Esther Granek

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Esther Granek
Description de cette image, également commentée ci-après
Esther Granek dans la trentaine
Naissance
Bruxelles
Décès (à 89 ans)
Tel Aviv
Auteur
Langue d’écriture Français

Esther Granek est une poétesse belgo-israélienne francophone, survivante de la Shoah.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née à Bruxelles le , et morte à Tel Aviv le , Esther Granek est autodidacte du fait des lois anti-juives durant l’Occupation. Pendant la guerre, en 1940, elle a déménagé avec sa famille de Bruxelles à Bagnères-de-Luchon en France, puis fut déportée dans un camp de concentration à Brens (Tarn) près de Gaillac. Avec sa famille, elle a pu s'échapper du camp en 1941, quelques jours avant que tout le camp ne fût envoyé à l'extermination, et elle est retournée à Bruxelles. Jusqu'en 1943, elle resta cachée chez son oncle et sa tante Jean Gorren et Henriette Gelernter Gorren sans sortir, cette dernière se fit arrêter et enfermer à la Caserne Dossin pour la protéger en refusant de donner son adresse. De 1943 jusqu'à la fin de l'occupation nazie, Esther Granek fut cachée par une famille chrétienne à Bruxelles avec de faux papiers, prétendant être leur enfant, et travailla dans leur magasin. Elle vécut en Israël à partir 1956. Elle a travaillé à l’ambassade de Belgique à Tel Aviv en tant que secrétaire-comptable pendant 35 années. La Médaille civique de première classe lui a été décernée le 8 avril 1981 en récompense des bons et loyaux services qu'elle a rendus à la Belgique.[réf. nécessaire]

Jugements[modifier | modifier le code]

  • Flora Groult : « L’ombre et la lumière donnent à ces chants et contre-chants une grâce très personnelle » (préface à Portraits et chansons sans retouches)
  • Jean-Louis Curtis : « Avec une superbe indifférence pour les modes et les mots d’ordre... » - « Enfin, de nouveau, des poèmes qui séduisent à première lecture, qui chantent à l’oreille et au cœur ! » (préface à Je cours après mon ombre)
  • Christian Godin, philosophe : « Esther Granek n'accorde aucune confiance au non-sens ni à l'arbitraire des mots mis en chaos... » (préface à Synthèses)

Œuvres[modifier | modifier le code]

En revue[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Site officiel
  • Poèmes d'Esther Granek
  • Emission radiophonique sur la poesie d'Esther Granek avec la soprano occitane Muriel Batbie Castell.[1]
  • Poème "Désarroi" ("Sans finir"), Je cours après mon ombre – 1981, chanté par Loumèn, [2] et par Laurent Reverte. [3]
  • Poème "Évasion", De la pensée aux mots – 1997, chanté par Alexis Roche. [4]
  • Quatre poèmes chanté par Sospiro Quintet (Jazz). [5]
  • Chanson "J'ai attrapé un chant d'oiseau", Portraits et chansons sans retouches –1976, chanté par Muriel Batbie Castell (voix, piano), CD Ars Intima, 2013. [6]
  • Poème "Après l’Homme", De la pensée aux mots – 1997, chanté par Muriel Batbie Castell (vocals & guitar).[7]
  • Cinq poèmes lus sur la radio française RCF[8][9][10][11].
  • Poème "Muet" ("Ouvre-moi tes bras"), Je cours après mon ombre – 1981, chanté par Loumèn (Jazz). [12]
  • Poème Muet (Ouvre-moi tes bras), dans "« 30 poèmes pour célébrer le monde extrait »" (extrait), éditions Belin (2016), (ISBN 978-2-7011-9750-0).
  • Poème "Contradictions", Ballades et réflexions à ma façon – 1978, chanté par Laurent Reverte. [13]