Esther de Mézerville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Esther De Mezerville
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités

Esther de Mézerville Ossaye, née le au Guatemala et morte en 1971, est une enseignante, féministe et militante. Elle a passé la majeure partie de sa vie au Costa Rica, où elle a milité pour obtenir le droit de vote des femmes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Esther de Mezerville Ossaye est née au Guatemala le 29 avril 1885[1]. Elle est la fille d'un immigrant français, Émile de Mézerville Coupé et de Noémie Ossaye Millelot, née au Canada. Lorsqu'Émile meurt en 1998, la mère d'Esther immigre avec ses enfants au Costa Rica[2]. Dans sa jeunesse, elle voyage et étudie en France, en Belgique et en Suisse[3]. Elle retourne au Costa Rica en 1907, où elle enseigne le français à San José[4].

En 1908, elle devient la directrice principale de l'École supérieure des filles pendant sept ans puis est nommée inspecteur technique des écoles pour la ville de San José en 1917[3].

Elle s'engage activement dans le mouvement de 1919 contre les politiques du travail du président Federico Tinoco Granados[5]. Ce mouvement conduit une grève des enseignants, durant laquelle les locaux du journal La Información, moyen officiel de propagande du gouvernement, sont incendiés[6]. La grève, menée par Ángela Acuña Braun, est suivie par les enseignantes Matilde Carranza, Ana Rosa Chacón, Lilia González, Carmen Lyra, Victoria Madrigal, Vitalia Madrigal, María Ortiz, Teodora Ortiz, Ester Silva et Andrea Venegas[7].

Une fois l'épisode des Tinoco[pas clair] terminé, Esther de Mézerville est nommée en 1922 gestionnaire de l'École supérieure des filles[3]. L'année suivante, elle rejoint Ángela Acuña Braun dans la création de la Ligue féministe costaricienne (CFT), première organisation féministe du Costa Rica. Elle devient vice-présidente de l'organisation et mène la lutte pour le droit de vote des femmes[1]. De Mézerville démissionne de son poste à l'école en 1926 et se lance dans une tournée en Europe et en Afrique du Nord. Elle y traverse l'Algérie, le Maroc, la France, l'Italie et l'Espagne[3]. De retour au Costa Rica en 1931, la Liga feminista parvient à obtenir le vote d'une loi qui amende la constitution qui octroie le droit de vote aux femmes, sous certaines conditions, notamment scolaires et professionnelles[8] : peuvent désormais les femmes diplômées de l'université, enseignantes, sténo-dactylos, comptables, infirmières, ainsi que les femmes ayant reçu une éducation élémentaire et pouvant parler une langue étrangère, les femmes ayant étudié en école privée, les femmes parlant 2 langues étrangères et les propriétaires de terres ou d'immeubles.

De Mézerville a servi dans plusieurs conseils et comités de nombreux organismes. Elle s'implique dans le Congrès du Costa Rica[pas clair] afin d'établir un fonds de retraite pour les enseignants en 1934. Cette même année, elle est membre de la Commission d'archéologie et d'art pré-colombien.

Dans les années 1940, elle travaille contre le nazisme[pas clair], elle est déléguée à la conférence inter-américaine de la Paix qui se tint à Chapultepec, Mexico, en 1945. Elle sert comme présidente de la Croix Blanche et de la Croix Rouge et, en 1948, reçoit une médaille au Mérite de la part de la Croix-Rouge[1]. De 1946 à 1950, elle travaille comme vice-présidente du conseil d'administration de la Banque de l'Association nationale de l'enseignement. En 1949, elle fut choisie comme "Femme de l'année" par la section du Costa Rica de l'Union des femmes des amériques[4].

De Mezerville meurt en 1971 à San José, au Costa Rica[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (es) Ana Lorena Camacho De la O (éd.) et Gina Valitutti Chavarría (éd.), Mujeres destacadas de Costa Rica, San José, Instituto Nacional de las Mujeres, (ISBN 978-9968-25-102-0, lire en ligne [PDF]), p. 27–31.
  2. « Généalogie succincte de la famille de Mézerville du Costa Rica », sur Chateau de Mezerville, Mézerville, France, The Mézerville Castle Cultural Association (consulté le 15 août 2015)
  3. a, b, c et d (es) Marta Castegnaro, « Historic day: Esther de Mezerville », Viva Nacion, San José, Costa Rica,‎ (lire en ligne)
  4. a, b et c (es) « Esther De Mezerville », sur Institute Nacional de la Mujeres, San José, Costa Rica, Institute Nacional de la Mujeres (consulté le 15 août 2015)
  5. (es) « Las maestras », sur hcostarica, Historia Costa Rica (consulté le 13 août 2015)
  6. (es) Eugenia Rodríguez S, « Participación Socio¬política Femenina en Costa Rica (1890 – 1952) », San José, Costa Rica, Universidad de Costa Rica (consulté le 13 août 2015)
  7. (es) Marta E. Solano Arias, « A 90 años de la fundación de la Liga Feminista Costarricense: los derechos políticos », Revista Derecho Electoral, San José, Costa Rica, Tribunal Supremo de Elecciones República de Costa Rica, no 17,‎ january–june 2014, p. 357–375 (ISSN 1659-2069, lire en ligne)
  8. (en) Ilse Abshagen Leitinger, The Costa Rican Women's Movement: A Reader, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, (ISBN 978-0-822-97162-7, lire en ligne), p. 75–76