Esplechin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Esplechin
Esplechin
Panorama du village
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Arrondissement Tournai-Mouscron
Commune Tournai
Code postal 7502
Zone téléphonique 069
Démographie
Gentilé Esplechinois(e)
Population 939 hab.
Densité 106 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 34′ 28″ nord, 3° 18′ 14″ est
Superficie 888 ha = 8,88 km2
Localisation
Localisation de Esplechin
Localisation d'Esplechin au sein de Tournai
Géolocalisation sur la carte : Hainaut
Voir sur la carte administrative du Hainaut
City locator 14.svg
Esplechin
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Esplechin
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Esplechin

Esplechin [epləʃɛ̃][1] (en picard Épèrchin) est une section de la ville belge de Tournai, située en Wallonie picarde et en Flandre romane dans la province de Hainaut.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

Géographie[modifier | modifier le code]

Outre le centre de l'agglomération, l'habitat y est réparti en plusieurs hameaux : Maraîche, Trédoine, Bruenne, Châtelet, Marlière, Trenchon, Cornuhaut et Quatrechin.

Le village est traversé par plusieurs cours d'eau (rieux) dont le principal est le rieu de Bachy, qui prend le nom de rieu de Barges après sa jonction avec le rieu de Maraîche.

Vue panoramique de l'ancien village d'Esplechin

Histoire[modifier | modifier le code]

On ignore presque tout des origines de ce village avant le haut Moyen Âge. Cependant des fouilles menées après la Seconde Guerre mondiale avaient permis de mettre au jour des vestiges d'origine romaine, et plus récemment une hache de pierre polie et une fibule mérovingienne y furent découvertes.

Les premières mentions écrites de Spilcinium remontent à la fin du IXe siècle dans les archives de l'abbaye de Saint-Amand.

Les seigneurs d'Esplechin prirent d'abord le nom de leur seigneurie, mais ruinés, durent aux XIIe et XIIIe siècles s'en séparer par parties aux familles de Haudion (par alliance au XIIIe siècle), de Waudripont (par achat en 1315) et de Lyauwe. Esplechin passa ensuite aux Cottrel, aux de Lannoy par mariage en 1556, puis par héritage aux de Gand-Vilain, aux le Maistre par achat vers 1720 et enfin par héritage aux Rouvroy de Fournes avant que les révolutionnaires français n'appliquent en Belgique la suppression de l'ordre féodal.

La Trêve d'Esplechin-sur-Escaut y fut signée entre la France et l’Angleterre après la bataille de l’Écluse en 1340. Selon la tradition orale, ce serait en mémoire de cette trêve qu'un seigneur du lieu offrit à l'église l'aigle-lutrin qui s'y trouve toujours actuellement (XVe et XVIe siècles).

Église Saint-Martin.

La même source rappelle que cette église avait fortement souffert d'une tornade en 1786, et que des réfections étaient prévues. Mais les villageois, désireux de faire construire un édifice plus grand et moderne, se réunissaient la nuit afin d'abattre et faire tomber les parties qui avaient subsisté.

Les armoiries officielles de la commune furent adoptées en 1927 et se blasonnaient d'or à la croix ancrée de sable. Il s'agissait des armes de la famille le Maistre qui possédait le village au XVIIIe siècle.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Marie Pierret, Phonétique historique du français et notions de phonétique générale, Louvain-la-Neuve, Peeters, (lire en ligne), p. 105

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Beaucarne Marcel, Esplechin à travers champs t1, Marquain, Hovine, 1989