Espace Naturel Sensible de la Vauvre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Espace Naturel Sensible de la Vauvre
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Géographie
Adresse
Coordonnées
Ville proche
Superficie
29 ha
Administration
Type
Réserve naturelle régionale, réserve naturelle volontaire (d), espace naturel sensibleVoir et modifier les données sur Wikidata
Catégorie UICN
IV (aire de gestion des habitats ou des espèces)
WDPA
Création
Administration
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Green pog.svg

L'Espace Naturel Sensible (ENS) de la Vauvre est un des quatorze Espaces Naturels Sensibles du département de l'Allier. Le site a été labellisé ENS en 2011, il couvre une superficie de 46 hectares[1].

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes concernées[modifier | modifier le code]

Histoire du site[modifier | modifier le code]

L'histoire de l'ENS de la Vauvre est récapitulée sur la page qui lui est consacrée sur le site internet du Conseil Départemental de l'Allier[2]:

  • Entre 1987 et 1989, les travaux nécessaires à la construction du tronçon autoroutier Clermont-Bourges-Vierzon ont occasionné le déplacement et la chenalisation du cours du Cher (digues, enrochements), la construction du pont autoroutier et le creusement du grand plan d’eau, dû à l’extraction de sable et granulats pour les besoins du chantier. En , l’A71 est mise en service et dès l’apparition du plan d’eau, les ornithologues locaux ont commencé à fréquenter ce lieu. Au regard de l’intérêt manifeste de la zone pour l’avifaune, est venue l’idée de créer un espace préservé.
  • En 1996, le Préfet de l’Allier a créé la Réserve Naturelle Volontaire de la Vauvre, avec pour gestionnaire le Centre Permanent d’Initiative pour l’Environnement (CPIE) de Tronçais, jusqu’en 2002.
  • En 2004, une première rencontre entre la Ligue pour le Protection des Oiseaux (LPO) Auvergne et les élus locaux a enclenché une nouvelle vie pour ce site, alors à l’abandon. Propriétaire de la majorité des terrains, la commune de Nassigny les cède pour un euro symbolique à la Communauté de communes du Val de Cher en 2008.
  • En 2010, dans le cadre de la politique départementale des Espaces Naturels Sensibles, le Conseil Départemental de l’Allier, la Commune de Nassigny et la Communauté de communes du Val de Cher labellisent le site de la Vauvre en Espace Naturel Sensible.
  • En 2011, un plan de gestion pour 5 ans est élaboré, sous l’égide de la Communauté de communes du Val de Cher et de la LPO Auvergne, choisie comme gestionnaire du site. Depuis, de nombreuses actions de restauration des milieux naturels, de valorisation, de sensibilisation du public et d’inventaires naturalistes sont menées chaque année.

Écologie (biodiversité, intérêt écopaysager…)[modifier | modifier le code]

Flore[modifier | modifier le code]

La Butome en Ombelle colonise la partie sud du plan d'eau de la Vauvre. Elle est considérée comme "rare" en Auvergne.

Faune[modifier | modifier le code]

Oiseaux[modifier | modifier le code]

Le site joue un rôle de corridor écologique important pour les oiseaux nicheurs, hivernants et migrateurs. On peut y observer le Milan noir, le Balbuzard pêcheur ou l’Aigrette garzette en train de pêcher[2]. Le site est également extrêmement favorable au Martin-pêcheur d'Europe (aussi bien pour sa reproduction que pour sa nourriture)[1]. Le Colvert est le seul canard à se reproduire sur le site, mais l'hiver l'ENS de la Vauvre est un abri pour le canard chipot, le canard souffleur ou encore le canard soufflet.

À la suite sans doute des actions de réouverture du milieu, des couples de pie-grièche écorcheur se reproduisent sur le site[1].

Mammifères[modifier | modifier le code]

En 2013 un inventaire a permis de recenser onze espèces de chauves-souris fréquentant l'ENS de la Vauvre. Aucun gîte de reproduction n'a cependant été identifié: les chauves-souris utilisent le site essentiellement pour la chasse, notamment en période migratoire[1]. Le Castor a été également observé sur le site depuis 2011, la Loutre depuis 1995.

Reptiles et amphibiens[modifier | modifier le code]

Le site était fréquenté par le Sonneur à ventre jaune jusqu'en 1988.

Insectes[modifier | modifier le code]

On y observe le Gazé, un papillon devenu rare en plaine comme c'est le cas avec l'ENS de la Vauvre, ainsi qu'un nombre important d'espèces de libellules, favorisées par la présence de milieux humides diversifiés[1]: en 2011, trente-cinq espèces ont été recensées soient près de 50 % des espèces auvergnates[1].

État, pressions ou menaces, réponses[modifier | modifier le code]

Espèces invasives[modifier | modifier le code]

Une population d'écrevisse de Louisiane a été observée sur le site[3]. Un plan de gestion d'une durée de quatre ans (2016-2020), porté par la Ligue pour la Protectrice des Oiseaux, vise à limiter cette population, néfaste pour les écrevisses autochtones et la stabilité des berges[3].

Degré de fragmentation écologique[modifier | modifier le code]

Administration, plan de gestion, règlement...[modifier | modifier le code]

Le site est géré par la communauté de communes du Val de Cher[2].
Ouvert au public, l'ENS de la Vauvre propose des animations à destination des scolaires, ainsi que des sorties encadrées par le groupe local de la Ligue pour la Protectrice des Oiseaux, dont la Fête de la nature, fin mai. Pour les amateurs d'observations, les cabanes disposées un peu partout permettent de regarder les oiseaux sans les déranger. Les deux sentiers balisés permettent de faire le tour du site[4].

Outils et statut juridique[modifier | modifier le code]

Ce site est labellisé Espace Naturel Sensible depuis 2011 par le Conseil Départemental de l'Allier.

Intérêt touristique[modifier | modifier le code]

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f LPO Auvergne, Plaquette de présentation de l'ENS de la Vauvre, 7 p. (lire en ligne)
  2. a b et c « La Vauvre - Conseil Départemental de l'Allier », sur www.allier.fr (consulté le )
  3. a et b Aymar de Chaunac, « L’écrevisse de Louisiane menace la Vauvre | La Semaine de l'Allier », sur www.lasemainedelallier.fr (consulté le )
  4. Centre France, « La Vauvre, écrin de nature sous l’A71 » (consulté le )