits Audiovisuels
Pays d’origine Drapeau de la France France
Durée 79min
Sortie 2017

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Et les Mistrals gagnants est un documentaire français réalisé par Anne-Dauphine Julliand en 2015, sorti en 2017.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Ce film est un documentaire montrant à hauteur d'enfant (car filmé « caméra sous l’épaule ») des moments vécus par Ambre, Camille, Charles, Imad et Tugdual[1], des enfants de cinq ans et demi à neuf ans, malades depuis longtemps[2]. Ils ont des pathologies différentes et résident dans cinq endroits de France différents. En portraits croisés, se découvre leur quotidien, avec leurs jeux, leurs joies, leurs rêves, les soins nécessités par leur pathologie. Faisant preuve d'une grande maturité et de lucidité face à leur maladie, ils vivent dans l’instant présent avec intensité, capables de passer sans transition du rire aux larmes, montrant que la maladie n'empêche pas d'être heureux.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Titre : Et les Mistrals gagnants
  • Réalisation : Anne-Dauphine Julliand
  • Photographie : Katell Djian, Isabelle Razavet, Laurent Brunet, Alexis Kavrychine, Matthieu Fabbri
  • Son : Quentin Romanet
  • Montage : Lilian Corbeille, Matthieu Goasguen
  • Musique : Robert Coudert
  • Production : Edouard de Vesinne
    • Production associée : Alexia de Beauvoir, Géraldine Ohana
    • Production exécutive : Frédéric Bruneel
    • Postproduction : Laurent Canova
  • Sociétés de production : Incognita film, TF1 droits audiovisuels (coproduction), Arte/Cofinova 11 (participation)
  • Sociétés de distribution : Nour films
  • Budget :
  • Pays d'origine : Drapeau de la France France
  • Langue originale : français
  • Format : couleur - son Dolby Digital
  • Genre : Documentaire
  • Durée : 79 minutes
  • Dates de sortie :

Distribution[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas eu de casting, ce qui aurait été inefficace et indélicat[3]. La réalisatrice a rencontré six enfants, dont un petit garçon que son état de santé ne permettait pas de filmer. Le documentaire présente les cinq autres, qui ont des parcours de soin qui font partie de leur quotidien depuis qu’ils sont petits :

On les voit avec leurs parents, les équipes médicales qui s’occupent d'eux, le personnel pédagogique et Anne-Dauphine Julliand elle-même.

Tournage[modifier | modifier le code]

Les enfants ont été sélectionnés par des « associations prenant en charge des enfants malades, des réseaux de soignants de soins palliatifs, des équipes paramédicales ». Le tournage, commencé en juillet 2014, s'étale sur un an. Il dure une dizaine de jours en tout pour chaque enfant, par plages de deux à quatre jours, pas plus, chaque fois. Il n'est réalisé que par une seule caméra, afin qu'ils puissent savoir à tout moment comment ils sont filmés et ainsi de respecter leur pudeur[5]. Le champ est laissé libre aux enfants, dont les réactions et les rythmes sont respectés.

C'est le premier documentaire d'Anne-Dauphine Julliand qui a perdu en 2007 sa première fille Thaïs, née le [6] à cause d'une leucodystrophie métachromatique, une forme rare de maladie lysosomale. Son autre fille, Azylis, également porteuse de leucodystrophie[7] meurt en février 2017[8].

Production[modifier | modifier le code]

Les 110 heures de rushes ont été réduits à 1h22 de film[3]. Le tournage s'est effectué dans cinq lieux différents, avec plusieurs séquences à l'hôpital pédiatrique Robert-Debré [4]. Le documentaire se présente comme une sorte de chronique du quotidien, avec des successions de plans-séquences et de plans courts qui se suivent, alternant les moments délicats et les périodes de rires. Il n'y a aucun commentaire en voix-off, seule s'exprime la voix des enfants.

Le projet a nécessité trois années de mise en place. Le budget d’environ 1 million d’euros a été en grande partie couvert par 1 800 donateurs dans le cadre d'un Financement participatif en ligne[4].

Accueil[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

La presse est en général très positive : « un bouleversant hymne à l'innocence » pour le Figaro, « un documentaire hors du commun et bouleversant » pour L'Obs, « une lumineuse leçon de vie reçue d’enfants malades » pour La Croix. Télérama ne lui trouve qu'un défaut, sa musique « douceâtre et tire-larmes ». Seule note discordante, le Monde où Isabelle Regnier regrette que, dans cette « apologie de la résilience, les singularités de ces jeunes se trouvent comme neutralisées par une forme de panel » [9].

Box-office[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il est décédé depuis[4].
  2. Il a été opéré depuis (à huit ans), son père s'étant avéré donneur compatible.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Télérama, « Et les Mistrals gagnants », sur telerama.fr (consulté le 31 janvier 2017)
  2. Marie-Noëlle Tranchant, « Et les mistrals gagnants : «Aimer la vie même si...» », sur lefigaro.fr, (consulté le 31 janvier 2017)
  3. a et b Samuel Douhaire, « “J’ai demandé aux enfants de ne jamais oublier la caméra” », sur Télérama.fr, .
  4. a, b et c Éric Fontaine, « Anne-Dauphine Julliand présente « Et les Mistrals Gagnants » », sur FranceNet Info, .
  5. Arnaud Schwartz, « Dans la promesse des jours », La Croix, no 40712,‎ , p. 13 (ISSN 0242-6056)
  6. « Anne-Dauphine Julliand nous parle de son nouveau livre, Une journée particulière », sur One heart (consulté le 10 mai 2016).
  7. Isabelle de Gaulmyn et François-Xavier Maigre, « Anne-Dauphine Julliand et son mari Loïc : "Nous avons ressenti toute la compassion de Dieu" », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne).
  8. « Un nouveau deuil pour Anne-Dauphine Julliand », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne)
  9. « 16 critiques presse », sur AlloCiné (consulté le 5 mars 2017).

Liens externes[modifier | modifier le code]