Essai de physiognomonie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Essai de physiognomonie
One shot
page 13 de l'essai
page 13 de l'essai

Auteur Rodolphe Töpffer

Thèmes Physiognomonie

Pays Suisse
Première publication 1845
Publié dans Album papier
Format In-4 °
Nb. de pages 35
Technique : autographie

Essai de physiognomonie est le premier ouvrage théorique sur la bande dessinée, écrit par son inventeur, Rodolphe Töpffer, qui l'appelle « littérature en estampes » et publié en 1845, un an avant sa mort[1] . Il traite de la physiognomonie, une science considérée aujourd'hui comme obsolète de l'Anthropologie physique et biologique basée sur la morphologie du visage.

Description[modifier | modifier le code]

Dans cet ouvrage, l'auteur documente ses réflexions et expériences dans l'écriture et le dessin des bandes dessinées. Il y consigne les valeurs, techniques et méthodes de la composition de celles-ci[1].

Dans le chapitre trois il explique les visées et sujets des bandes dessinées ; inventer un type de drame[1].

Dans le chapitre trois de l'essai, il décrit le potentiel des nouvelles innovations dans les techniques d'imprimerie lithographique, permettant d'ajouter de la couleur à ses ouvrages[1], l'autographie.

Liste des chapitres[modifier | modifier le code]

  • Chapitre premier — Avantages propres de la littérature en estampes
  • Chapitre deuxième — Suite et distinction d'avec la parodie.
  • Chapitre troisième — Comment la littérature en estampes peut être cultivée indépendamment d'une culture avancée des arts du dessin. Avantages du procédé autographique.
  • Chapitre quatrième — Avantages et propriété du trait graphique.
  • Chapitre cinquième — D'une méthode qui conduit à des connaissances physiognomiques suffisantes, indépendamment de l'étude du dessin.
  • Chapitre sixième — Suite, et où cette méthode conduit.
  • Chapitre septième — Distinction quant aux principes et quant aux résultats entre la Phrénologie et la Physiognomie.
  • Chapitre huitième — Deux ordres de signes d'expression dans la tête humaine. Les permanents et les non permanents.
  • Chapitre neuvième — De la combinaison des signes d'expression.
  • Chapitre dixième — Des signes permanents d'expression.
  • Chapitre onzième — Des signes non permanents d'expression.
  • Chapitre douzième — Des signes physiognomiques de conformation, et conclusion de cet essai.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Figueiredo 2016.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Sergio C. Figueiredo, « The Rhetorical Invention of Comics: A Selection of Rodolphe Töpffer's Late Reflections on Composing Image-Text Narratives », Imagetext, Interdisciplinary Comics Studies, English Department at the University of Florida, vol. 8, no 4,‎ (ISSN 1549-6732, lire en ligne)
  • Ségolène Le Men, « L’Essai de physiognomonie de 1845: Töpffer ou le dessin sans le savoir », Cahiers Robinson, no 2,‎ (lire en ligne).
  • (en) E.H. Gombrich, Max Black et Julian E Hochberg, Art, perception, and reality, London, Johns Hopkins University Press, coll. « Alvin and Fanny Blaustein Thalheimer lectures », (OCLC 977392700), « The mask and the face: The perception of physiognomic likeness in life and art »

Liens externes[modifier | modifier le code]