Espagnac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Espagnac
Espagnac
Mairie d'Espagnac.
Blason de Espagnac
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Corrèze
Arrondissement Tulle
Intercommunalité Communauté d'agglomération Tulle Agglo
Maire
Mandat
Marie-Christine Faure
2020-2026
Code postal 19150
Code commune 19075
Démographie
Gentilé Spaniacois, Spaniacoises
Population
municipale
379 hab. (2018 en augmentation de 8,6 % par rapport à 2013)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 13′ 51″ nord, 1° 53′ 51″ est
Altitude 500 m
Min. 302 m
Max. 564 m
Superficie 23,63 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Tulle
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Sainte-Fortunade
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Espagnac
Géolocalisation sur la carte : Corrèze
Voir sur la carte topographique de la Corrèze
City locator 14.svg
Espagnac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Espagnac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Espagnac
Liens
Site web espagnac.fr

Espagnac (Espanhac en occitan) est une commune française située dans le département de la Corrèze et la région Nouvelle-Aquitaine. Ses habitants sont les Spaniacois(ses).

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune du Massif central arrosée par la Saint-Bonnette.

Localisation[modifier | modifier le code]

Entrée du village.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Espagnac est une commune rurale[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Tulle, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 44 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (62,9 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (63,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (61,4 %), prairies (29 %), zones agricoles hétérogènes (4,3 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,5 %), eaux continentales[Note 3] (1,4 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (1,3 %), zones urbanisées (1,1 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

En dépit d'indices d'une occupation néolithique et celtique sur le territoire de la commune, le village lui-même n'a probablement été fondé que durant ou après la période gallo-romaine, près du site d'une villa qui n'a jusqu'à présent fait l'objet d'aucune fouille. Quelques indices suggèrent l'existence d'autres villae et d'une tuilerie.

Durant le Haut Moyen Âge, Espagnac semble avoir acquis une importance locale, attestée par l'existence d'un atelier monétaire mérovingien (trois pièces d'or portant la mention "Spaniaco Fit" ont été découvertes), d'un cimetière étendu d'où de nombreux sarcophages ont été exhumés, et d'une abbaye. Il pourrait avoir été le chef-lieu d'une vicairie carolingienne assez étendue. La première mention écrite de son nom apparaît autour de 930, dans le testament d'Adhémar des Echelles.

Devenu dépendant de l'abbaye de Tulle, Espagnac déclina durant le bas Moyen Âge et après. La tour du prieur et l'église furent brûlés durant les guerres de Religion par les troupes de l’amiral de Coligny, au retour de leur défaite à Moncontour. L'église actuelle date du XVIe siècle. Une petite chapelle carolingienne restaurée et le château médiéval de Puy-de-Val (propriété privée), inscrit à l'inventaire des monuments historiques subsistent sur le territoire de la commune.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Espagnac Blason
D'azur à deux lions affrontés d'argent.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Jean Lescure    
1945 mars 1965 Damien Jos    
mars 1965 octobre 1970 François Rebeyrotte    
octobre 1970 mars 1977 Albert Neyrat    
mars 1977 mai 1995 Guy Rebeyrotte PCF  
mai 1995 mars 2014 Paul Luce    
mars 2014 mai 2020 Jean-Marie Roubeyrotte SE Retraité
Mai 2020 En cours Marie-Christine Faure   Retraitée

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[8].

En 2018, la commune comptait 379 habitants[Note 4], en augmentation de 8,6 % par rapport à 2013 (Corrèze : −0,08 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6916317138038909179701 0251 010
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
956904928866876874878866829
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
828837890718715652607577510
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
436367330343338339341334371
2018 - - - - - - - -
379--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune bénéficie du label "Village étoilé" pour la protection du ciel et l'environnement nocturnes.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église paroissiale Saint-Gervais.
  • L'ancienne gare de Le Mortier-Gumond, sur la ligne du Transcorrézien tronçon Le Mortier-Gumond / Laroche-Canillac faisant partie des Tramways de la Corrèze, qui fonctionna de 1913 à 1938. Cette gare, aujourd'hui en mauvais état, est située sur le territoire de la commune dans le hameau du Mortier à équidistance entre les deux communes d'Espagnac et de Gumond.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 25 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 25 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 25 mars 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 17 avril 2021)
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 17 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]