Esperanto (revue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Espéranto (homonymie).

Esperanto
Image illustrative de l’article Esperanto (revue)
Couverture de novembre 2015

Pays Drapeau de l'Espérantie Espérantie
Langue Espéranto
Périodicité Mensuel (hormis août)
Genre Organe d’information
Prix au numéro environ 4 € (France)
Diffusion 2709 ex. (2015[1])
Fondateur Paul Berthelot
Date de fondation 1905
Éditeur Association mondiale d'espéranto
Ville d’édition Rotterdam, Pays-Bas

Rédacteur en chef Anna Striganova (eo) et Dmitry Chevtchenko (eo)
ISSN 0014-0635
Site web uea.org/revuoj/esperanto

La revue Esperanto est un magazine publié en langue espéranto par l'Association mondiale d'espéranto. Elle traite de sujets relatifs à l'espéranto et aux questions linguistiques dans le monde. En plus de sa diffusion traditionnelle en format papier à ses abonnées, la revue est diffusée en format électronique à tous les membres individuels de l'Association mondiale d'espéranto.

Historique[modifier | modifier le code]

La revue Esperanto fut fondée en 1905 par le français Paul Berthelot. Elle fut suspendue au début de la Première Guerre mondiale de 1914 à 1915, puis durant la Seconde Guerre mondiale de 1941 à 1946.

Quelques principaux rédacteurs en chef :

À partir d’avril 2017, Anna Striganova (eo) et Dmitry Chevtchenko (eo) forment le premier couple de rédacteurs en chef, venant remplacer Attila Kaszás (eo).

Contenu[modifier | modifier le code]

Au départ, la revue Esperanto servait de lieu d’annonces et de discussions au sujet du mouvement espérantophone, ainsi que lieu de rapports concernant les évolutions politiques et sociales à travers le monde. Ce dernier thème a perduré après la mort de Hodler, à l’initiative d’Edmond Privat. Ce genre d’informations a parfois occasionné des confrontations de point de vue aux lecteurs de la revue, par exemple en 1932 lors d’une critique de Privat des colonies britanniques en Inde. Aussi, ces rapports concernant les évènements internationaux ont peu à peu disparu. Un autre champ d’écriture au sein de la revue est relié à la littérature espérantophone, parfois de manière conséquente : un quart des pages dans le numéro de juillet–aout 1956 par exemple[2].

De nos jours, la revue Esperanto est l’organe de diffusion officiel de l’association mondiale d’espéranto. La rubrique Laste aperis propose une liste des livres récemment publiés en lien avec l’espéranto, Recenzoj fournit également un examen des dépenses et recettes de l’association. Au mois de mars, la revue donne des informations statistiques sur les membres de l’association et le numéro de juin contient un rapport du bureau. Le numéro de septembre fait habituellement le bilan du congrès mondial d'espéranto qui a eu lieu en été. Cet évènement, riche en préparatifs et en main d’œuvre de la part de l’association mondiale d’espéranto et d’autres associations, implique un seul et unique numéro juillet–aout pour la revue, ce qui aboutit à un nombre de 11 numéros à l’année. Les rédacteurs de la revue sont responsables du contenu, mais il est fréquent que des membres d’association spécialisée proposent des articles, comme Mireille Grosjean de la ligue internationale des enseignants d'espéranto.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La membraro de UEA en 2015 », in Esperanto 1301, avril 2016, p. 94
  2. Pages 114-118, téléchargeable à la Gazetejo

Lien externe[modifier | modifier le code]