Et in Arcadia ego (Le Guerchin)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Et in Arcadia ego
Et-in-Arcadia-ego.jpg
Artiste
Date
1618-1622
Type
Scène de genre (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Technique
Dimensions (H × L)
81 × 91 cm
No d’inventaire
1440Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation

Et in Arcadia ego (ou Les Bergers d'Arcadie) est une toile du peintre baroque Giovanni Francesco Barbieri (Le Guerchin) réalisée dans les années 1610 et début 1620. Elle est conservée dans les galeries d'art du palais Corsini à Rome.

Description du tableau[modifier | modifier le code]

Deux bergers d’Arcadie découvrent, inquiets, un crâne posé sur une stèle où sont gravés les mots « Et in arcadia ego. » Sur le crâne se trouvent une mouche et une souris.

Interprétation du tableau[modifier | modifier le code]

Les bergers d’Arcadie sont des incarnations du bonheur : depuis Virgile, l’Arcadie est associée à la félicité d’une existence champêtre insouciante. Le crâne représente la Mort ; la mouche symbolise la décomposition et la souris le temps qui dévore tout[1]. Les bergers dépeints par Le Gerchin expriment la conscience amère de leur inévitable mortalité.

Le tableau de Le Guerchin est donc un memento mori : la mort nous menace toujours, même lorsque nous vivons dans le bonheur le plus parfait.

Postérité[modifier | modifier le code]

Le thème des bergers d’Arcadie qui découvrent l’inévitabilité de la mort sera repris par Nicolas Poussin quelques dizaines d’années plus tard.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Erwin Panofsky, L’Œuvre d’art et ses significations, « Et in Arcadia Ego », Paris, Gallimard, 1969

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Erwin Panofsky, L’Œuvre d’art et ses significations, Paris, Gallimard, (ISBN 978-2-07-0456888), p. 351